News - 08.10.2017

Riadh Zghal: Qui a peur de tourner le dos au passé ?

Qui a peur de tourner le dos au passé ?

Il se trouve que la classe politique de notre pays ne veut pas tourner le dos au passé et tente plutôt de la ramener au présent, tout en étant divisée sur quel passé ramener. Il y a le passé idéologique islamiste qui exprime une nostalgie d’une époque lointaine. Non pas celle de l’âge d’or de l’Islam où les musulmans bâtissaient une civilisation, produisaient des sciences et une riche culture faite de tolérance, de poésie, d’art et de valeurs. Mais la nostalgie d’un mode de vie semé de violence, d’intolérance, de discrimination de genre, et d’une organisation sociale hiérarchique et figée.

A l’opposé, il y a le passé idéologique de ceux qui se réclament de gauche, organisés dans une union de partis qui guerroient contre le libéralisme. Ils continuent à croire que c’est à l’Etat de satisfaire tous les besoins de la société en matière de santé, d’éducation et d’emploi et que le privé ne peut être que prédateur et donc il est à combattre.  Il y a aussi ceux qui sont tournés vers le passé avec un esprit revanchard. Ils voient dans tous ceux qui ont assumé des responsabilités avant le 14 janvier 2011 des personnes à abattre, oubliant que sans les institutions jalousement sauvegardées par l’administration, le pays aurait sombré dans le chaos comme cela s’est passé dans un autre pays si proche. Ces assoiffés de vengeance semblent aveugles à la pente descendante, dans plus d’un domaine, sur laquelle glisse le pays depuis plus de six ans. L’autre catégorie tournée vers le passé est celle des nostalgiques du régime dictatorial d’un Etat fort installé depuis l’indépendance jusqu’à 2011. Un Etat autoritaire, policier, nourri de régionalisme et de népotisme mais qui a à son crédit de nombreux succès en matière d’éducation, de santé, d’économie et de modernisation du pays. Mais ceux-là oublient qu’en l’absence de démocratie et de liberté d’expression, beaucoup d’acquis se sont avérés volatiles car ils étaient accompagnés d’inégalités, d’injustice du fait des décisions prises de façon unilatérale, perdant de vue les véritables besoins d’une société qui a changé par l’effet même des progrès réalisés en matière d’éducation, d’accès à l’information et aux nouvelles technologies, de décloisonnement des régions…

Il semble que c’est toute la classe politique qui regarde vers le passé, à part ceux qui sont dans le feu de l’action et particulièrement le chef du gouvernement qui évolue sur un terrain jonché d’obstacles, ceux qui sont déjà présents et ceux qui poussent comme des champignons chaque fois qu’une décision visant le changement se dessine à l’horizon.  Quand les professionnels de la politique tourneront le dos au passé, oublieront leurs rancœurs et relativisent leurs dogmes idéologiques, alors ils pourront se tourner vers le futur pour reconstruire le pays et le placer dans la position qu’il mérite sur la scène internationale. S’accrocher au passé que l’on préfère, sans un regard critique, n’a généré—on l’a vu— que des discours enflammés opposés sur tout et n’importe quoi, des conflits, de la violence, de la corruption, du commerce parallèle, de plus en plus de pauvreté et de désespoir. L’agressivité partagée généreusement par les politiques est relayée par des médias et des faiseurs d’opinion, elle est diffusée dans toute la société et l’on se demande pourquoi l’incivilité dans toutes ses formes s’invite au quotidien. Si le remaniement ministériel ramène des compétences aux commandes de l’Etat, c’est tant mieux, mais ce n’est pas suffisant. Pour sauver le pays, on a besoin d’un discours articulé autour de ses intérêts vitaux. Ce n’est pas le discours «épouvantail» qui rappelle sans cesse le taux d’endettement croissant, le déficit budgétaire, le déséquilibre de la balance commerciale et bien d’autres maux. On a besoin d’un discours qui mette en avant un noyau dur qui unit le plus grand nombre de Tunisiens ; un discours qui éveille le sens de la responsabilité et de la citoyenneté; un discours qui évoque des initiatives qui marchent et qui sont reproductibles pour le bien de davantage de citoyens, peu importe la couleur politique ou la position de son initiateur… 

Mobiliser autour de projets qui répondent aux aspirations des citoyens stimule la solidarité et la collaboration. C’est ce que notre pays a vécu au lendemain de l’indépendance et c’est ce qui a permis de construire l’Etat. Mais quels projets?

