Lu pour vous - 19.10.2009

" La marche de l'incertitude " de Yamen Manai

Pour un coup d'essai, ce fut un coup de maître. Yamen Manai, ingénieur tunisien chez  Areva à Paris  a décroché en avril dernier le Comar d'or du meilleur roman 2009 pour son son premier livre " La marche de l'incertitude "(1)

Yamen ManaiComment le hasard a-t-il choisi l’univers rigoureux des mathématiques pour réunir ceux qu’il a séparés onze ans auparavant à cause d’un œuf ? Comment un ouvrier sourd a-t-il fait pour aider une mère à retrouver son enfant qu’elle pensait perdu à jamais ? Et qu’est venu faire ce chat de Sidi Bou dans tout ça ?

Yamen Manai mêle ce qu’on est spontanément tenté de séparer: science et folklore, rêve et réalité, Nord et Sud… Dans ce monde aussi riche en paramètres qu’en particules qui le composent, peu importe l’univers dans lequel on avance, notre marche est toujours celle de l’incertitude.

Agé de 29 ans, Yamen Manai est issu d'une famille d'enseignants ( père professeur à la fac et mère institutrice ). Il a fait ses études secondaires au lycée technique Radès, études couronnées par le bac série sciences avant de partir pour Paris où il intégra Télécom Sud Paris en 2001 dont il sortira diplômé en 2004. Depuis, il travaille sur les nouvelles technologies de l'information. Ainsi, il a passé 3 ans chez PSA Peugeot Citroën avant de rejoindre Areva en Janvier 2008.

" La marche de l'incertitude ", a-t-il confié à Leaders est "le fruit de trois ans d'écriture et de réflexion, de retours aux sources et aux premières amours, la lecture. Après le Comar d'or, mon livre concourt encore  pour deux prix littéraire" en France."

Pour ce qui est des nouveaux projets, j'avais déjà commencé mon deuxième livre avant même d'avoir publié le premier. Au moment où je vous écris, le manuscrit est entre mes mains pour correction. J'espère le publier très prochainement."

" La marche de l'incertitude " a été salué par la critique tant en Tunisie qu'en France. Nous en avons choisi celle du Tunisien Kamel Ben Ouannès, Professeur universitaire:

Le livre a été salué par la critique tant en Tunisie qu'en France. Nous en avons choisi celle du Tunisien Kamel Ben Ouannès, Professeur universitaire

La loi du hasard et de la nécessité

Ce roman semble émerger de nulle part comme s’il avait pour mission de répondre à une question posée par Paul Valéry il y a presque un siècle. Ce dernier formulait son fameux incipit ironique : « La Marquise sortit à cinq heures », en guise de démonstration du caractère arbitraire et aléatoire du genre romanesque.

L’absence de rigueur qui affecte le roman s’explique, aux yeux de Valéry, par le fait que contrairement à la poésie ou au théâtre, le roman n’est pas codifié par des règles formelles stables et rigoureuses. Le roman serait un espace largement régi par la loi du hasard, une loi qui pourtant n’a pas manqué d’interpeller philosophes, scientifiques, littéraires, etc.

Et c’est précisément cette exigence de rigueur intellectuelle ou rationnelle qui commande de réduire l’écart entre les différentes approches, une exigence que l’auteur de La marche de l’incertitude s’applique à suivre et à en faire la matière même et l’articulation centrale de son roman.
 
Nous partons donc d’un postulat scientifique : le hasard obéit à une loi. Il n’est fortuit que de façade, car il suit un cheminement si subtil qu’il s’apparente à des équations mathématiques. Et c’est autour de ce pari que se construit le roman de Yamen Manai : chercher une structure romanesque médiane où se croisent et s’entrelacent la rhétorique et les mathématiques, l’imagination et la démonstration, le rêve et la réalité. Pour ce faire, l’auteur part d’un canevas simple et dépouillé : Christian Boblé vient de recevoir le prix Nobel de physique pour ses travaux sur l’anti matière.

Là, la théorie scientifique renvoie à la théorie du roman : comment cerner l’aléatoire et l’insaisissable et les contenir dans des lois tangibles et calculables ? La science éclaire ainsi la littérature et réciproquement. Comment cela ? Tous les événements de la trame romanesque sont certes le produit du hasard ( presque de l’anti matière ), mais en les combinant dans un réseau d’échos, de correspondances, d’affinités souterraines, on transforme leur marche incertaine en une trajectoire orientée vers un point de convergence précis, qui est leur destination, leur destin ou leur destinée. L’équation de cet agencement est résumé par cette formule anaphorique dans le texte : « Le hasard, maître des dés, avait décidé de recroiser leurs chemins ».

Christian Boblé, prix Noble de physique, était un enfant abandonné par sa mère Rima, originaire de Sidi Bou Saïd. Elle avait déposé son bébé dans une corbeille couverte d’un drap bleu ciel, devant la maison du vieux colonel Boblé et part en exil en France. Ce dernier, veuf et esseulé, adopte l’enfant, lui donne son nom, s’occupe de ses études et lui lègue une très riche bibliothèque.Marie, jeune lycéenne à Paris, tombe follement amoureuse d’un camarade de classe, brillant élève, toujours penché sur un livre, écartant ainsi toute opportunité de contact avec les autres. Malgré sa persévérance, Marie n’arrive pas à gagner le cœur de Christian. Pire encore, elle se trouve contrainte à changer de lycée, à s’éloigner de sa famille en perdant de vue l’élu de son cœur.

La loi du hasard sépare sans cesse les personnages, comme dans un large mouvement expansif, avant de les attirer par une subtile force d’attraction vers un centre névralgique qui sera le lieu de leur rencontre et de leur retrouvaille. Aussi, est-ce pour cette raison que le récit ne suit pas l’ordre chronologique, ni encore la narration par flash back.

La marche de l’incertitude établit un va-et-vient vertigineux entre prolepse et analepse, déjoue les apories du destin, écarte les impasses de la narration, ouvre des passages ou des relais entre les personnages. Dans ce sens, la lecture devient stimulante où la vigilance est sans cesse nourrie par un dévoilement progressif des liens secrets, surprenants, parfois inopinés que tisse la narration entre les personnages. L’écriture romanesque épouse la rigueur de la loi scientifique et démonstrative et construit un récit qui s’offre à nous comme un vaste tableau où tous ses éléments constitutifs s’exhibent ensemble et en même temps dans un surprenant mouvement chorégraphique.

Kamel Ben Ouanès


(1)"La marche de l'incertitude" par Yamen Mannai, éd. Elzévir Paris. Epuisé depuis quelques mois, le livre a été réédité et sera disponible sur le marché tunisien courant novembre.

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.