News - 20.05.2014

Amel Karboul prône la «Convivencia du 21e siècle» contre vents et marées

Incontestablement, Amel Karboul a été la vedette du pèlerinage annuel de la «Ghriba», la synagogue située sur l’île de Djerba et dont le nom signifie «étrange» en arabe. Mais  s’agissant de la jeune ministre du Tourisme, qui a déjà volé la vedette à tous les membres du gouvernement provisoire, rien d’étrange.

Auditionnée le 9 mai par des membres de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) à la suite de l’autorisation de l’entrée en Tunisie de ressortissants israéliens, la ministre du Tourisme Amel Karboul a juré neuf jours plus tard depuis la synagogue de la «Ghriba», sur l'île de Djerba, qu’elle ne baisserait pas les bras pour que se réalise en Tunisie la «Convivencia du 21e siècle», en référence à l’âge d’or de la tolérance religieuse qui avait fait la prospérité de l’Andalousie d’antan.

«J'ai foi en la capacité de la Tunisie d’avoir son âge d’or, pas seulement elle, mais toute la région. Elle ne sera pas une exception, elle montrera la voie. J'ai foi en cela, et je m’y engage. Je le fais précisément pour ne jamais renoncer, me résigner, baisser les bras et me retirer en silence. Parce que nous projetons notre désespoir autour de nous lorsque nous perdons la foi. Quant à moi, je refuse de perdre la foi», a martelé Mme Karboul.

«Que nous soyons musulmans, juifs ou chrétiens (…), nous rejetons le nihilisme du désespoir. Appelez cela de la naïveté si vous le voulez, dites que c'est impossible et idéaliste si vous le pensez, mais une chose est sûre: Reconnaissez que c'est humain», a poursuivi la ministre en en répétant sept fois le mot Convivencia.

Le «vivre ensemble»

Son allocution était émaillée de références historiques, judaïques, coraniques, picturales.. à l’adresse d’une assistance subjuguée, en présence des ministres du commerce Najla Harrouche et de la Culture Mourad Sakli, du grand rabbin de Tunisie et des ambassadeurs des Etats-Unis, d’Allemagne, de France, de Serbie, du Sénégal, de Malte, du Japon et d’Autriche.

Ce fut le couronnement idéal du pèlerinage annuel de la «Ghriba», un monument emblématique du patrimoine judéo-tunisien qui a coïncidé cette année avec la clôture du mois du patrimoine à Djerba, qui a fait vivre l’île au rythme de fêtes, de musiques et de rencontres interculturelles.

«Une journée riche en émotions et en rencontres(…) une occasion m'était encore offerte de m'adresser aux médias nationaux et internationaux venus nombreux. Le pèlerinage de la Ghriba fut une vraie réussite et s'est déroulé dans d'excellentes conditions. Il a accueilli plus de 2500 pèlerins cette année. Un événement que j'ai tenu à saluer par ce discours prononcé à la cérémonie de clôture hier à 18h00», devait écrire plus tard Mme Karboul sur sa page facebook.

L’allocution a été saluée par l’homme d’affaires franco-tunisien, René Trabelsi, qui a fait part à « Leaders » de son « admiration» à Amel Karboul qui a su, selon lui, «redonner une image positive de la Tunisie à l'étranger, l’image d’une cohabitation communautaire et religieuse, le vivre ensemble dans le respect mutuel».

La hantise

«Ce discours devrait effacer les répercussions négatives des débats à l’ANC (lors du vote des motions de censure contre Mme Karboul et contre le ministre auprès du ministre de l’Intérieur chargé de la sécurité nationale, Ridha Sfar), le secteur touristique devrait connaître un rebond, à condition toutefois qu’il n’ait pas d’attentat durant la saison touristique», à estimé une éminente personnalité tunisienne, sous couvert d’anonymat.

Le rituel s’est certes déroulé sans aucun incident et dans une ambiance de kermesse à laquelle rien ne manquait, depuis les milliers de bougies allumées pour tous les êtres chers disparus, les prières de bénédiction récitées par des rabbins, les fruits secs et la Boukha (eau de vie de figue), symboles d’abondance et de fertilité, distribués à la ronde, jusqu’à la procession finale des pèlerins et des Djerbiens réunis tous dans l’oukala, le caravansérail en face de la synagogue, la plus ancienne d’Afrique.

Mais, grâce à été rendue par tous, notamment par le grand rabbin de Tunisie, aux autorités qui ont déployé partout, notamment autour de la «Ghriba», un dispositif de sécurité draconien, pour parer à toute tentative visant à troubler la fête ou à endeuiller le pèlerinage.

Le souvenir de l'attentat-suicide au camion piégé d’avril 2002 revendiqué par Al-Qaïda et qui avait fait 21 morts dont une majorité de touristes allemands, est toujours dans les esprits, comme en témoigne le dispositif de sécurité encore plus imposant et dissuasif devant le monument en mémoire des victimes où l’ambassadeur d’Allemagne en Tunisie, Andreas Reinicke, a déposé une gerbe de fleurs, et où se sont rendus des membres des familles des victimes et plusieurs personnalités pour réciter des prières.

