News - 09.11.2018

Un livre-repère: Abdallah, tirailleur tunisien en 14/18

Un livre-repère: Abdallah, tirailleur tunisien en 14/18

Et si on restituait l’engagement des 86 903 Tunisiens dans la Grande guerre à travers le portrait d’un tirailleur bien identifié? Le mérite revient au lycée français Gustave-Flaubert de La Marsa (avec comme proviseur Bernard Vasseur), à la faveur du démarrage en 2014 de la commémoration du centenaire de l’Armistice. Sous la direction du professeur d’histoire-géographie Pierre-Emmanuel Gillet, six élèves s’y sont investis dans un travail collectif, aboutissant à l’édition d’un livre sous le titre de ‘’Abdallah, tirailleur tunisien en 14/18’’.

Nous sommes le 15 avril 1915 à Alger où les tirailleurs d’Afrique du Nord étaient rassemblés pour embarquer sur l’un des paquebots ‘’Ville d’Alger’’ et ‘’Manouba’’ à destination du port de Sète, pour être acheminés sur les lignes du front. Abdallah Ben Ahmed Ben Belgacem, originaire de Ghardimaou (sur les frontières tuniso-algériennes), avait alors 20 ans. ‘’Un anonyme parmi tant d’autres, y lit-on. Un simple prénom et aucune photographie. Mais Abdallah, c’est aussi un homme qui fait preuve d’un courage exceptionnel et d’une volonté de fer, un homme qui reçoit éloges et décorations venus récompenser des actions d’éclat, un homme qui souffre quotidiennement et qui endure tous les sacrifices, un homme qui fait honneur à la devise de son régiment «Sans peur et toujours en avant» jusqu’au sacrifice ultime un matin d’octobre 1916.’’

Récit d’épreuves endurées en plein froid hivernal enneigé, avec très peu de nourritures, dans les tranchées à creuser, et face au feu nourri de l’armée allemande, témoignage de sacrifices consentis et propos de familles de tirailleurs : l’ouvrage, riche en documents, contribue à préserver une part significative, mais peu connue, de notre mémoire.

Lire aussi

Le Forum de Macron : paix et gouvernance

Centenaire de l’Armistice (1914 - 1918): Ces 86 903 combattants tunisiens pour la France

Le centenaire de la guerre de 14-18 et… le mariage de ma grand-mère


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
hassen zenati - 09-11-2018 11:02

Ce Tunisien engagé de force dans l'armée française pour défendre la France, un pays qui lui était totalement étranger, est une victime du système colonial et non un "héros". Il furent des milliers de Maghrébins et d'Africains a être déracinés de leur terre natale pour aller combattre et souvent mourrir en première ligne sur une terre étrangère, enrôlés pour une cause qui n'était pas la leur, alors que leur pays souffrait sous le joug colonial. Les droits des rescapés, gueules cassées, estropiés ou gazés, furent méconnus pendant des décennies. Dans mon propre village, j'ai connu des anciens combattants rescapés de la guerre 14/18 devenus SDF sans avoir bénéficié d'aucun secours de la puissance coloniale qui, en dehors d'une maigre pension trimestrielle, les avait ignorés. Je ne sais pas ce qu'il est advenu du tirailleur Abdallah. Mais on peut tenir pour certain qu'il n'était, comme bien d'autres enfant d'Afrique et du Maghreb, que la face hideuse de la colonisation que l'on tente de nous dissimuler sous les oripeaux d'un récit historique flatteur fait de gloriole, à des fins de re-colonisation culturelle. Il n'est d'ailleurs pas indifférent que ce soit un lycée français qui prenne l'initiative de cette enquête sous cet angle mystificateur -- sous la barbe et le nez d'un ministère tunisien de l'Education nationale plongé dans les querelles de sérail.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.