News - 15.11.2018

Zahra Bensaid Marrakchi: Comment protéger nos enfants des risques de la prématurité

Zahra Bensaid Marrakchi: Comment protéger nos enfants des risques de la prématurité

En Tunisie 20 000 enfants naissent chaque année prématurés

On qualifie une naissance prématurée, toute naissance survenant avant la fin du 8ème mois de grossesse. Dans le monde, un bébé sur 10 naît prématuré, cela représente 15 millions de naissances ! parmi  eux, un million ne survivront pas à cause de leur prématurité. Chaque année en Tunisie, 20 000 bébés naissent prématurément, soit environ 50 bébés par jour qui naissent trop tôt et sont hospitalisés. La prise en charge est souvent lourde et les problèmes ne s’arrêtent pas aux portes de l’hôpital. La prématurité comme cause principale de mortalité néonatale et d’handicap périnatal, constitue un enjeu de santé publique.

Quelles sont les causes de la prématurité ? Quelles en sont les conséquences ? Quelles sont ses principales problématiques en Tunisie ?

On identifie chez la femme enceinte, plusieurs facteurs de risque: âge inférieur à 18 ans ou supérieur à 35 ans, tabagisme, alcoolisme, grossesses multiples, antécédent d’accouchement prématuré, mauvaises conditions socio-économiques, stress, fatigue excessive liée au travail professionnel ou familial, déplacements quotidiens, position debout prolongée, certaines conditions médicales…  Mais aussi, les progrès de la réanimation néonatale aussi paradoxal que cela puisse paraitre, permettent de sauver de plus en plus de nouveau-nés et dans de meilleures conditions.
La prise en compte de ces facteurs de risque joue un rôle important dans la prévention de la prématurité.

La prématurité est une cause importante de mortalité et de morbidité immédiate inhérente à l’immaturité des fonctions vitales de ces nouveau-nés. Selon la gravité de leur état, les enfants nés prématurés seront hospitalisés dans des unités de néonatologie ou des unités de réanimation néonatale (Neonatal Intensive Care) qui sont réservées à l’admission des nouveau-nés les plus à risque. Cette hospitalisation peut durer plusieurs semaines voire plusieurs mois.

A la sortie de l’hôpital, un suivi médical spécialisé de l’enfant est nécessaire pendant plusieurs années afin de prévenir et de détecter d’éventuelles séquelles pouvant toucher la vue, l’audition, la motricité, le langage, l’attention, l’apprentissage,

Comme dans la plupart des pays, en Tunisie, la prématurité devient la première cause de décès à la naissance. Elle est en augmentation croissante vu

  • Notre mode de vie devenant trop stressant, trop trépidant avec souvent une activité professionnelle dans des conditions éprouvantes physiquement
  • L’augmentation du nombre des grossesses multiples suite aux progrès de la procréation médicalement assistée
  • Les progrès de la réanimation néonatale, aussi paradoxal que cela puisse paraitre, sauve de plus en plus de nouveau-nés et dans de bonnes conditions, fait que la prématurité induite pour raisons médicales s’impose de plus en plus aux accoucheurs.
    La prématurité en Tunisie pose des problèmes épineux et éthiques inhérents au manque d’unités de réanimation néonatale en nombre suffisant notamment dans le secteur publique. Dans le secteur privé,  beaucoup de familles, au bout de quelques jours, connaissent des difficultés réelles pour payer des soins coûteux vu l’absence de leur couverture par les caisses sociales. Le rabat sur les structures publiques qui peinent déjà sous le poids de différents problèmes, fait qu’elles sont constamment en surcharge d’effectifs incapables de répondre à toutes les demandes de prise en charge.

Pourquoi une journée mondiale de la prématurité ?

La date du 17 novembre 2009 a été retenue pour célébrer la première journée mondiale de la prématurité à l’initiative d’ONG militant dans ce domaine. Depuis, plusieurs pays ont adhéré à cette initiative.
L'objectif de la Journée Mondiale de la Prématurité est de sensibiliser le public et de stimuler la prise de conscience par tous, notamment les politiques, des vraies problématiques de la prématurité dans le but de :

  • Faire face à l’augmentation de la prématurité par des actions de prévention
  • Mettre en place plus de structures spécialisées de prise en charge des prématurés qui payent encore de leur vie le manque de lit de réanimation néonatale
  • Donner les meilleurs soins partout car il existe d’énormes inégalités territoriales
    A l’hôpital Charles Nicolle, l’équipe soignante se bat au quotidien pour donner les meilleurs soins à ces petits si frêles et si fragiles pour qu’ils survivent de la meilleure façon.

La rencontre soignants-parents accompagnés de leurs petits devenus grands ne peut qu’impacter positivement les consciences.

Nos Prématurés: Parlons-en ! nous sommes tous concernés, ces bébés sont nos adultes de demain

Professeur Zahra Bensaid Marrakchi

Chef de Service de Néonatologie et de Réanimation Néonatale

à l’hôpital Charles Nicolle - Tunis

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.