News - 29.03.2017

Parution du N° d'avril de Leaders : une enquête exclusive sur les détenus tunisiens en Italie (Vidéo)

Plus de 2000 Tunisiens détenus en Italie

Le numéro d’avril de Leaders vient de paraître avec, une fois n’est pas coutume, deux grands dossiers qui se partagent la couverture : une interview exclusive du ministre des  Affaires étrangères,  Khémaies Jhinaoui, retour de Washington puis de Baghdad et une enquête exclusive sur les 2000 détenus tunisiens en Italie.

Dans  son interview, le ministre des AE  revient sur ses entretiens à Washington avec le nouveau secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson et d'autres responsables du Département d'Etat et du Congres, ainsi qu'à Bagdad. Qu'en retient-il ?

Pour la première fois les portes de la prison de Ribibbia au nord-est de Rome s’ouvrent à un média tunisien. Leaders a rencontré la directrice de cette fameuse prison, et un nombre de détenus tunisiens de droit commun.

Selon les statistiques officielles obtenues par Leaders, ils ne sont pas moins de 2016 tunisiens, dont 13 femmes, à croupir dans les prisons italiennes. Par comparaison, en France, on compte officiellement au moins 1 000 détenus tunisiens, hors les binationaux qui sont recensés en tant que citoyens français.

Il s’agit pour la plupart de jeunes âgés de 20 à 35 ans de condition modeste, ayant quitté l’école primaire à un âge précoce, issus des quartiers populaires de la capitale, Tunis, ou d’autres villes. Nombre de ces détenus sont des émigrés clandestins, ayant obtenu, pour certains, la carte de séjour ou même la nationalité. La majorité des délits ont trait au trafic de drogue, parfois en cumul avec d’autres affaires de violence, vols et escroquerie. 

Ce dossier spécial comprend en plus des rencontres exclusives avec un groupe de détenus tunisiens, des interviews avec Gualezrio Zamperini, consul honoraire de Tunisie à Florence, et Professeur Domenico Alessandri De Rossi membre de la ligue italienne des droits de l’homme.

On lira également, des notes de lecture sur le livre de la journaliste tunisienne établie en France, Sonia Mabrouk «Le monde ne tourne pas rond, ma petite fille»,  édité chez Flammarion, le retour en force de «Marioul Fadhila. Un nouveau pan méconnu de notre histoire sera dévoilé par Mohamed Aziz Ben Achour. Il s'agit cette fois-ci du séjour à Tunis de la princesse de Galles, titre accordé jusqu'à aujourd'hui à la femme du prince héritier du trône britannique, ainsi que des hommages à deux disparus, le banquier Mohamed Béchir Ben Othman et l'historienne Juliette Bessis, sans oublier les rubriques habituelles.

Sommaire

En couverture

• Khemaies Jhinaoui: Les ressorts d’une diplomatie renouvelée

• 2 000 détenus tunisiens en Italie: qui s’en occupe?

Nation

• Chokri Chérif: l’enfant de Bourouis qui rend les matériaux intelligents

• Lassaad Zarrouk, P.D.G. de la Star et président de la Ftusa: Le contrat-programme du secteur des assurances sera crucial

• Kamel Chibani: directeur général de la Ftusa: Comment gérer l’assurance des catastrophes naturelles

• Pour une décentralisation réussie
   Il faut de la clarté quant aux prérogatives des collectivités locales
   Par Elyès Fakhfakh

Economie

• Quels scénarios pour l’économie tunisienne en 2017 ?
   Par Hakim Ben Hamouda

Société

• La Princesse de Galles à Tunis en 1816
   Par Mohamed-El Aziz Ben Achour

• Sonia Mabrouk : Pourquoi “Le monde ne tourne pas rond, ma petite fille”

• Marioul Fadhila, revient en force!

• Mohamed Béchir Ben Othman, le banquier chevronné à Tunis, Niamey et Mascate

• Juliette Bessis,l’historienne de la Tunisie, du Maghreb et de la Méditerranée
   Par Habib Kazdaghli

Billet

• A-t-on pensé au jour d’après?
   Par Hédi Bèhi

 

   



 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.