Opinions - 13.07.2018

Mohamed Meddeb: Un conseil de sécurité nationale sans militaires ni sécuritaires ?

Un conseil de sécurité nationale: sans militaires ni sécuritaires ?

Suite à l’opération terroriste de Ain Soltane, région Ghardimaou/Jendouba, il n’y a pas de plus normal que le Conseil de Sécurité Nationale (CSN) se réunisse pour examiner la situation et prendre les mesures qui s’imposent pour remédier à d’éventuels dysfonctionnements et aussi consolider les dispositions déjà en vigueur et qui se seraient avérées efficaces. C’est ce que fut fait le mardi 10 juillet, soit deux jours après cette fâcheuse opération. Que Dieu bénisse nos martyrs. Les décisions annoncées à l’issue de cette réunion, certainement pour des raisons de réserve, sont trop générales, génériques même et trop peu précises, ne peuvent donc être discutées et appréciées. A mon avis, cette attitude réservée exprimée dans le texte du compte rendu final de cette réunion, marque un début de prise de conscience sur ce qui est à annoncer publiquement et ce qui relève du secret, donc à protéger, ce serait l’expression d’un haut sens de professionnalisme et de maturité,qu’on ne peut que saluer.

Ainsi, tout aurait été plus que normal si ce n’est l’étonnante composition du CSN réunie à cette occasion, composition dont étaient exclus, à une seule exception, tous lesvrais Hauts Responsables Militaires et Sécuritaires, et pourtant, l’ordre du jour annoncé de la réunion couvre exclusivement l’opération terroriste de Ain Soltane, donc de terrorisme et de guerre. Ma remarque donc, ne porte pas sur les participants à cette réunion, plutôt elle est relative à l’absence incompréhensible des hauts responsables militaires et sécuritaires,alorsque la nature même de l’objet de la réunion, les attributions des responsables écartéset la mission même du CSN imposent. Il s’agit notamment des trois Chefs d’Etat-Major des trois Armées, Terre, Air, Mer(*); du Directeur Général de l’Agence de Renseignement et Sécurité de Défense du Ministère de la Défense d’une part et des Directeurs Généraux respectifs, de la Sureté Nationale, des Services Spéciaux et de la Garde Nationale du côté du Ministère de l’Intérieur de l’autre.

La présence de ces responsables n’est pas une option, elle est plutôt une nécessité dictée par les raisons plus qu’évidentes suivantes:

  • N’incombe-t-il pas à ces mêmes responsables de mettre en œuvre les décisions de ce Conseil ? ne doivent-ils pas savoir les dessous, l’esprit de ces décisions ? les considérations qui y ont conduit ? les objectifs à atteindre ?
  • Ces responsables, n’ont-ils pas sous leurs ordres les Forces, les moyens matériels et personnels nécessaires à l’application des décisions arrêtées ?
  • Qui peut mieux qu’eux, avec une moyenne de plus de 35 ans d’expérience, peut mieux comprendre ces problématiques de Défense et Sécurité Nationale, de Terrorisme et autres, proposer les mesures adéquates à prendre et apprécier les moyens nécessaires à y consacrer ?
  • N’ont-ils pas sous leurs ordres les forces à engager dans les différentes opérations ? N’ont-ils pas la charge d’adapter l’instruction des troupes et la formation des cadres à l’évolution de la situation discutée et des menaces ?
  • Ne leur revient-il pas, de par leur fonction et la loi, de prévoir les mesures à prendre pour adapter l’institution, personnel et matériel, à l’évolution future de la situation sécuritaire dans le pays et la région ? Ne leur revient-il pas présenter aux Autorités politiques les plans de réforme de leur institution et évaluer leurs coûts ?

S'est-on demandé comment ces Responsables, peuvent-ils accomplir leurs tâches institutionnelles en étant tout simplement écartés de la plus haute institution dédiée, en principe, à l’étude de telles problématiques ?

Pour ces raisons, tout simplement de bon sens, et de forte nécessité, la composition du CSN prévue dans la Section 2 du Décret gouvernemental n° 2017-70 du 19 janvier 2017 relatif au Conseil de Sécurité Nationale, devrait être revue en urgence pour y inclure ces hauts responsables, premiers concernés au fait, par la préparation des décisions de ce même CSN et surtout de leur application.

Faut-il ajouter que la présence de ces responsables n’est nullement incompatible avec la participation au dit Conseil de Messieurs les Ministres des Départements dont ils relèvent, les missions et les prérogatives des Politiques et des Militaires et Sécuritaires, ne sont ni incompatibles ni interchangeables, au contraire, elles sont différentes, complémentaires et à des niveaux tout à fait différents. Aux Responsables Militaires et Sécuritaires incombent d’éclairer les autorités politiques, leur fournir les données pour qu’ils prennent les bonnes décisions, ensuite il leurs revient de mettre en application celles-là sur le terrain, aux Politiques, reste le rôle de décider. C’est cela la concrétisation duprincipe de "la primautédu politique sur le militaire", principe bien assimilé par les militaires et qui ne veut nullement signifier leur mise à l’écart de tout le processus décisionnel et se contenter de leur remettre les décisions à appliquer sans leur donner l’occasion d’en comprendre ni les tenants ni les aboutissants, toujours « sans hésitation ni murmure ! ». Les militaires font totalement confiance aux politiques pour qu’ils prennent les décisions qui s’imposent, cette confiance ne doit-elle pas être réciproque ?
L’écartement des Hauts Responsables Militaires et Sécuritaires du Conseil de Sécurité Nationale ne peut avoir la moindre justification et ne sert aucunement l’intérêt national, au contraire, cela handicape largement le processus décisionnel national en matière de Défense et Sécurité Nationale et porte fatalement, préjudice à la sécurité du pays !

(*) Nota: le jour où serait instauré un Etat-Major Interarmées, le Chef de celui-ci pourrait, bien sûr, remplacer les Chefs d’Etat-Major des trois Armées.

- Que Dieu garde la Tunisie -

Gl (r)) Mohamed Meddeb
Armée Nationale
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
Fatah - 13-07-2018 16:35

Nos questions... restent sans aucune réponse.Très dommage, plutôt c'est bien mesquin.Signé, le président du parti politique «la voix du citoyen tunisien» (VCT)

KASDALLAH Mohamed - 13-07-2018 17:08

Mon Général bonjour ,je voudrais vous susurrer qu'écrire,comme vous le faites parfaitement ,c'est magnifique mais ètre lu et surtout écouté c'est autre chose .Personnellement ,j'enrage qu'on soit si inaudible mais égalemenr si naif de croire que ce système finira par trouver le bon sens .Pour l'heure,tout est complètement verrouillé et les préoccupations des politiques sont ailleurs .

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.