Opinions - 25.12.2014

Il faut sauver le soldat Ghannouchi!

On présente Rached Ghannouchi comme un parfait animal politique, pratiquant l'art politicien à la perfection. Ses détracteurs le critiquent même pour ce qui serait un excès de pratique politique à l'antique, jouant de la ruse du renard pour être pris pour un lion. Ce qui est vrai, lui ayant réussi lors de l'expérience de la troïka où il a tiré force d'une alliance permettant à son parti d'avoir l'apparence d'un colosse, cachant ses pieds d'argiles.

Aujourd'hui, la donne ayant changé, le projecteur est braqué sur les pieds d'Ennahdha, et cheikh Ghannouchi est le premier à le faire. Aussi, démontre-t-il son sens des réalités, ce qui permet de vérifier que s'il est l'animal politique ci-dessus décrit, il l'est aussi au sens grec duzonn politikon qui emporte en premier un enracinement dans la réalité du peuple en termes de citoyenneté.

Ainsi, au moment même où le président sortant use en populiste du terme de citoyens, M. Ghannouchi démontre que la citoyenneté est une balance devant toujours pencher du côté des devoirs afin justement que les droits placés sur l'autre plateau puissent être assurés. Pour lui, zoon politikon est aussi philia politikon, un amour de la patrie passant avant son parti.

Ghannouchi, patriote réaliste

C'est ce qu'il vient de déclarer dans une interview au journal algérien Al Khabar où il justifie ce que certains de son parti et d'ailleurs jugent comme une erreur de stratégie, ce choix de ne pas présenter de candidat à la présidentielle.

M. Ghannouchi démontre son sens aigu des réalités en déclarant qu'un tel choix aurait dérapé en terrorisme, entraînant éventuellement un soulèvement ou une série d'attentats.On ne doit pas, en effet, oublier les menaces entourant le pays et les feux d'artifice quotidiens ressemblant fort à des exercices de guérilla urbaine. C'est aussi à rapprocher de ce qui s'est passé après l'officialisation des  résultats. Qu'on imagine un peu ce que cela aurait donné si uncandidat officiel du parti islamiste était celui qui a perdu la présidentielle !

M. Ghannouchi parle lucidement de « balance des forces » défavorable à son parti pour diverses causes, aussi bien internes qu'externes, et — ce qui l'honore assurément — conclut : « J’aime mon pays et la Tunisie démocratique est plus chère à nos yeux qu'Ennahdha ».

Ghannouchi contesté en son parti

Or, il se trouve que M. Ghannouchi est aujourd'hui contesté au sein même de son parti, non seulement par les plus radicaux, mais aussi par certains des modérés.

C'est pourquoi il est de l'intérêt du pays que les forces démocratiques lui viennenten aide, l'encourageant à persévérer dans son réalisme qui sauvera et la Tunisie et l'islam politique en terre arabe.

Car il n'est aucune raison empêchant que l'on ne puisse pas avoir un jour l'équivalent dans notre pays de ce que sont les Démocraties chrétiennes en Occident. Le terreau islamiste, contrairement à la lecture caricaturale qu'on en fait, est bien plus pluraliste et ouvert à la démocratie que celui de la chrétienté qui a pourtant donné de telles démocraties  aux couleurs de la religion.

Il nous faut donc sauver le soldat Ghannouchi en l'impliquant dans le changement en cours en notre pays, sans rien céder bien évidemment sur nos valeurs libérales, mais sans refuser non plus ce que l'islam politique correctement interprété recèlede valeurs.

Surtout, il ne nous faut pas pratiquer à notre tour un dogmatisme à rebours qui, bien que profane, n'aurait rien à renier à l'intégrisme religieux le plus hideux.

Ghannouchi, soldat de la Démocratie islamique

Dans le célèbre film de guerre de Steven Spielberg « Il faut sauver le soldat Ryan (Saving Private Ryan) », on voit comment, lors du débarquement de Normandie, une escouade risque sa vie derrière les lignes ennemies pour cette mission particulièrement périlleuse consistant à sauver un simple soldat.

