Opinions - 22.08.2010

Le septième centenaire de la naissance d'Ibn Khaldoun: Le premier du mois de ramadan 732 de l'hégire

Ibn khaldoun un nom aurifère qui ne se rouille jamais, mais qui, en revanche, demande continuellement du lustrage pour que sa rutilance brille encore et encore. Depuis cinq ans, en 2006, s’est vu naître une vague de célébrations quasi universelle pour le sixième centenaire de sa mort au Caire et son inhumation au cimetière des soufis ; en 2011 il sera célébré le septième centenaire de sa naissance à Tunis dans le quartier des Andalous, à la médina, près de la mosquée Zitouna.

A-t-il vécu 95 ans pour que notre calcul soit exact ?

Non, il n’a vécu que 76 ans selon le calendrier musulman hégirien, et seulement 74 ans selon le calendrier occidental grégorien. Ce quiproquo s’explique de la manière suivante : l’année lunaire utilisée dans le calendrier hégirien est courte de 11 jours par rapport à l’année solaire employée dans le calendrier grégorien. En réalité, 33 années lunaires valent 32 années solaires, et l’accumulation de ce décalage sur 700 ans engendre un écart de presque 20 ans, cela explique pourquoi Ibn khaldoun n’a pas vécu 95 ans. Il est né le premier ramadan de l’an 732 hégirien équivalant le 27 mai 1332, mort le 26 ramadan 808 équivalant le 17 mars 1406.

Après 5 ans des festivités quasi planétaires qui ont marqué le sixième centenaire de sa mort, quel intérêt pour célébrer le septième centenaire de sa naissance ? 

En réalité, deux motifs s’imposent.

Primo, parce que l’occasion est rare, et ne se renouvelle qu’une fois par siècle ; alors que la répétition de ce genre de festivités représente une belle opportunité pour raviver l’aura dont il jouit à l’échelle internationale, et pour donner l’occasion aux jeunes générations la possibilité d’être fières d’un ancien « compatriote », fils de la Tunisie, génie universellement reconnu.  Ces solennités bien choisies ne font qu’ancrer les solides balises sociétales participant à l’immunisation de la communauté contre les maux identitaires. Les commémorations bien accommodées protocolairement, bien mises en relief (au minimum le décrassage de sa statue trônant avenue Bourguiba, la restauration - à la manière des demeures hafsides - de la maison dite appartenant à sa famille sise rue Torbet el Bey, la distinction des sépulcres de ses sœurs, l’organisation de colloques internationaux traitant et de sa vie et de ses œuvres…), et bien exploitées  fonctionnellement via une relecture du socle historique tunisien ; tout cela ne peut que participer à procurer à la société tunisienne une certaine densité morale, dans le sens de lui inculquer une forte personnalité collective, et de lui montrer, sans narcissisme ou chauvinisme, sa singularité dans son milieu géographique. La relecture en continu de la mémoire collective est à la fois une obligation et une responsabilité.

Secundo, ces célébrations devront être l’occasion de faire le point sur les commémorations de 2006 pour éviter leurs carences, tout aussi pour faire resurgir leurs réussites, qui, le cas échant, en seront préservées. Elles furent presque internationales, ce fut l’occasion pour beaucoup de pays d’essayer de grignoter pour eux même une part du capital symbolique du nom Ibn Khaldoun. Dans ce contexte, énormément d’institutions universitaires à l’échelle internationale ont organisé, à propos de notre illustre personnage,  des colloques, séminaires, conférences…; où ont été, dans l’empressement, conviés, pèle mêle, des chercheurs chevronnés et d’autres novices en la matière. Certaines institutions ont commencé à publier les actes des colloques qu’ils ont organisés. Hélas, interrogeant leurs contenus, il s’avère que seulement quelques uns sont d’un excellent niveau, la majorité y sont d’un niveau très moyen, alors que d’autres frôlent le stade du navet. Articles écrits dans la précipitation, dans le contexte d’un tsunami de confabulation à propos d’Ibn khaldoun, leurs auteurs n’ont pu atterrir que dans des déserts scientifiques. Ceux la, penserais-je ne vont plus renouveler cet impair ; c’est vers cette minorité de chercheurs se prévalant d’une maitrise sans faille des méthodes d’investigations scientifiques les plus poussés, doublés d’une excellente connaissance des écrits d’Ibn khaldoun et des écrits faits autour de lui, qu’il faut se tourner pour les inviter aux colloques du septième centenaire. Il est impératif, maintenant de concevoir un réel élan de recherche sur Ibn Khaldoun dans le cadre de la rareté créatrice, plutôt que dans l’espace de la vaine logorrhée.

