News - 10.08.2018

Femmes rurales: effet d’annonce ou début de reconnaissance ?

Femmes rurales: effet d’annonce ou début de reconnaissance ?

Le chef du Gouvernement vient de déclarer que 500 000 femmes en milieu rural disposeront d’une couverture sociale. La déclaration intervient tout juste à la veille de la fête de la femme le 13 Août.
S’il convient de saluer cette annonce, elle n’est en fait qu’une redite d’une précédente déclaration de ce que la Ministre de la femme, datantd’environ 10 mois. Toutefois il eut été plus crédible que cette déclaration salutaire aurait été plus crédible si elle était accompagnée de plus de détails et d’explicitations : Quelles procédures seront mises en œuvre ? Et dans quels délais ? On ose espérer que le chef du Gouvernement sera un peu plus loquace lors de la fête de la femme.

Mais revenons un instant sur la portée possible de cette décision. Combien sont-elles ? Qui sont précisément ces femmes ? De quel type de couverture pourront-elles bénéficier ?

Le chiffre de 500.000 a été avancé ! Soit ! Mais ajoutons que près d’un tiers d’entre elles sont analphabètes, que plus de deux tiers d’entre elles sont femmes au foyer et que seulement 19% d’entre elles disposent d’un revenu en propre ! La FAO et l’INS ajoutent que près de 47% des femmes rurales sont des travailleuses occasionnelles, une sorte de main d’œuvre d’appoint à différents moments du cycle agricole (récoltes, entretien, sarclage, stockage, soins des animaux) et de la vente de proximité des produits. Elles exécutent 100% des travaux domestiques sans lesquels les cellules familiales ne sauraient survivre (ramassage du bois, collecte d’eau, entretien des lieux).

Autant dire que de facto ces femmes rurales constituent pour l’essentiel une main-d’œuvre familiale non rétribuée. Autrement dit leur contribution quantitative comme qualitative à l'agriculture et à la pérennité des liens et de la vie familiale (ce que l’on appelle l’économie domestique) est au pire totalement ignorée, au mieux largement sous-estimée dans les statistiques.

Une marginalisation de ces femmes est aggravée par une exposition à de multiples facteurs de risques liés à leur intégrité physique comme morale. Une étude de l’ONU-femmes en partenariat avec  le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme, confirme des faits alarmants.81% d’entre elles, déclarent travailler dans des conditions pénibles voire très pénibles tandis que 35% sont confrontés à risque d’accidents de travail, à des maladies professionnelles et à des conditions de transport exagérément difficiles, quand elles ne sont pas dangereuses et illicites ! que dire des conditions d’accès à des soins ! Dispensaires et centre de soins sont en moyenne distants de 4 kms ! Par conséquent, ces femmes ne consultent au mieux que 3 fois par an, autre symptôme s’il en ait, du fait qu’elles-mêmes réfrènent leurs besoins de santé (autocensurés). Mais certains auront tôt fait de dire qu’il ne s’agit après tout que de négligence, là où s’exprime en réalité un déni de leur condition sociale !

Dire que leurs conditions de vie et de travail sont encore féodales est indubitablement excessif ! Il n’en demeure pas moins qu’elles ne sont pas dignes en ce début de 21e siècle !

En dépit des nombreuses enquêtes et études qui corroborent toutes, cette précarité sociale, peu a été jusqu’ici fait, notamment en raison des pesanteurs sociales et culturelles. Ainsi et à la question toute simple mais hautement instructive : Quelle probabilité ont les femmes rurales d’échapper à leur condition ? Autrement dit qu’elle est leur capacité à sortir du processus de reproduction du même schéma de la vie rurale actuelle en s’assignantà cette division du travail et plus généralement de l’organisation de la vie sociale de la campagne ? Hélas, elle demeure limitée voire quasi nulle !

D’autres indices confirment cette vulnérabilité aux limites de l’insoutenable. Le taux de prévalence de la violence contre les femmes est supérieur en milieu rural ou péri-urbain : Près de 2 femmes sur 3 évoquent ces violences mais seulement 2 sur 10 osent porter plainte ! Les pesanteurs sont, à ce point, puissantes que la plupart d’entre elles banalisent et estiment ne pas devoir en parler ! Certains rétorqueront que les filles, plus que les garçons, réussissent mieux leur parcours éducatif ! Une illusion d’optique savamment entretenue, car au final les femmes diplômées sont deux fois plus nombreuses à être au chômage et que le taux d’activité féminin est toujours aussi insignifiant : 23% contre 71% pour les hommes. Une tendance aggravée en milieu rural du fait même de la très faible diversité des emplois disponibles. Lorsque ces femmes sortent de l’emprise de leur milieu c’est le plus souvent par nécessité plus que par choix, en allant occuper des emplois dans le secteur informel ou le petit artisanat (en vue d’une rémunération d’appoint). Rappelons aussi à toutes fins utiles, que si 6% des femmes sont chefs d’entreprises au plan national, elles ne sont plus que 0,5% en milieu rural. Mais plus généralement que dire de la représentativité des femmes rurales au sein des instances politiques syndicales et plus généralement associatives ? Une quasi-absence !

Alors oui améliorer le taux de couverture par un régime de sécurité sociale serait une avancée. Mais il y a encore de l’intention à sa réalisation, entre cette déclaration et sa pleine effectivité. Quelles seront les conditions d’éligibilité ? Quelles seront les modalités pratiques d'accès ? De quelle couverture sociale explicite est-il question ? Maladie, accidents du travail, retraite ? Les droits seraient ils identiques pour les femmes : aides familiales agricoles, journalières et occasionnelles, employées d’activités informelles ou de l’artisanat local. Une diversité de statuts et de situations qui augurent de nombreux obstacles quant à la mise en œuvre pleine et entière ! Quelles en seraient les modalités de financement ? Observons tout d’abord que les régimes agricoles actuels sont déficitaires, peu efficaces et offrent des prestations dérisoires quel que soit lesexe ! Alors par de nouvelles cotisations sociales, mais sachant que la grande majorité des exploitations agricoles familiales n’ont pas réellement de statut fiscal précis. Comment les convaincre que l'enjeu vaut la chandelle si le taux de cotisation même réduit peut serait perçu comme un manque à gagner ? De très nombreuses questions qui demeurent pour l'instant sans réponses !

Alors, et pour l’heure, on ne peut que saluer l’initiative tout en demeurant dans l’expectative de l’énonciation des mesures précises et concrètes…. L’autonomisation des femmes et des femmes rurales en particulier est un enjeu majeur de notre société.Une prise en compte simultanée et intégrée des divers obstacles obstruant cette autonomisation passe aussi par un accès à des emplois dignes, à un logement social en milieux rural, à l’eau courante et inévitablement à la propriété ! Toutes ces questions rejoignent inévitablement le débat désormais ouvert autour de Colibe.

Hella Ben Youssef
Vice-Présidente d’Ettakatol
Vice-Présidente de l’Internationale Socialiste des Femmes


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
KB - 11-08-2018 01:36

Lui non plus ne connait pas les détails. C'est une ONG américaine qui est à l'origine de cette mesure, qui va la financer et qui a posé ses conditions, notamment sur le nombre des bénéficiaires. lui, essaye de s'attribuer le mérite, c'est ce qu'on appelle de la triche! .

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.