News - 18.11.2017

Imed Hammami pourra-t-il réussir à la Santé? Pourquoi Youssef Chahed l'a choisi?

Pourquoi Youssef Chahed a choisi Imed Hammami pour diriger le ministère de la Santé

Un ingénieur qualiticien, considéré comme une ‘’icône d’Ennahdha 2.0 », à la tête du ministère de la Santé ? Youssef Chahed n’a pas résisté à tenter l’expérience. L’ayant pratiqué de près depuis près de 15 mois, depuis août 2016, en tant que ministre de l’Emploi, puis de l’Industrie, et surtout lors de l’épreuve d’El Kamour, il se sent à l’aise à travailler avec lui. Plus d’une fois, en conseil des ministres, Hammami avait fait preuve de loyauté totale au gouvernement, quitte à se démarquer de certaines positions de son parti, Ennahdha. C’est ce qui lui a valu la confiance de Chahed et des critiques au sein du Majles Echoura.

Chahed espère pouvoir compter sur l’esprit de compromis et la recherche de l’efficience de Hammami pour engager à fond à l’élan de reprise en main du ministère amorcé, mais pour une très courte durée par son prédécesseur, Slim Chaker. 

Sept ministres en 7 ans

Depuis 2011, le ministère de la Santé a été dirigé par sept ministres successifs à savoir : Dr Habiba Ezzahi Ben Romdhane (Indépendante), Dr Slah Sellami (Indépendant), Abdellatif El Mekki (Ennahdha), Dr Mohamed Salah Ben Ammar (Indépendant), Said El Aïdi (alors Nidaa), Dr Samira Merai Friaa et Slim Chaker. En dehors d’El Mekki qui était resté deux ans, tous les autres n’ont bénéficié que de très courtes périodes qui ont accru l’instabilité et empêché toute action en profondeur. L’indiscipline, l’absentéisme, l’hégémonie syndicale, la dérégulation, le coulage des médicaments et autres produits pharmaceutiques, l’abus dans l’exercice de l’Activité professionnelle complémentaire (APC), la violence contre le personnel médical et paramédical et dysfonctionnements généraux ne sont que la partie apparente d’un mal profond. La santé est malade souffrant de tous les maux. 

Que peut faire le 8ème ministre, depuis 2011. Fort de la confiance du chef du gouvernement et de l’appui de son parti, Ennahdha, mais aussi de ses bonnes relations avec l’UGTT, Imed Hammami détient des atouts précieux. Si on le laisse agir. 

Lire aussi
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
nebli youcef - 18-11-2017 20:58

Certainement plusieurs acteurs , à commencer les dirigeants son propre parti,ne vont pas le laisser agir dans le droit chemin. La question qui se pose, aurait-il la capacité de défier tous ceux qui sont contre le changement et de déclencher le processus de changement pour une santé de meilleurs auspices? Si oui, Imed hammami serait l'exception confirmant la règle générale: les responsables de nahda agissent volontairement contre les intérêts de la nation. Je l'espère bien. C'est le seul dirigeant de nahda qui m'inspire confiance.

Abbassi - 19-11-2017 09:14

Les atouts dont parle votre article sont loin de suffire pour soigner les maux dont souffre le secteur ! S'ils ne sont pas associés à l'expérience puisée dans le secteur de la Santé Publique.

kameleon78 - 30-11-2017 22:51

Il a été choisi : 1. C'est un protégé du Gourou Ghannouchi 2. Il fait partie de Nahda alliée avec Nidaa tounès avec ce gouvernement d'Union Nationale donc Ghannouchi a demandé de le désigner.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.