L’engagement de la Tunisie à être la première à étrenner les préparatifs, une année à l’avance, des festivités de la naissance de son illustre personnage représente une opportunité renouvelée pour réorienter vers elle les regards internationaux dans le cadre d’un heureux large happening. Et comme en 2006 où elle s’était révélée comme le pays le plus actif qui a commémoré le sixième centenaire de la mort d’Ibn Khaldoun ; idem, elle peut l’être pour les célébrations  du septième centenaire de sa naissance, singulièrement qu’elle à réussi toutes les manifestations diverses à caractère régional ou international qu’elle a organisées. De surcroit, ce serait pour elle l’occasion d’être fidèle à son célèbre fils, qui nonobstant ses virées en Occident maghrébin et en Orient où il mourut, lui demeura indéfectiblement attaché ; elle seule, il l’a considérée  comme étant sa patrie.

Ali Bouaziz

Directeur du site Ibn Khaldoun- site des études khaldouniennes
www.exhauss-ibnkhaldoun.com.tn

   

   


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
4 Commentaires
Les Commentaires
hamza ATALLAH - 23-08-2010 19:15

Absolument , je rajouterai une autre raison c'est que les valeures que IBN KHALDOUN à éjecter pour qu'elles soient les fondatios de la civilisation actuelle, ne sont bien dévulguées parmis nos jeunes ,et comme c'est en même temps l'année de la jeunesse il serai interressant de faire que les deux évennements se complètent, en faisant que la medinat de Tunis avec ces nmbreux centres culturels soit l'espace duquel partiront les autres manifestations. Bon courage.

abderrazak tekaia - 24-08-2010 15:17

ibn khaldoun un illustre nom que la tunisie a mis treize siecles à enfanter apres notre autre illustre hannibal et maintenant on attend toujours le troisieme qui nous sortira du sous-developpement danslequel on patoge depuis une belle lurette. l'histoire de tunisie plusieurs fois millenaire,oh comme elle est riche,beaucoup de pays nous la jalouse.l'histoire de tunisie est matiere a piocher a refaire et a penser un travail colossal qu' on a toujours laisse aux autres de le faire pour nous et de quelle maniere ils l'ont fait: l'epoque carthaginoise,romaine,vandale,byzantine et islamique:c'est tout cela le tunisien.j'espere seulement que le chantier commence et alors on verra que le tunisien sera tres fier d'appartenir a ce beau merveilleux pays ouvert tolerant et acceuillant. l'enseignement de l'histoire de tunisie dans nos ecoles est presque inexistant (vous n'avez qu'a voir en france par ex.ce qu'ils ont déjà et ce qu'ils sortent comme livres chaque annee sur leur histoire,eux qui ne sont pas millenaire sans parler des livres scolaires qui ils sont bien illustres et pedagogiques...) mais quand il est fait c'est d'une mauvaise maniere (un petit sondage aupres des eleves vous le confirmera);un tres grand effort a faire dans ce domaine c'est le premier bain d'histoire et de culture de notre jeune citoyen et c'est son baguage pour prendre a bras le corps le train en marche et continuer a batir ce que les enciens ont commencé. pour revenir sur ibn khaldoun qui est meconnu dans son pays (je veux dire ses oevres)et qui est connu que par le nom alors qui est lu et traduits dans les autres langues.il va falloir dissequer ses oevres les moderniser les simplifier les resumer pour que les jeunes puissent les lire et comprendre son importance sans parler des choses symboliques :entretient de sa statue,sa maison les lieux où qu'il frequentait...

bensassi - 25-08-2010 15:32

Ibn khaldoun était un tunisois mais pas un tunisien quand on est spécialiste en histoire, la rigueur impose de ne pas confondre les genres. Malgré tout ce qui a été écrit sur cet illustre savant personne n'a évoqué "ses légendes" qui rappellent beaucoup celles d'un autre grand savant Roger Garaudy. Leader's pourrait poser cette question à ses lecteurs:à quelle page des prolégomènes ibn khaldoun traite-t-il des mensonges des israélites pour les réfuter? pourquoi pas un petit cadeau pour la bonne réponse?

Alain Cherper - 25-08-2010 17:33

Le sixième centenaire de sa mort selon le calendrier grégorien, ou le septième centenaire de sa naissance selon le calendrier hégirien, toutes les occasions pour commémorer la mémoire du génie universel qu’est Ibn khaldoun sont bonnes. Personnage presque mythique, Ibn khaldoun est l’un des très rares hommes qui jouissent d’un consensus mondial autours de leurs génies, il est un personnage-pont entre l’Occident et l’Orient.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.