Aerolia

Aerolia-Tunisie: le premier jalon d'un parc aéronautique national

Aerolia"Dans quelques semaines, le premier A320 doté de cadres et panneaux fabriqués sur le titre de Mghira sera livré à la compagnie Tunisair". L'assistance venue assister à la pose de la première de l'unité d'Aerolia-Tunisie applaudit. Et comme pour prouver à son auditoire qu'il ne s'agit pas d'un effet d'annonce, le Président de cette entreprise, Christian Cornille ajoute: "en ce moment, le premier airbus (un A 321 de la Lufthansa),  doté d'éléments construits sur le site de Mghira, fait son premier vol commercial. Nous pouvons en être fiers. Vous pouvez en être satisfaits". La salle apprécie et les applaudissements crépitent de nouveau.

L'ambassadeur de France n'a pas manqué de le rappeler: depuis trois ans, le mois d'avril est marqué par des évènements importants au plan des relations tuniso-françaises. Ce fut d'abord la visite du Président Sarkozy en 2008, suivie de celle de son Premier ministre, François Fillon en avril 2009. Une année plus tard, le 30 avril, c'est la pose de la 1ère pierre  de l'usine Aerolia-Tunisie, en grandes pompes,  en présence de trois ministres tunisiens, ceux du Développement et de la coopération internationale, du Transport et de l'Industrie et de la Technologie, de l'Ambassadeur de France, du Président du Conseil d'Administration d'Aerolia, du Président d'Aerolia et du Directeur Général d'Aerolia.

Couvrant une superficie de 20000 m2 dont 10000 couverts, la nouvelle unité est implantée sur le site de Mghira, une zone industrielle pilote située entre Fouchana et El Mourouj. Elle accueillera d'ici à 2014, près de 500 "compagnons" et 250 administratifs et ingénieurs, tous dédiés à la fabrication des panneaux de la famille des A320 et des A330-A340 d'Airbus: "cette usine, a noté le Président d'Aerolia n'est pas un site concurrent de Méaulte, Toulouse ou Saint Nazaire, il est un de nos quatre établissements qui nous permettront, ensemble, d'accroître notre compétitivité et notre présence au niveau international".Faisant allusion à la polémique qui se développe en France sur les délocalisations, M. Cornille a affirmé avec force que "les emplois créés en Tunisie sont destinés à sécuriser les emplois en France".

Un projet gagnant-gagnant

Il faut remarquer qu'Aerolia n'a pas attendu la construction de cette unité pour se lancer dans la production des sous ensembles d'Airbus. Moins d'un an, à peine après la signature, le 28 janvier 2009, à Tunis d'un accord industriel entre le Gouvernement tunisien et Aerolia, N°2 mondial des Pointes Avant et N°1 français des aérostructures, faisant de la Tunisie, le premier pays de son développement à l'étranger, la production d'aérostructures et de cadres aéronautiques s'engageait progressivement dans des halls provisoires à Mghira et les premières livraisons effectuées dès la fin du mois de novembre de la même année: "au cours de cette étape, 45 agents (compagnons dans la terminologie d'Aerolia) étaient formés au Centre de Formation, situé à quelques encablures du nouveau siège et  par six "tuteurs" Aerolia et 7 membres de l'encadrement." Pour le Directeur Général d'Aerolia, cette période a été mise à profit pour valider nos process de fabrication et de produire une grande quantité d'éléments qui ont été par la suite livrés, pour montage, au site Aerolia de Méaulte".

AeroliaLe site d'Aerolia Tunisie se trouve au coeur d'un  parc  aéronautique de 13 hectares où six partenaires ont annoncé leur intention de s'installer sur le site et vont engager incessamment de travaux pour la construction de leurs unités respectives. Il s'agit de Aerostam pour l'usinage, Corse Composites Aéronautiques pour le composite, Mécahers pour la tôlerie, Mécanyvois pour l'outillage, Mécaprotec pour le traitement de surface, et Figeac Aero pour l'usinage: "au total, ce sont près de 750 nouveaux salariés qui travailleront au sein de ces sociétés partenaires; ils composeront ainsi, avec leurs collègues d'Aerolia un pôle de 1500 salariés" a précisé le directeur des opérations d'Aerolia.

Tant du côté tunisien que du côté français, on se plait à souligner le respect des engagements et de l'échéancier établi lors de la signature de l'accord  ainsi que son caractère gagnant-gagnant. Mais le mot de fin appartient au  Ministre du Développement et de la Coopération Internationale qui a résumé en quelques mots la portée de l'évènement: "ce projet s'insère parfaitement  dans les axes de coopération mutuelle que nous ciblons en matière de coopération industrielle et de développement des ressources humaines(...) Il ne se limite pas à la création d'une unité de production industrielle en Tunisie par un investisseur en quête d'amélioration de la compétitivité de son entreprise, mais se rapporte à la création d'un parc industriel impliquant toute une filière avec un impact important sur plusieurs métiers en même temps."

Galerie

Images
Voir la galerie
Retrouvez cet article sur nos applications mobile!
Laissez un commentaire
Autres articles dans cette rubrique
 
 
Relations presse
Lu pour vous
L'enjeu majeur 25-11-2014 2323 Vues