News - 05.02.2018

Kamel Rekik ce samedi au Cercle Keireddine pour débattre des défis du mix énergétique en Tunisie

  Kamel Rekik ce samedi au Cercle Keireddine pour débattre des défis du mix énergétique en Tunisie

Le système énergétique de la Tunisie se trouve confronté à des défis majeurs, stratégiques, économiques, sociétaux et environnementaux, estime le Cercle Kheireddine. Nécessaire sécurisation et diversification de ses approvisionnements, réformes urgentes en matière de politique des prix et de subvention, mais aussi de gouvernance et transparence, et de régulation du secteur, viennent en tête. Sans occulter l’impérative maîtrise de la demande et une plus grande intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique. Pour en débattre, le Cercle a invité, pour une rencontre, qui se tiendra ce samedi 10 février, un spécialiste de renom, Kamel Rekik.

Diplômé de l'École Polytechnique (1961-1963) et de l'École des Mines de Paris (1963-1965), il a été également élève de Sciences Po Paris (1963-1965). Après avoir entamé sa carrière à la STEG, il a été chargé de mission auprès du Ministre de l'Économie (1980-1984) et a notamment dirigé la SOTUGAT et la SERGAZ.

Note introductive

Depuis 2000, la Tunisie est rentrée dans un cycle déficitaire en énergie, provoqué par un déséquilibre croissant entre une demande en énergie en augmentation et une production nationale en déclin.
Ces dernières années, ce déséquilibre s’est accentué, avec des ressources d’énergie primaire en recul de près de 6% par an (chutant de de 7,8 Mtep en 2010 à 5,4 Mtep en 2016), et des besoins en énergie primaire qui ont crû de plus de 2% par an (passant de 8,3 Mtep en 2010 à 9,2 Mtep en 2015).
Divers facteurs ont contribué à ce déséquilibre dont le déclin naturel des réserves, le ralentissement des activités de prospection et de recherche et la baisse de la redevance algérienne du gaz naturel. 
Pour combler ce déficit, la Tunisie n’a d’autre choix que d’accroître ses importations en énergie de produits raffinés du pétrole et de gaz naturel, grevant ainsi la balance commerciale des échanges avec l’extérieur de plus de 30% en 2016. 
Cette dépendance à l’importation fragilise d’autre part un acquis social implicite sur une politique des prix intérieurs de l’énergie, découplée de l’évolution des prix du baril de pétrole à l’international. Par conséquent la pression sur les comptes publics est de plus en plus forte, le poids des subventions culminant à 7% du PIB en 2014 contre 3% en 2010. 
Par ailleurs, le gaz naturel occupe une place importante dans le paysage énergétique tunisien, représentant 54% de la consommation d’énergie primaire en 2011 bénéficiant de sa synergie avec le secteur électrique, dont plus de 95% de la production provient du gaz naturel. Qui plus est, environ de la moitié de cette production (47% en 2015) est dépendante d’un seul fournisseur, la société algérienne SONATRACH.
Samedi, 10 Février 2018, Hôtel Maison Blanche, Avenue Mohamed V, Tunis
 
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.