C'est que les raisons morales, l'éthique et la conscience doivent aussi avoir leur place en politique quiaujourd'hui, plus que jamais, est une « poléthique ».

Oui, on peut tout risquer pour sauver la vie d'un homme si cet homme  est précieux pour la sauvegarde de nos valeurs d'humanité dans un monde trop robotisé, dominé par une matérialité sans âme. Or, Ghannouchi a prouvé en faire partie, et c'est ce qu'a compris le président élu depuis le fameux été de leur rencontre historique de Paris.

Notons, pour terminer, qu’outre ses nombreuses distinctions, le film de Spielberg est conservé à la bibliothèque du Congrès pour ses qualités non seulement esthétiques et  historiques, mais aussi culturelles.

En effet, un peuple qui renie sa culture n'a pas d'avenir. Et l'islam fait partie intrinsèque de la culture du peuple tunisien. Mais certainement pas l'islam de Daech ; bien plutôt l'islam tunisien, tolérant et parfaitement altruiste.

Farhat Othman

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
11 Commentaires
Les Commentaires
T.B. - 25-12-2014 17:26

Qu´est-ce que l´Islam Tunisien, quel parcours il a prit, quelle ligne, est-ce qu´une ligne droite ou une courbée; car tout Islam+nation tire son origine de la meme source:le Coran.

ourwa - 25-12-2014 19:38

Le maxime populaire dit :"La mort grandit", dans le sens que la mort jette sur les morts un vernis de grandeur, de notoriété... Ghannouchi ne déroge pas à la règle, étant quasiment mort, politiquement, s'entend, et son parti avec lui...Du moins une majorité de Tunisiens l'espèrent... Oser comparer ghannouchi, cet artisan d'une idéologie rétrograde, liberticide et totalitaire au soldat Rayan du film de Spielberg, c'est insulter le sens du sacrifice et celui du devoir, comme celui de tout humanisme digne de ce nom.La réalité est la suivante: le peuple tunisien respire enfin, exhale un immense souffle de soulagement, suite à l'échec de ghannouchi et de son parti, à l'échec d'une idéologie importée, vecteur de l'obscurantisme, du sous développement, de la dictature.

Chakroun lotfi - 26-12-2014 07:24

Analyse pertinente. Ghannouchi est à mes yeux le vrai père de la démocratie tunisienne car ses positions au sein de NAHDA ont permis à ce que ce parti ne fasse pas entrave a la transition démocratique. Je vais adhérer a NAHDA alors qu'à ce jour je me suis mis a l'écart des partis politiques. Je pense que tout citoyen pacifique soucieux d'une evolution paisible de son pays vers le progrès et le développement ne peut que reconnaître le mérite de Ghannouchi. Bravo Ghannouchi. A mes yeux il est le vrai vainqueur de cette transition politique de la Tunisie.

nebli youcef - 26-12-2014 10:05

Oui, il est de l'intérêt du pays que les forces démocratiques viennent en aide Gannouchi mais à condition qu'il fait preuve de se démarquer clairement de la confrérie des musulmans.

TOUAGUINE MED BEN ALI - 26-12-2014 10:17

Rached Ghannouchi a déployé le maximum sur le plan théorique pour arriver au pouvoir ,mais en réalité c'est le sence inverse qui se passait , dans l'histoire un opposant n'a jamais pu réaliser ces propres rêves mais peut être les rêves des autres qu'il n'a pris en compte lors des ces calcules et peut être le résultat sera mieux pour lui .

Mustapha BEN BOUZID - 26-12-2014 11:31

Avec tout mon respect Si farhat, je trouve votre article de la littérature politique, dans son style, très bien rédiger. Votre appel à sauver le soldat rached est erroné. Rayane était un simple soldat et non un chef et responsable de génocide. J'espère que vos lecteur sachent faire la différence et savent dégager la responsabilité de Gannouchi. cessez s'il vous plaît de le rendre victime et de le déculpapiliser. Je suis loin d'en faire un procès d'intention à quiconque, juste je voudrais qu'on sache qui est Ghannouchi et ce qui porte et représente comme projet, sûrement pas l'innocent soldat Rayene, faites une autre lecture de ce superbe film, dont la leçon est plutôt valable pour sauver nos soldats qui continuent à tomber tous les jours sous les balles des "enfants" de Ghannouch, alors que chacun assume ses responsabilités et cessant les discours milieux où chaque mot si on l'analyse à travers une grille objective, on ne peut que se rendre compte de la responsabilité de ce cheikh, certes renard de la politique.