Les différents ministères disposent d’une multitude d’études aboutissant à des recommandations dont beaucoup sont restées lettre morte. On dispose d’un plan de développement pour les années à venir jusqu’à l’horizon 2020. L’Ites a produit des études prospectives dont la dernière a touché plusieurs composantes du système en Tunisie. Tout cela constitue autant de ressources exploitables pour l’action. Et quand on veut agir, on finit toujours par trouver les moyens et pas seulement ceux de l’Etat. Pour ma part, je pense qu’il faut faire confiance à l’esprit entrepreneurial de plusieurs Tunisiennes et Tunisiens, et travailler à renforcer cet esprit à travers tous les programmes d’éducation et de formation. Sauver économiquement le pays, c’est un objectif pour lequel beaucoup de Tunisiens pourraient se mobiliser mais à condition qu’il fasse l’objet d’un discours convaincant et que tous les verrous bloquant l’initiative soient levés. Mais pour convaincre, il faut inspirer confiance, la lutte contre la corruption comme politique adoptée par le chef du gouvernement y contribuera sans doute. En effet, la corruption génère plus de corruption et surtout empêche une application juste des lois à tous sans distinction.

Riadh Zghal

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
Mohamed Daoud - 08-10-2017 09:05

Bravo Riadh, je partage

ABIDI Abdelhamid - 08-10-2017 09:43

Merci Madame Zghal pour cette belle lecture des tiraillements de notre classe politique aujourd'hui en Tunisie mais je cois depuis six ans. Justement les forces politiques autant que leurs leadership respectifs sont restés sous l'emprise du passé de différentes manières. Mais je crois aussi c'est une caractéristique saillante de notre culture politique contemporaine: des "esprits du corps" (عصبيات) en compétition permanente pour des enjeux de pouvoir beaucoup plus que pour des projets. Les idéologies asphyxiantes des forces vives ne peuvent mener qu'au désastre. Toutefois, si l'esprit entrepreneurial que vous citez est l'un de ces vecteurs de développement dans le plein sens du terme, il ne l'est pas dans un contexte de démantèlement de l'Etat et de sa raison d'être: le service public essentiellement. Voyons autour de nous l'état des hôpitaux (rareté de moyens techniques, rétrécissement budgétaire, fermetures de services et de salles opératoires,...); de nos écoles (secteur éducatif si stratégique devenu secteur social terrain de conquête et d'arbitraire pédagogique, absence de justice sociale entre régions et du coup entre élèves et bien sûr enfin entre destins des scolarisés et des diplômés,...), de nos moyens de transports publics (chaos quasi total du réseau de transport rien que pour l'impossibilité de prévoir le temps de son déplacement quotidien mais surtout de l'insupportable condition des voyageurs,...), enfin de nos infrastructures (voiries impraticables par temps de pluie, routes inter-urbaines et rurales toujours dans un état lamentable si elles existent déjà,...). Bref, dans la tête du citoyen qui que se soit, l'Etat est avant tout un hôpital à proximité et accessible, une école égalitaire et lieu d'ascension sociale, un transport efficace et des services de la ville disponibles et non corrompus. Si tout cela est défaillant c'est parce que l'évident est devenu impensable. Les chiffres et les bilans cachent les misères sociales car elles sont fabriqués sur mesure et en révèlent point l'état réel des choses. C'est un écran à travers duquel l'exécutif approche la réalité construite et non vue comme telle dans tous ses aspects. Le métier du politique est à mon sens aujourd'hui devenu une fin en soi car être engagé politiquement est malheureusement être animé par l'envie d'accès au poste de pouvoir et une fois arriver, on se bat bec et ongle pour y rester quitte à changer son discours mille fois. C'est tout simplement dramatique!!!!

