News - 12.10.2017

La sécurité nationale tunisienne en transition, thème d’un colloque international à la Faculté des Sciences juridiques

Haikel Mahfoudh

Quelles perspectives de développement de la sécurité nationale tunisienne dans un contexte de défis globaux et quel avenir du multilatéralisme sécuritaire ? Deux questions majeures qui seront au cœur des débats du colloque international sur la sécurité nationale en transition devant se tenir les 19 et 20 octobre courant à Tunis. Organisé par le Laboratoire de recherche en Droit international et européen et Relations Maghreb-Europe (LR-DIERME) de la Faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis (FSJPPST), dirigé par le professeur Haykel Ben Mahfoudh, à la faveur de la célébration du 30ème anniversaire de la Faculté, il réunit d’éminents chercheurs et experts sécuritaires et militaires des pays d’Afrique du Nord et d’Europe.

Tour-à-tour, les participants auront à traiter, au cours d’un dense programme, des fondements et enjeux de sécurité nationale, de la typologie des menaces et approches sécuritaires, de la gouvernance et des contrôles démocratiques et des enjeux de la coopération sécuritaire. Une table ronde sera consacrée à l’avenir du multilatéralisme sécuritaire.

Parmi les participants du côté tunisien, on relève notamment le Pr Ferhat Horchani, ancien Ministre de la Défense et ancien Doyen de la Faculté de droit et de sciences politiques de Tunis, l’Amiral (r) Kamel Akrout, Conseiller principal auprès du Président de la République, Secrétaire permanent du Conseil de Sécurité Nationale, et les Prs Neïla Châabane et Slim Laghmani, ainsi que l’expert en géostratégie et prospective, Mehdi Tej. 

L’actualité a sans doute décidé du choix du thème, mais il est certain aussi que les changements politiques majeurs qui ont eu lieu en Tunisie depuis le début de 2011, sont aussi au cœur des préoccupations des politiques et stratégies de sécurité nationales de nombreux pays dans la région.

Le terrorisme s’impose comme fléau ravageur de nos valeurs et vies, mais notre sécurité ainsi que celle de nos voisins est-elle réduite à ce seul et unique fléau ? Sommes-nous loin du risque de développement du nucléaire nord-coréen, ou à l’abri de nouvelles secousses politico-sécuritaires dont l’épicentre pourrait bien être l’un de pays de la région méditerranéenne ? Devrions-nous agir seuls ou mutualiser nos connaissances, méthodes et moyens pour répondre d’urgence et avec efficacité aux problèmes de sécurité régionale aussi complexes que variés les uns et les autres ? 

Autant de questions que le Pr Haykel Ben Mahfoudh, directeur du LR-DIERME, ne manque pas de relever en soulignant l’existence de ruptures dans les équilibres stratégiques (finances - emploi-développement) des pays dans la région. Il estime dans un entretien accordé à Leaders que les facteurs de risques et de fragilisation des systèmes sécuritaires sont multiples, pour n’en parler que dans des enceintes restreintes. « Il faudrait élargir le spectre, réagir face à la multiplication des menaces en croisant les regards et les approches, définir donc les contours de la sécurité nationale, insiste-t-il. Pour ce faire, une grille de lecture de l’état de notre sécurité nationale dans ses dimensions politiques, militaires, économiques et culturelles reste encore à élaborer.» 

« Le champ du droit ne peut et ne doit rester hermétique face à ces bouleversements dont l’effet ou les impacts transgressent les frontières politico-juridiques, poursuit le Pr Ben Mahfoudh. Prendre la mesure des changements et bouleversements qui agitent le monde, s’adapter à un nouveau contexte politico-stratégique, en repensant les questions de liberté, de sécurité, de défense du territoire et des citoyens, repenser le droit à la lumière des ces enjeux et défis sécuritaire, ce sont là des champs à peine défraichies par les spécialistes, plus du droit que des transformations institutionnelles d’ailleurs. »

Selon lui, « le véritable défi est de ne pas simplement apporter des réponses immédiates - bien que nécessaire - à des questions vitales, mais de mener plutôt une réflexion globale sur les problèmes de sécurité nationale en Tunisie, dans une démarche prospective de la transformation démocratique des systèmes sécuritaires. En ce sens, la transition n’est pas seulement politique, elle est aussi sécuritaire. En se penchant sur ces questions, l’université s’ouvre à des domaines de recherche jusque-là réservés au monde politico-sécuritaire/militaire.»

convoquant une réunion constituée de spécialistes nationaux et étrangers des questions sécuritaires, de chercheurs venus de divers horizons du monde académique – et pas uniquement de juristes – mais aussi d’intellectuels et d’acteurs de la société civile travaillant par exemple sur la dé-radicalisation, les organisateurs du colloque souhaitent tracer une ligne directrice à leurs travaux : élaborer un cadre conceptuel et méthodologique pour l’étude et l’analyse des questions de sécurité nationale et ce en prenant en compte les domaines de convergence et de divergence avec d'autres pays et régions dans le bassin méditerranéen, notamment le Maghreb et l’Europe.
Par ce premier colloque interdisciplinaire, les organisateurs voudraient-ils, sans-doute, susciter un débat approfondi sur les questions de sécurité nationale afin de créer un cadre de réflexion sur les structures, les politiques et choix stratégiques dans un domaine en pleine transition, partout dans le monde. 
L’autre ambition est de constituer une communauté de chercheurs et d’experts en mesure de comprendre, analyser et développer les problèmes de sécurité nationale dans leurs dynamiques les plus complexes. De cette première rencontre scientifique, naitront certainement des approches et outils méthodologiques dont le mérite est de structurer et orienter le débat et la réflexion sur un concept en pleine transition. 
Enfin, le colloque sera clôturé par une table ronde devant débattre de l’avenir du multilatéralisme sécuritaire. Les systèmes de sécurité collective ou les partenariats internationaux et régionaux dans les domaines de sécurité et de défense, suscitent tout autant l’enthousiasme de leurs promoteurs que le scepticisme de leurs négateurs. Pour ou contre ? Les arguments ne manqueront pas aux défenseurs des deux camps.
Un programme riche et diversifié devant susciter des débats aussi utiles que constructifs.
 
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.