Mémoire plurielle

L’île touristique, qui reprend lentement son rythme habituel, a été au centre d’une table ronde organisée en marge du pèlerinage avec la participation notamment de l’Association Chemins Croisés des Civilisations, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, l’Association de Sauvegarde de l'île de Djerba et l’Association Tunisienne Citoyenneté et Libertés.

Outre l’éminente personnalité tunisienne, de nombreux historiens, archéologues, universitaires, chercheurs et journalistes se sont attelés durant plusieurs heures dans la matinée à répondre à diverses questions ayant trait à la «Mémoire plurielle de Djerba» pour que l’île touristique puisse jouer un rôle dans le développement du pays.

Ils ont également examiné les moyens de préserver la richesse patrimoniale de l’île, dont l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, a été âprement défendue par les participants.
 

 Habib Trabelsi

 

Lire aussi

Amel Karboul à la Ghriba

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
8 Commentaires
Les Commentaires
Amel Djait Turki - 20-05-2014 16:49

Je le trouve magnifique le discours d'Amel Karboul : intelligence tolérance et philosophie et en + faisant référence à des versets coraniques et à l'histoire...La convivencia du 21ième siècle !!! Comme le monde actuel en est loin malheureusement ... J'ai adoré le dernier paragraphe: c'est la question que je me pose et que tout un chacun se pose tout le temps je pense : qui suis-je et pourquoi suis je moi ? et le fait que nous sommes unis en un est très juste et combien rassurente...

Mansour Ben Mansour - 20-05-2014 17:40

Décidément cette femme est admirable. Elle fait honneur à la Tunisie de tous temps tolérante et plurielle. Bravoooooo!

T.B. - 20-05-2014 18:09

Moi aussi j´aime Jerba, c´est une ile tunisienne mais tenir un discour de civilisation, déjà? la transition n´est pas terminé encore ou bien vous avez un secret que tout ira bien.Je ne suis pas aussi certain que vous. Disons ce que vous avez declaré était un rêve. Au fait vous êtes élue ou pas, on vous juge d´aprés ce que vous faisiez pour la tunisie, le temps de Bourguiba est fini, il faut rendre compte au peuple. C´est vrai que la Tunisie n´a encore pas recu le titre de pays démocratique.

Dami Nadine - 21-05-2014 00:35

AMEL j en ai que 15ans je suis de Pere Tunisien et de Mere Francaise tu ne peux pas t imagtner combien je suis fiere de toi tu as prouve a l univers que la Tunisie un pays de tolerance qu elle que soit la confession juive chretienne musulmanne la Tunisie les acceuille a bras ouverts nochmal Bravo Amel die Göttin von allerzeiten

Héla - 21-05-2014 02:23

"l’homme d’affaires franco-tunisien, René Trabelsi": bien dommage de piquer du nez dans ce genre de maladresse! René est simplement un tunisien comme un autre, natif de Jerba. Qu'il puisse bénéficier d'une seconde nationalité, rien de bien singulier. Des milliers de tunisiens(nes) ont ce privilège à travers le monde. Tant que vous y êtes, diriez-vous "la germano-tunisienne Amal Karboul"?????

Yanim - 21-05-2014 02:30

Encourageantes initiatives de Madame KARBOUL pour les Tunisiennes et Tunisiens. Madame KARBOUL arrivera, j'espère, à faire évoluer nos mentalités. RESPECT.

T.B. - 21-05-2014 10:07

Il n´ya aucunecomune mesure entre (l´l´âge d´ or) de l´ Andalousie musulmane et la Tunisie actuelle. Le monde musulmaned´alors ´etait la seule civilisation digne de ce nom et importante alors que la Tunisie actuelle va jusqu´a traverser l´ Atlantiquepour demander de l´aide pour son developpement; allons soyens raisonnable. Bien sûr il doit avoir de la tolerance et l´ egalite de citoyennete. Ca fait partie des droit de l´homme, mais cela ne veut pas que la Tunisie est responsible des juifs dans le monde non cette question laissons la aux Americains. Il va mieux en tout cas de suivre les regles dela democratie, de ce cette facon aussi on peut prevenir les attentatsteroristes, parce que si chacun fait selon ses sentiments ca donne une legitimite a toutle monde. La tunisie ne peut servir d´exemple avec des mots les gens ne sont pas dupe ni les voisins ni les autres.

Hassen32 - 23-05-2014 07:23

Bravo Madame la ministre, votre courage et votre ouverture d'esprit sont plus que nécessaires pour avancer les mentalités de quelques idées dépassées. Compte à l’homme d’affaires Tunisien, René Trabelsi, Il participe à ça manière pour donner une bonne image à notre cher Tunisie à l'étranger.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.