News - 12.03.2021

Nadia Gamha: Un véritable voyage avec Si Chedly Ayari

Nadia Gamha: Un véritable voyage avec Si Chedly Ayari

Par Nadia Gamha. Vice-gouverneur de la Banque centrale de Tunisie - Étudiante, j’ai connu Si Chedly dans les années 80, à travers ses articles publiés dans la revue  Jeune Afrique. Plusieurs années plus tard, je le rencontre pour la première fois un certain matin de juillet 2012 dans son bureau au lendemain de sa prise de fonctions en tant que gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), pour me présenter à lui en tant que directrice générale de la Supervision bancaire et lui exposer mon programme de travail.

Son allure charismatique et son regard vif m’ont tout de suite interpellée, sa courtoisie et l’intérêt qu’il a manifesté pour les sujets que je lui exposais m’ont très vite mise à l’aise. Je me souviens qu’en me levant pour quitter son bureau à la fin de cette première entrevue, il me demanda sur un ton paternel s’il pouvait m’appeler par mon prénom. J’ai compris par la suite que c’était une marque d’affection dont il gratifiait ses collaborateurs.

A partir de ce jour, commença un véritable voyage avec Si Chedly qui se poursuivit pendant cinq années et demie ; voyage aussi passionnant que challengeant, jalonné de plusieurs réformes bancaires importantes engagées dans une conjoncture difficile et un contexte très particulier.

Je retiendrai au moins trois grandes réformes bancaires  conduites ou pilotées par la BCT au cours de son mandat: la modernisation du cadre opérationnel de la Supervision bancaire, la restructuration des trois grandes banques publiques et la refonte du cadre légal régissant l’activité bancaire.

Ces réformes n’auraient pas vu le jour n’eût été la relation de confiance qui s’était établie entre nous et n’eût été le courage de Si Chédly pour les entreprendre et les défendre.
Pendant ce long  périple, j’ai eu l’occasion de l’accompagner  dans plusieurs réunions ministérielles présidées par les différents chefs de gouvernement (Ali Laârayedh, Mehdi Jomâa, Habib Essid et Youssef Chahed). Au cours de ces réunions, j’ai pu constater l’égard dont il  bénéficiait auprès des différents chefs de gouvernement. Lors de ces réunions, il veillait à ce que je sois  assise à ses côtés, faisant parfois fi du protocole.

J’ai eu également l’occasion de l’accompagner à maintes reprises lors de ses passages devant l’ARP. L’un des passages les plus  marquants est sans doute celui relatif au vote de la loi bancaire de 2016 avec feu Slim Chaker  et où  les débats, parfois un peu trop animés, n’ont à aucun moment entaché le respect des députés tant pour le ministre que pour le gouverneur.

Ce respect, voire  cette admiration, j’ai pu également les relever dans l’expression des visages et dans les propos de hautes personnalités étrangères du monde de la finance que j’ai eu le privilège de rencontrer lorsque Si Chédly les recevait. Lors de ces entrevues, j’ai pu découvrir d’autres facettes de l’homme, celles d’un fin diplomate et d’un homme de grande culture.

Je ne peux terminer ce modeste témoignage sans citer une autre qualité de Si Chédly que j’ai pu apprécier en le côtoyant, à savoir son humour subtil et raffiné. Je me rappelle que dans des moments difficiles où nous avions à nous prononcer sur des dossiers complexes et sensibles, il n’hésitait pas à nous raconter une anecdote pour détendre l’atmosphère.

L’image de lui  qui restera gravée dans ma mémoire est celle  d’un grand monsieur, digne, soucieux de l’intérêt de son pays, respectueux de ses collaborateurs, courtois et un brin anecdotier, sans jamais tomber dans la familiarité.

Cher Si Chedly, vous qui avez imprégné des générationsd’économistes par votre science, vous qui avez  participé à la construction de la jeune Tunisie indépendante à travers plusieurs portefeuilles ministériels, vous qui avez terminé votre parcours en marquant l’histoire d’une institution aussi prestigieuse que la Banque centrale de Tunisie dont vous fûtes le 12e gouverneur, reposez en paix !

Nadia Gamha
Vice-gouverneur de la Banque centrale de Tunisie

Lire aussi

Mustapha Ben Jaafar - Chedly Ayari: Un itinéraire hors du commun

Chedly Ayari: Modération, sagesse et perspicacité

Chedly Ayari: Le charisme des grands professeurs, la finesse des diplomates chevronnés et la ténacité des patriotes
Chedly Ayari, 1933 - 2021: L’économiste pluriel






 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.