News - 26.12.2016

Faut-il attendre qu'il y ait mort d'homme pour criminaliser les actes racistes ?

racisme

Les agressions dont ont été l’objet des résidents africains dernièrement à Tunis ont eu au moins le mérite de remettre sur le tapis le problème de la discrimination raciale en Tunisie. 170 ans après l’abolition de l’esclavage, il est intolérable que des actes racistes se produisent dans notre pays sans que l’opinion publique ne s’en émeuve outre-mesure. Dimanche, lors du sit in observé par une centaine de personnes sur le perron du théâtre municipal de Tunis, il y avait à peine cinq ou six tunisiens. C’est pourquoi la proposition de Youssef  Chahed  d’instituer une journée nationale contre le racisme est pertinente  dans la mesure où elle permettra de sensibiliser les Tunisiens à ce véritable fléau qui ne touche pas seulement les étrangers, mais également la minorité noire tunisienne. Pour ces citoyens, il s'agit, généralement, d'un racisme sournois qui se manifeste par un regard condescendant, une remarque désobligeante et parfois des insultes racistes, sans parler d'autres pratiques tout aussi répréhensibles. On dénonce volontiers le racisme des autres, mais on préfère jeter un voile pudique sur des actes qui s' y apparentent quand ils se produisent chez nous. Faut-il attendre qu'il y ait mort d'homme pour criminaliser les actes racistes ?
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
DeadShot - 28-12-2016 17:20

Vous dites "résidents africains"? donc vous vous n'etes pas africains?Ou c'est la peur de dire resident noir ou de couleur ou peut etre vous avez oublier que la Tunisie ce trouve dans le continent qui l'Afrique.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.