News - 17.06.2017

Relance du secteur textile Tunisien : une stratégie pour notre redressement économique

Relance du secteur textile Tunisien : une stratégie pour notre redressement économique

Par Ghazi el Biche - Depuis 2008, le secteur du textile et de l’habillement traverse de grandes difficultés majeures et persistantes, conséquence d’une compétitivité de plus en plus fragile, d’une absence de stratégie réelle de développement et de la compétition rude et féroce  avec les pays asiatiques émergeants qui ne cessent de gagner du terrain sur l’importation des produits textiles par L’UE.

Une perte de 40 mille postes d’emploi au moins a été enregistrée seulement durant la période allant de 2010 et 2016. Le niveau des exportations a baissé de 23% passant de 2 ,6 milliards de dinars a 2 milliards de dinars au cours des 5 dernières années sachant que le cours du dinar a chuté  de  32% pour la même période par rapport à l’Euro.

Ces chiffres sont alarmants et en l’absence d’une stratégie efficace et surtout réfléchie pour le moyen et long terme, les problèmes ne feront que s'approfondir.

Il est à noter que le secteur du textile et de l’habillement en Tunisie est constitué dans sa majorité de petites et moyennes entreprises employant aujourd’hui 165000 personnes, soit 34%des emplois de l’industrie manufacturière tunisienne.
Je suis Tunisien et comme tout autre Tunisien, je relève au quotidien dans tous les moyens d’information écrite, électronique, télévisée ou encore radiodiffusée une litanie des maux de la Tunisie répétés jusqu’ à saturation et superfluité.

Personnellement, il me gêne énormément d’entendre des mots tels que marginalisation de régions et de catégories de personnes, de chômage des jeunes, ou de slogans du genre « Où est le pétrole ?! » Je ressens une vive et désagréable impression de malaise chaque fois que sont évoqués les partis politiques de quelque obédience qu’ils soient, d’embarras chaque fois que sont soulevés les notions de justice sous toutes ses formes, de trouble lorsque sont traitées et débattues des questions relevant du religieux et du spirituel, de la libre conscience.Tellement ces principes semblent avoir été galvaudés, dépravés pour des motifs bassement politicards et magouilleurs.

Il est de plus en plus question en Tunisie de fortes et croissantes inégalités (essentiellement liées au chômage et au sous-emploi), de la médiocrité du dialogue social, de la crise de l’enseignement et de la sempiternelle inadéquation entre les formations dispensées et les besoins du monde du travail, une non-conformité qui laisse met nos jeunes en situation d’inaptitude et de profonde lacune comparativement à leurs congénères d’autres pays candidats à l’emploi.

De mon point de vue, ces maux sont profonds et réels. Pour autant, ils ne sont pas incurables.

Leur traitement passe cependant par la mise en œuvre d’une véritable stratégie de relance dont celle du secteur du textile et de l’habillement constitue le facteur clé, l’élément déterminant pour l’économie du pays et il est en droit d’exiger une sollicitude renouvelée des faiseurs des politiques économiques de notre pays.

Le redressement du secteur du textile et de l’habillement demeure un pilier de l’économie tunisienne, comme il l’a été pendant de longues décennies. Nul ne peut contester la prééminence de cette industrie dans l’activité économique du pays comme il est tout à fait admis que les coups portés au secteur sont autant de coups portés à l’économie nationale dans son ensemble.

En ma qualité de professionnel du secteur, j’aimerais apporter humblement quelques éléments constitutifs d’une stratégie de sortie de crise  

Elle repose selon ma propre vision sur les éléments suivants :

  1. Restauration de la compétitivité de notre industrie textile-habillement en jouant sur nos points forts et en identifiant et remédiant nos faiblesses.
  2. Rétablissement de notre image de marque en tant que pays d’investissement en jouant sur une politique clairvoyante et sur la stabilité à tous les niveaux

Restaurer la compétitivité’ pourquoi ? Comment ?

En réfléchissant sur les causes de nos maux actuels, il parait clair que le fondement réside dans l’affaiblissement de notre industrie au cours des dix dernières années. Il n’y a pas eu réellement et dans la pratique, notamment dans l’industrie de l’habillement, une politique de développement volontaire er réfléchie. Il est vrai qu’il y a eu la création de 8 centres de formations à travers le pays de quelques institutions de formation de techniciens. Mais ce fut presque formel et essentiellement théorique puisque ces créations n’ont pas été étayées par la formation d’ingénieurs dans l’industrie   de l’habillement.

Paradoxalement, 88 % de ses entreprises actives dans le secteur opèrent dans la confection, le reste se consacre dans la fabrication de tissu et filatures.

Mes propositions visent l’efficacité

La Tunisie dispose de nombreux atouts pour être hautement compétitive, performante et concurrentielle.

