News - 23.01.2014

Entreprises françaises en Tunisie ou l'art de la sinistrose affectée

Dans un récent article (http://www.leaders.com.tn/article/tunisie-la-sinistrose-des-entreprises-francaises?id=13133), Leaders s'est fait l'écho de ce que les milieux économiques en Tunisie tiennent officiellement comme langage entretenant une sinistrose affectée. On croit entendre Cassandre analyser avec pessimisme les perspectives économiques générées par les incertitudes politiques. Pourtant, malgré les alésa actuels, l'horizon économique n'a jamais été enfin aussi dégagé et porteur  des plus belles promesses d'une économie enfin remise aux canons de l'orthodoxie.

Certes, dans le sondage cité de la Chambre de commerce et d'industrie tuniso-française, on fait état de la dégradation des relations avec une administration  désorganisée, déplorée cependant par 55% seulement des sondés, de l'accès prohibitif aux crédits bancaires, selon un avis quasi unanime (72,5%) et de la qualité déplorable d'accueil, surtout d'accompagnement tout simplement défaillant (71,5%). À croire que ces entreprises sont sur le point de déposer le bilan ou de déserter le pays, lui tourner le dos, leurs affaires n'y étant plus assurées. Grossière erreur! Déjà, dans le même sondage, on lit que malgré tout ce qui précède, la moitié des 116 entreprises présentes dans notre pays, anticipant une reprise quasi assurée de l'activité économique, envisagent de nouveaux investissements. Bien mieux, une majorité de ces entreprises (53,5%) affirme avoir fait évoluer son chiffre d'affaires tandis que 60,5% ont pour le moins maintenu un personnel renforcé. Assurément c'est à une sorte de poker menteur que jouent ces entreprises quand elles affectent une sinistrose qui ne cadre ni avec les chiffres, pour une fois fiables, ni avec l'orientation générale du pays qui s'ouvre sur un capitalisme débarrassé des freins qui l'étranglaient, réduisant le marché tunisien à une réserve familiale privée.  Le millier d'entreprises françaises ou à capital mixte tuniso-français sait pertinemment que la transition démocratique en Tunisie est d'abord le triomphe du capital mondial sur une vision — qui ne pouvait durer — d'une caricature de capitalisme au service d'une minorité maffieuse.

De plus, ces entreprises, outre celles en train de s'acheminer vers la Tunisie, connaissent leur force et le poids que représentent les cent mille personnes employées dans un pays où la paix sociale importe énormément aux yeux de l'organisation du patronat et surtout du syndicat ouvrier puissant, dont dépend la paix aussi bien sociale que politique aujourd'hui. Elles savent surtout que l'horizon économique tunisien est dans le libéralisme et qu'il est de bonne guerre d'agiter des craintes récurrentes d'agitation sociale ou d'instabilité politique afind'assurer le meilleur avenir aux affaires. Celles-ci, assurément, n'ont jamais mieux marché qu'aujourd'hui, débarrassées enfin des contraintes imposées par la maffia familiale du temps de la dictature.  Le plus grand risque demeure cependant que la Tunisie bascule d'un capitalisme maffieux vers un capitalisme sauvage qui se satisferait de zones de non-droit dans la démocratie naissante en Tunisie, étant plus favorables aux affaires qu'un strict État de droit.

C'est bien le challenge éthique qui se pose au monde économique aujourd'hui à la faveur de la nouvelle bataille d'indépendance de la Tunisie. Car c'est bien de souveraineté économique qu'il s'agit, une souveraineté dans l'interdépendance avec les milieux d'affaires occidentauxcertes, mais qui ne doit nullement céder à la faciliter des rapports actuels, léonins et à sens unique.

Farhat Othman
 

Tags : France   Tunisie  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.