News - 23.02.2014

Kamel Bennaceur: Un citoyen du monde

Agrégé de mathématiques à 21 ans, diplômé de l’Ecole Polytechnique à 22 ans et de l’Ecole normale supérieure à 23 ans, Kamel Bennaceur, nouveau ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, a toujours été précoce. Sauf en politique. Il y étrenne ses nouvelles fonctions gouvernementales quelques jours seulement à l’orée de ses 58 ans (né à Gafsa, le 22 janvier 1956).

Cette fois-ci, il n’a pas résisté à l’appel du pays et a répondu présent lorsque Mehdi Jomaa l’appelle fin décembre dernier à Rio de Janeiro où il est président du Centre de technologie du géant pétrolier et énergétique Schlumberger. Pas besoin de grands arguments pour le convaincre, juste l’assurance de pouvoir accomplir sa mission dans de bonnes conditions et au sein d’une équipe harmonieuse. Mais peut-il, dans la courte période impartie au gouvernement et le contexte spécifique préélectoral, apporter des résultats concrets dans des secteurs aussi délicats que l’industrie,l’énergie et les mines? Lui qui a réussi brillamment, depuis son bac décroché à 17 ans, tous les concours, puis relevé les grands défis de sa carrière professionnelle, sait qu’il n’a pas droit à l’échec. Parcours.

Son père, feu Me Mohamed Bennaceur, avocat de renom, s’était distingué depuis  son jeune âge par son engagement militant pour l’indépendance et syndical, à Gafsa d’abord, puis à Tunis. Il a plaidé, après l’indépendance, dans de redoutables procès, assurant la défense des droits de l’homme et des opposants à Bourguiba. Ce moule de valeurs patriotiques et démocratiques forgera le caractère de ses enfants qui feront tous une brillante carrière. Kamel Bennaceur compte en effet parmi ses frères et sœurs un autre polytechnicien, un professeur universitaire physicien, une magistrate de la Cour des comptes, une pharmacienne, une nutritionniste doublée d’une artiste peintre, des ingénieurs et des hommes d’affaires. Son oncle, feu Professeur Mahmoud Bennaceur, fut un des pionniers de la cardiologie tunisienne, et aussi maire de Gafsa où il a une rue à son nom.

Il n’y a point de défi qui ne puisse être relevé

Alors qu’il était en classes préparatoires à Louis Le Grand à Paris, feu Si Mokhtar Laatiri l’encourageait à faire Normale Sup, mais lui avait un penchant pour Polytechnique. Qu’à cela ne tienne: il fera les deux. Difficile à réussir, l’avait prévenu son mentor, mais cela n’avait fait  qu’aiguiser sa détermination. Et il y parviendra. Premier poste décroché, celui d’ingénieur chercheur à l’Ecole des mines de Paris et le voilà repéré par Dowell (qui deviendra Schlumberger) qui l’accueille dès 1980 dans son centre de recherche à Saint-Etienne pour développer de nouvelles technologies. Dans cette grande compagnie mondiale qui dégage plus de 45 milliards de dollars de revenus par an, les opportunités de carrière sont multiples pour ceux qui font preuve de mérite. En 33 ans, il gravira les échelons jusqu’à des positions de tout premier niveau, avec des affectations dans nombre de pays aux quatre coins de la planète.

Il ira aux Etats-Unis, en qualité de chef de développement et de recherches (1985), à Cambridge (1989), à Alger en qualité de directeur des opérations en Afrique du Nord (1990), au Venezuela, en charge des opérations pour l’ensemble des pays de l’Amérique latine (1993) et à Dubaï, puis au Caire, présider aux destinées de la direction commerciale et technique pour le Moyen- Orient et l’Afrique du Nord (1997). Retour à Houston aux Etats-Unis, à la tête cette fois-ci de la direction mondiale de la technologie (1999), puis affectation à Londres pour développer de nouvelles activités dans le stockage du CO2 (2001), avant de rejoindre Moscou en qualité de vice-président chargé de développer le marché russe (2005).

La vision globale et sa mise en œuvre immédiate

Et le voilà de nouveau à Paris, détaché auprès de l’Agence internationale de l’énergie  (IEA), comme expert sénior chargé des scénarios mondiaux de développement durable de la production et de la consommation d’énergie (2007). Fort de cette expérience, il rejoindra le siège parisien de Schlumberger en tant que chef économiste pour notamment définir les horizons économiques et énergétiques et s’occuper avec les marchés financiers, notamment Wall Street (2009). Une escale intensive avant de partir pour le Brésil.