  • une excellente position géographique (mais abandonnée faute d’investissements logistiques coordonnés),
  • un territoire diversifié (Zones dites industrialisées, zones de développement),
  • du savoir-faire clefs dans de nombreux domaines,
  • une population jeune, créative et très dynamique devant bénéficier d’un encadrement adéquat et de conditions de travail optimales,
  • une jeune démocratie que tout l’Occident cherche à soutenir,
  • un coût de main œuvre très compétitif aujourd’hui,
  • une jeunesse qui s’adapte vite aux nouveaux systèmes et technologies,
  • une législation de travail structurée par rapport à d’autres pays concurrents,
  • un gouvernement à l’écoute constante des doléances du secteur (il pêche seulement par sa mise à l’écart les professionnels du secteur dont la contribution ne peut être que réelle.)

La Tunisie a également ses faiblesses :

un mille-feuille administratif inefficace et souvent incompréhensible

  • une culture syndicale et politique gauchisante par répercutions, ou de droite, empreinte d’un zeste de marxisme et d’une once d’égalitarisme, c’est selon, fusse-t-elle au détriment de l’intérêt général, et en total décalage avec la notion d’efficacité’.
  • une politique de mesures destinée davantage au rafistolage qu’à une remise à niveau ou une réforme raisonnées.
  • un manque de visibilité pour les années à venir au niveau des coûts de fabrication ainsi que la fiscalité.
  • trop de rebondissements au niveau fiscal et majorations salariales au cours des 5 dernières années.
  • les bénéficiaires d’avantages spécifiques sont invariablement des contestataires assidus ou choisis par rapport à leur position géographique abstraction faite de tout pragmatisme et de critères d’excellence.  -une inadéquation chronique entre les besoins du secteur et les promus des structures de formation dans l’industrie de l’habillement essentiellement. Ce dernier est le noyau dur de notre secteur.
  • les tares et lacunes font le lit de notre niveau de management au niveau de la plupart de nos usines
  • au cours de ces dernières années, nous vivons une décadence certaine des valeurs du travail, du rendement et de l’efficacité.
  • qualité de la formation
  • Implication des institutions financières dans le secteur, les établissements bancaires le considérant comme secteur sinistré
  • charges patronales à réviser.1280 Entreprises sur 1800 n’arrivent pas à payer ces charges

Des cercles de réflexion et tables rondes pour analyser ces maux et rechercher les remèdes seront le support logique à l’établissement d’une stratégie réelle pour booster la compétitivité tout en consolidant les points forts.

Amélioration de l’image de marque et acquisitions de privilège de la part de nos partenaires européens à l’instar de nos concurrents asiatiques

Ce qui ne change pas meurt. Cette loi est celle de la nature. Nous ne l’avons pas inventée. Nous la subissons comme tout ce qui vit.

Il faut être d’une profonde naïveté ou d’une grande mauvaise foi pour ne pas admettre que cette image décadente qui malheureusement accompagne aujourd’hui notre patrie à travers le monde n’est que le fruit de notre maladresse tout le long de ces dernières années.

Nos Medias et nos hommes politiques ont forcé la main volontairement ou involontairement : l’intérêt national est devenu accessoire, secondaire, contingent. Ce n’était plus une priorité.

Pour remédier à cette anomalie, nous aurons besoin d’entreprendre une véritable opération de promotion de notre méthode de communication dans le sens de la qualité et la portée. Privilégier l’information ciblée et porteuse de succès plutôt que les infos et news populistes, lesquels sont souvent exagérées, carrément superficielles et dirigées POUR L’AUDIMAT ;

Il ne fait pas de doute que l’implication de nos représentations diplomatiques à l’étranger est indispensable tant elle a un rôle primordial et crucial pour la promotion à l’étranger et de notre image de marque et de notre industrie.

  • Relativiser l’impact de l’instabilité sociale qui ont un impact des plus négatifs sur le rendement de nos usines.  
  • Exercer un lobbying fort auprès de la commission européenne pour obtenir la mise en place d’une révision des règles d’origines pour la Tunisie à l’instar des pays asiatiques. Les idéologues libre-échangistes de Bruxelles n’auront aucune objection sachant qu’ils sont entrain de tâter le terrain pour l’accord final de libre-échange avec notre pays.
  • Réviser la politique d’accompagnement et de considération des investisseurs étrangers opérant en Tunisie qui est en déclin depuis l ‘aube de la révolution.
  • Restaurer la rentabilité de nos entreprises industrielles améliorera sans aucun doute notre image de marque.
  • Et améliorer la qualité de service de la banque centrale est d’une actualité et d’une urgence brûlante.

A travers ces reformes la Tunisie ne vise qu’un seul et unique objectif : préserver les intérêts fondamentaux de sa population.

Les professionnels du secteur du textile et de l’habillement ne sont pas disposés à devenir une carte politique à jouer et à rester les otages d’une politique à l’emporte-pièce.

L’UTICA, l’UGTT ainsi que le gouvernement doivent t en prendre conscience et assumer leur responsabilité vis-à-vis du secteur et de ses professionnels. Car il est un fait que si le secteur du textile s’effondre, la porte sera largement ouverte à la désindustrialisation et à la pauvreté.  
 
A bon entendeur…

Ghazi el Biche
Dirigeant d une multinationale allemande opérant dans la confection de chemises
Membre du conseil provisoire de la FTTH
Vice président de l association des investisseurs européens en Tunisie


 

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.