News - 30.07.2018

Tunisie - Canada: Nasreddine Guerfala, l’Energie Manager de l’année

Nasreddine Guerfala: L’Energie Manager de l’année

Il n’a que quelques années d’études et de recherches au Canada, après le diplôme de l’Enit et le voilà élu ‘’Energy Manager of the Year 2017’’ à Toronto. Nasreddine Guerfala a devant lui un avenir très prometteur.

«J’ai terminé mes études d’ingénieur génie industriel à l’Enit en juin 2010, classé comme l’un des lauréats de ma promotion. J’ai alors commencé à travailler chez Leoni à Sousse. Quelques mois plus tard, j’ai été contacté par la Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord (Mutan) qui sollicitait des candidats pour la poursuite des études supérieures au Canada.  Ma candidature pour une maîtrise de recherche (master) ayant été acceptée par un professeur à la faculté de Génie de l’université de Sherbrooke qui avait une bonne expérience avec d’autres étudiants tunisiens, je me suis immédiatement décidé à partir. C’était pour moi une bonne opportunité pour découvrir un nouveau pays, décrocher un diplôme d’études supérieures tout en bénéficiant d’une bourse d’études. Le succès n’a pas tardé. Après avoir obtenu mon master en génie mécanique à l’université de Sherbrooke en 2012, j’ai travaillé dans plusieurs compagnies au Québec et en Ontario (Toronto) dans le domaine de l’efficacité énergétique. Tout récemment, j’ai été élu comme ‘’Energy Manager of the Year 2017’’ à Toronto et obtenu mon diplôme de Master of Business Administration (MBA) de l’université Ryerson à Toronto en 2017.

Pour vaincre les difficultés d’intégration dans la communauté locale et la société québécoise et canadienne, je me suis engagé dans les clubs et associations présents sur le campus de l’université. C’est ainsi que j’ai été porté président du Groupement des gradués de génie qui était la plus grande association de gradués dans le campus. Cela m’a énormément facilité l’intégration et la transition pour le marché du travail.

Sur le plan professionnel, bien que mon insertion sur le marché du travail ait été rapide, l’inscription à l’Ordre des ingénieurs du Québec nécessitait un travail soutenu et le passage de quelques examens. Heureusement que j’y ai réussi. Tout comme dans mon transfert d’une province francophone à une province anglophone. J’avais tout planifié en obtenant un certificat de maîtrise de langue anglaise (TOEIC) et en m’exerçant à pratiquer l’anglais au travail depuis que j’étais au Québec.

Lire aussi:

Les Tunisiens et le rêve canadien - Amine Badri: Le découvreur de nouvelles molécules bioactives

Ces Tunisiens du Canada - Mehdi El Gaied: Le paysagiste

La Tunisie et le Canada: 60 ans de relations diplomatiques

Taoufik Habaieb - Un dossier Spécial : Canada terre de promesse…et d’effort

Hédi Bouraoui: Le doyen des Tunisiens du Canada

Tunisie-Canada : Les 10 idées-conseils de Hédi Bouraoui aux candidats à l'émigration

Destination Canada.. heureuse destinée : « la Tunisie a une grande histoire, au Canada, on a un grand avenir»

Lamia Kedadi Siala (Consul général de Tunisie à Montréal): Les Tunisiens, travailleurs et sérieux, sont très appréciés

Abdelmagid Nefkha: Montréalais depuis 46 ans…

Comment les Tunisiens du Canada sont-ils perçus ? (Album Photos)
Carol McQueen, ambassadeur du Canada à Tunis: Bien travailler, bien s’intégrer

Histoire de l’installation des Tunisiens à Montréal

Comment aider les étudiants tunisiens au Canada

Tunisie - Canada: Deux chambres de commerce…à relancer

Ces Tunisiens du Canada: Ahlem Ammar, La vice-doyenne

Ces Tunisiens du Canada: Karim Charrad, le poète

Les Tunisiens de Montréal et le rêve canadien : Sami Chaouch, le financier

Ces Tunisiens du Canada : Mohamed Gharrad, le politicien


 


 



 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.