News - 05.05.2021

La révolution tunisienne : la trahison de la "nouvelle classe"

Tunisie: Une classe politique obnubilée par le pouvoir rfoiq

Par Hédi Béhi - Rarement les révolutions démarrent sous des auspices aussi favorables : sans coup férir, le pouvoir a changé de main en quelques jours. Le régime qui terrorisait les Tunisiens, il y a peu, s'est avéré un tigre en papier. le pouvoir n’était pas à prendre, mais à ramasser. Il a suffi d’une marche sur l’avenue Bourguiba  à Tunis pour que le régime succombe. Quant au président déchu, il a préféré prendre la poudre d’escampette sans se faire prier.

«Ce n’est pas pour vous impressionner, mais je suis Tunisien», «Tunisiens, restez debout, le monde est fier de vous». Ces deux graffitis qui ont fait florès aux premiers jours de la révolution en disent mieux que tous les discours sur l’état d’esprit qui animait les Tunisiens au lendemain de cette révolution: une fierté indicible. Comment ne pas l’être quand on a réussi la prouesse de mettre à bas une dictature aussi facilement et, partant, montré que notre pays pouvait lui aussi non seulement «entrer en révolution», mais aussi être l’élément détonateur du printemps arabe. Moqués pour leur pacifisme qui confinait à la pusillanimité, les Tunisiens tenaient enfin leur revanche avec cette révolution.

Pourtant, cette révolution qui avait suscité l'admiration du monde entier a très vite  échoué avant de sombrer corps et âme dans la mer de nos illusions. Chassez le naturel, il revient au galop. A peine les lampions se sont-ils éteints que les mauvaises habitudes ont refait surface : la corruption, la concussion, les passe-droit, le népotisme, le tribalisme, la course aux places. Exit, les beaux principes, la dignité, l'égalité, le patriotisme et autres balivernes.

Du coup, la prophétie du doyen Charles Debbasch se vérifie: «Les mouvements de protestation des jeunes engagés sous les bannières de la défense des libertés étaient avant tout l’expression d’une volonté de chasser ceux qui sont au pouvoir pour prendre leur place». Les besoins triviaux ne tarderont pas à prendre le pas sur les promesses électorales, les indemnités parlementaires, les missions à l'étranger, l'immunité parlementaire, le passeport diplomatique. Le Tunisien en est d'autant plus friand que ses compatriotes en sont privés. Entretemps. Le pays s'en est allé à vau-l’eau. Au fur et à mesure que le temps passait, les gens montraient des signes d’impatience. La démocratie était là, mais la mal vie aussi. Pendant cette décennie, rien ne nous sera épargné, ni les disputes de chiffonniers dans l'enceinte de l'assemblée, ni les caprices de la nouvelle nomenklatura,ni  le bras de fer entre Carthage et et la Kasbah, ni la cupidité des nouveaux riches, ni même même les députées d'Ennahdha qui manifestaient leur joie après le rejet du projet de loi sur l'égalité dans l'héritage homme/femme.

On repense au philosophe et économiste anglais du XIXe siècle Stuart Mill : «Il y a des peuples où la passion de gouverner autrui surpasse tellement le désir de l’indépendance personnelle que les hommes  sacrifieront volontiers la substance de la liberté à la simple apparence du pouvoir».

Comme quoi, on ne peut rien contre la nature humaine. L’attachement au pouvoir, c’est aussi la chose la mieux partagée dans la Tunisie post-révolution. Elle finira par en mourir.

Hédi Béhi
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
Okba - 05-05-2021 09:25

La première raison de l'échec de ce que l'auteur de cet article et d'autres persistent à appeler " révolution" est qu'elle n'en a jamais été une mais bel et et bien une rébellion préparée et soutenue de l'étranger, comme c'était le cas de la Libye, de la Syrie, de l'Egypte... Etc. Alors, évidemment les vautours ont sauté pour s'arracher et partager le gâteau offert . L'on n'a pas voulu se réveiller à temps préférant être berné, alors le pauvre peuple continue à subir le calvaires. Certes, la majorité commence à se rendre à l'évidence mais trop tard

Salah HAMDI, ancien ambassadeur. - 05-05-2021 10:34

Merci Si Hédi pour cet éclairage fort pertinent. Continuer sur la même voie par un autre éclairage encore plus pertinent et plus audacieux pour une solution Tunisienne de sortie de crise. Cordialement.

zouhir - 05-05-2021 11:18

BRAVO si Elhedi comme toujours , tes analyses sont excellentes. Bonne journée

Ibn Houmem - 06-05-2021 09:55

Que des illusions . Pas plus La revolution. ? .on connait pas Alors que le printemps ...ça n' existe que dans les livres scolaires Dites effondrement totale des valeurs .des pays ...des pouvoirs d' achats. ..de l 'Homme ..ruiné.. ...perdu.. dévoré...etc ...etc. Seuls certains voient les symptomes du printemps Aller vivre votre printemps ...quant au peuple ..il fonce dans la misére . Quand vous retrouvez la révolution ..on en parlera ... Fierté ??? ! Les tunisiens sont ou sont devenus premiers en matière de terrorisme ..on tue sans raisons..la preuve dernière op. en date dont victime une femme mère d 'enfants( police) en France poignardée de sang- froid ... Inchaalleh rabbi ifarrej alina .

Mike Kim - 06-05-2021 11:35

Sujet et article intéressants. Voir aussi le livre de Hatem Nafti, paru en novembre 2019 : De la révolution à la restauration, où va la Tunisie ?

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.