News - 15.11.2016

Conditions des femmes et filles migrantes, victimes de violences en Tunisie: un grand séminaire de l’ATFD

Conditions des femmes et filles migrantes, victimes de violences en Tunisie : un grand séminaire de l’ATFD

Près de la moitié des migrants dans le monde et en Tunisie sont des femmes. Leur migration présente néanmoins un certain nombre de spécificités : difficultés d’accès à la justice, pour résoudre leurs conflits familiaux et/ou en cas de violences conjugales, difficultés dues à la langue, à leur isolement ou à la méconnaissance de leurs droits. Mais aussi des risques d’être victimes de traites, contraintes à la prostitution : leur parcours migratoire est très souvent, sinon toujours, accompagné de violences sexistes.

Inventorier les diverses formes de migration féminine, identifier sa spécificité, faire l’inventaire des lois afin de faire des recommandations tendant à la prise en compte et à la protection des migrantes: tels sont les principaux objectifs du séminaire qui se tiendra à Tunis, au mois de novembre 2016 par l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) à l’occasion des 16 jours d’activisme. 

Parmi les témoignages significatifs inscrits au programme figurent:
  • la situation des libyennes en Tunisie, par Amel Elhajj
  • l’exode des irakiennes et la situation des femmes yézidis en Irak, par Zeena Jassam
  • le statut des réfugiées au Danemark, par Anika Liversage
  • Femmes réfugiées et expérience de l’UNHCR, par Mariem Dali.
En outre, la présidente de l’ATFD, Monia Ben Jemia présentera une communication sur les instruments juridiques en matière de migration et asile.

Quatre grands objectifs

Les organisateurs se fixent quatre objectifs spécifiques, à savoir:
  1. Présenter un état des lieux préliminaire de la condition des filles et femmes migrantes et refugiées :  qui vivent en Tunisie en se référant aux expériences des associations et institutions partenaires et à la bibliographie disponible sur le sujet.
  2. Echanger les expériences de chaque partenaire du projet dans la prise en charge des filles et femmes migrantes et réfugiées : identification de la population clés (pays d’origine, langue, religion,..) et identification des violences qu’elles subissent.
  3. Mettre en place d’un réseau de prise en charge opérationnelle (mission, attributions, interventions auprès des filles et femmes migrantes, femmes réfugiées et demandeurs d’asil) et respectueux des droits humains des femmes pour le renforcement des capacités des filles et femmes migrantes et refugiées et briser le tabou de la violence sexiste dans le pays d’accueil (la Tunisie)
  4. Présenter l’expérience du Danemark en matière de prise en charge des filles et femmes migrantes et refugiées victimes de violence (Prise en charge des femmes migrantes et réfugiées par les institutions publiques, les centres d’écoute et d’accompagnement, les centres d’hébergement, processus de suivi, les droits des personnes migrantes et réfugiées, les initiatives envisagées par les pays de l’Union Européenne pour soutenir les femmes migrantes et réfugiées).
Séminaire ATFD
Tunis, les 18 et 19 novembre 2016 à Dar Saida-– Institut arabe des Droits de l’Homme (2, bd du 9 avril – Montfleury Saïda).
 
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.