Lorsqu’on demande à Kamel Bennaceur comment il se définit le plus dans sa carrière, il indique qu’il a surtout été dans l’énergie avec une orientation développement technologique et développement durable. «En fait, dit-il à Leaders, j’ai abordé ces questions d’un point de vue industriel et économique. L’ensemble dans une dimension de développement durable et avec le souci constant de partager une culture du positionnement  de l’action vers l’excellence». Son credo est de «développer sans cesse une vision à long terme  et une force de sa mise en œuvre dans le court terme».

C’est exactement l’esprit du mandat que lui confie Mehdi Jomaa à la tête de l’industrie, de l’énergie et des mines.Un challenge qui lui fait quitter Rio, cette ville magnifique aux 50 km de plages, et rater la Coupe du monde (2014) et les Jeux olympiques (2016). Rien ne vaut pour lui la Tunisie. Il garde des sentiments profonds
pour Gafsa, mais aime à rappeler qu’il est aussi un citoyen du monde avec un centre de gravité en Tunisie. C’est une valeur partagée avec son épouse (financière) et ses 3 enfants qui l’ont accompagné avec enthousiasme dans cette aventure mondiale.

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
7 Commentaires
Les Commentaires
Slaheddine Ellouze - 23-02-2014 13:38

Cher Concitoyen Vous êtes la fierté et l'honneur des Gafsiens et de la Tunisie.Le défi à relever en Tunisie et surtout aux sièges miniers est très important.Nous vous souhaitons plein succès dans vos nouvelles fonctions et une excellente santé pour mener à bien votre programme de redressement.Votre succès est celui de la Tunisie que vous marquerez certainement de vos bonnes empruntes à l'instar de votre défunt père Me Mohamed Bennaceur et votre défunt oncle Feu Professeur Mahmoud Ben Naseur. Que Dieu soit avec vous.

Frini khemais - 24-02-2014 01:01

Sait - il qu il gouverne des gens qui croient que l Etat ne dispose que de 10pc des richesses petrolieres....Pauv de citoyens ...

citoyen - 24-02-2014 03:42

Excellent parcours;un autre tunisien aussi travaille chez sclumberger au qatar;Tunis a du vous changer de Rio et des sables de Ieblon;ou o voit les plus belles filles en bikini ;ce qui ne les empeche pas d 'etre croyantes; fréquenter assidumment les églises;l 'habit ne fait pas le croyant.Bon boulot et n 'oubliez pas le parametre écologique dans vos choix car c 'est le secteur de l 'avenir qui induit le plus le plus d'emplois;eclairage des rues avec le solaire ;en agriculture des ong ont fafrigué desespeces de resevoirs frigo solaires pour garder le le lait frais pour les petits producteurs qui peuvent ainsi vendre leur lait ;en vivre et pas le déverser de désespoir comme on l 'a vu en Tunisie;installer des chaudières à condensations pour économiser l 'énergie car les factures grèvent les budgets;aider les petites Pmi qui se sont lancées dans le recyclage(voir l 'exemple de Pantagonia) etc.Industries et écologie doivent travailler ensemble

bearnais64 - 24-02-2014 09:41

oui vous avez le profil du poste ,moi ingenieur consultant français basque , pour remettre un peu un semblant d'energie a cette economie a bout de souffle ,mais resisterez-vous a cette inertie de ce pouvoir de blal-bla et de non action j'ai un projet novateur pour la Tunisie qui lui donnerai une envergure industrielle mondiale tout autre sur une industrie en crise actuellement en europe et pourtant il reste quelques niches jouable encore contacte-moi par l'intermediaire de cette revue economique pour en savoir plus

Habib Kaabachi - 24-02-2014 13:32

Cher Si Kamel, Votre excellente formation,votre brillante carriere et plus particulierement votre appartenance a cette glorieuse famille gafsienne,connue pour son militantisme et sa contribution a l'edification de la Tunisie moderne , vous seront,j'en suis certain, autant d'atouts pour mener a bien vos projets de reforme des secteurs de l'industrie,de l'energie et des mines et reussir dans vos hautes fonctions .Je lance un appel a nos freres du Bassin minier pour vous apporter leur soutien et leur appui.

DOUKI DEDIEU SAIDA - 24-02-2014 15:43

Je suis littéralement épatée par le CV de Monsieur Kamel BENNACEUR, très fière qu'il fasse partie du nouveau gouvernement (hélas provisoire), le félicite pour son engagement patriote et lui souhaite toute la réussite.

berger - 25-02-2014 01:04

E=Mc2 cette formule célèbre d´Einstein est absolument actuelle. Une niche de production de l´énergie solaire est vraiment stratégique. Je sais il ya beaucoup de pays qui s´interessent à l´énergie solaire mais même si c´est pour l´economie nationale et pour les besoins des ménages, ce serait déjà très important. J´espère que les talents de Mr Bennaceur nous libèrerait de ce cauchemard,qui est le besoin en énergie. Il fait chaud en Tunisie,et rien que pour remédier à ce problème,c´est déjà très important.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.