ABIDI Abdelhamid - 08-10-2017 10:01

Merci Madame Zghal pour cette belle lecture des tiraillements de notre classe politique aujourd'hui en Tunisie mais je cois depuis six ans. Justement les forces politiques autant que leurs leadership respectifs sont restés sous l'emprise du passé de différentes manières. Mais je crois aussi c'est une caractéristique saillante de notre culture politique contemporaine: des "esprits du corps" (عصبيات) en compétition permanente pour des enjeux de pouvoir beaucoup plus que pour des projets. Les idéologies asphyxiantes des forces vives ne peuvent mener qu'au désastre. Toutefois, si l'esprit entrepreneurial que vous citez est l'un de ces vecteurs de développement dans le plein sens du terme, il ne l'est pas dans un contexte de démantèlement de l'Etat et de sa raison d'être: le service public essentiellement. Voyons autour de nous l'état des hôpitaux (rareté de moyens techniques, rétrécissement budgétaire, fermetures de services et de salles opératoires,...); de nos écoles (secteur éducatif si stratégique devenu secteur social terrain de conquête et d'arbitraire pédagogique, absence de justice sociale entre régions et du coup entre élèves et bien sûr enfin entre destins des scolarisés et des diplômés,...), de nos moyens de transports publics (chaos quasi total du réseau de transport rien que pour l'impossibilité de prévoir le temps de son déplacement quotidien mais surtout de l'insupportable condition des voyageurs,...), enfin de nos infrastructures (voiries impraticables par temps de pluie, routes inter-urbaines et rurales toujours dans un état lamentable si elles existent déjà,...). Bref, dans la tête du citoyen qui que se soit, l'Etat est avant tout un hôpital à proximité et accessible, une école égalitaire et lieu d'ascension sociale, un transport efficace et des services de la ville disponibles et non corrompus. Si tout cela est défaillant c'est parce que l'évident est devenu impensable. Les chiffres et les bilans cachent les misères sociales car elles sont fabriqués sur mesure et en révèlent point l'état réel des choses. C'est un écran à travers duquel l'exécutif approche la réalité construite et non vue comme telle dans tous ses aspects. Le métier du politique est à mon sens aujourd'hui devenu une fin en soi car être engagé politiquement est malheureusement être animé par l'envie d'accès au poste de pouvoir et une fois arriver, on se bat bec et ongle pour y rester quitte à changer son discours mille fois. C'est tout simplement dramatique!!!!

Touhami Bennour - 09-10-2017 10:27

Cet article Pose des questions intéressantes, mais nous tournerons en rond si nous croyons trouver des solutions dans le passé. Le discours en question est à trouver. Les politiques actuelles dans le monde jusqu´ici n'ont fait que lutter pour une seule chose: combattre la pauvreté et l´ignorance. Or la pauvreté ne se voit plus comme le manque d'argent et l'ignorance comme le manque d´études. dans le passé on connaissait déjà ces questions. Par ex. le bain maure ou turc est un bien très utile qui contribue à la longévité de vie et la bonne santé. Ce bien devrait être inclus dans la lutte contre la pauvreté. L´ONU l´appelle la "pauvreté cachée", Beaucoup de gens de la haute société possèdent à la maison ce bain maure. On en devrait tenir compte dans la construction de logements. Il y a en a d´autres choses encore dans cette notions de "pauvreté cachée". De même pour l´ignorance: là il manque souvent un "contenu" dans le savoir. Il faut passer du slogan " de quoi vivre", L'économie pure a de comment vivre". Ce sont des questions qu´on devrait éventuellement mettre dans la nouveau discours. Comme Vous les dites vous-même peu importe la couleur de la politique. Toute les politiques ont besoin de se renouveler. En outre l´aspect le plus négatif du "libéralisme économique" c'est de réduire toute vie sociale aux méthodes utilisées dans une entreprise. Que nous soyons "retraités, malades ou travailleurs, nous devons tous dormir à 11 heures du soir et se réveiller à 7 heure du matin pour aller au travail", mais nous ne somme pas tous dans la vie active. Je vois que la vie des gens a besoin d´un changement. "That is the question".

Ben m rad noureddie - 09-10-2017 14:57

QUEL BEL ARTICLE OU CHAQUE TERME EST UNE VRAIE LITOTE.EN QUELQUES MOTS,L'AUTEUR A RESUME REMARQUABLEMENT L EVOLUTION SOCIO POLITIQUE DE NOTRE PAYS .LOIN DE TOUTE DIGRESSION, IL NOUS DONNE ENVIE D'EN DEMANDER DAVANTAGE.MERCI SI RIADH

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.