ridha L - 26-12-2014 11:49

à propos des feux d'artifice, pourquoi il n'y en a plus depuis la fin des élections législatives? enfin bravo pour ce renard, comme vous l'avez appelé Ghannouchi Rached qui a sauvé notre démocratie

Fatnassi - 26-12-2014 11:54

« Le terreau islamiste, contrairement à la lecture caricaturale qu'on en fait, est bien plus pluraliste et ouvert à la démocratie que celui de la chrétienté qui a pourtant donné de telles démocraties aux couleurs de la religion ». M. Othman, s’il vous plait, pourriez-vous développer dans un prochain article ce paragraphe car j’ai de la peine à concevoir, en écoutant ces mêmes islamistes, une compatibilité quelconque entre Islam et démocratie ! Les avez-vous écouté une fois concernant : la démocratie, l’avortement, les libertés de croyances (...), la politique tout court !!! Bon courage

nabli - 26-12-2014 12:58

il y a un seul islem c l'islem de mohamed ibn abdellah ni celle de ennahdha ou celle de tunis ou bien l'autre de daech,de meme il n'existe plus un islem wassati ou extremiste d'aprés la définition des parties politique ou des regions de notre territoire,bref l’islam reste toujours notre savoir faire pour améliore la situation de notre avenir .

Loukil - 26-12-2014 15:02

Une belle plaidoirie Monsieur Farhat pour sauver Ghannouchi. D'abord Ghannouchi est loin d'être un soldat tunisien il y a la racine SOLD.c'est vrai! Il est plutôt à la SOLD(e) d'une internationale confrérie débarquée dans notre Tunisie MUSULMANE pour nous islamiser et détruire les fondements de l'ETAT tunisien. Ghannouchi avait bien l'intention (sic vidéo qui a fait le tour du monde) de transformer le CITOYEN en sujet du KHALIF. GHANNOUCHI et consort ont bien déclaré qu'il ne reconnaisse pas et l'indépendance et le père de l'indépendance de la TUNISIE. Avant de sauver GHANNOUCHI de GHANNOUCHI il y a lieu que GHANNOUCHI et consort acceptent que la TUNISIE est une vraie nation qui fonctionne avec ses valeurs millénaires et qu'elle refuse de devenir le vassal de qui que ce soit. GHANNOUCHI doit commencer par fustiger la confrérie internationale à laquelle il appartient et qu'il voulait installer cette même confrérie en TUNISIE.GHANNOUCHI doit déclarer publiquement que son mouvement est TUNISIEN et qu'il n'a rien avoir avec l'étranger et que les islamistes tunisiens refusent toute ingérence dans les affaires de notre pays qui a su sauver Ben Ali de Ben Ali! GHANNOUCHI et la diversion ne font qu'UN il a beau se comporter à la fois en VICTIME et en SAUVEUR (paradoxe), il demeure jusqu'à nouvel ordre GHANNOUCHI avec son acide sulfurique , son "RACH" à SILIANA,son discours un certain 26 ramadan 2013 où il déclare la conquête de la TUNISIE est comparable à celle de la conquête de la Mecque par le prophète Mohamed et j'en passe!!!

drmohamedsellam - 26-12-2014 17:15

Ghannouchi ,démocrate ? Ghannouchi démocrate pur sang,y pensez-vous ? ‘un renard en politique’ ne peut jamais être un démocrate..Ne vous y méprenez pas :son comportement pacifique,sage et modéré,indulgent et compréhensif,n’est que l’œuvre d’un fieffé malin,un individu qui cache des arrière-pensées qu’il est difficile de dévoiler pour le commun des hommes..Ghannouchi qui draine derrière lui tout un arsenal d’actes et de méfaits antipatriotiques, est loin d’être un vrai démocrate..

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.