News - 03.01.2013

Il y a un an, Abdelfattah Amor nous quittait

Il y a un an, plus précisément, le 2 janvier 2012, le grand  juriste et universitaire, Abdelfattah  Amor nous a quittés à la suite d’un infarctus. Il était âgé de 69 ans.

Professeur émérite et doyen (1987-1993) de la faculté des sciences juridiques de l'Université de Tunis dont il était l'un des fondateurs, il a présidé l'Académie internationale de droit constitutionnel avant d’occuper pendant deux ans le poste de rapporteur spécial des droits de l'homme des Nations unies pour les libertés religieuses et de conviction. Il présidera  ensuite le jury de l'Unesco pour le prix de l'éducation aux droits de l'homme de 2000 à 2008. Il a été également membre du Comité des droits de l'homme des Nations unies.

On lui devait la création de l’académie internationale de droit constitutionnel ainsi que la mise en place de la Commission nationale d'investigation sur les faits de corruption et de malversation  qui l’avait fait connaître du grand public et dont il conduira les travaux avec intégrité et fermeté. Ce qui  lui vaudra  d’infâmes attaques personnelles et des poursuites judiciaires de la part des personnes incriminées.

Avant de se saborder la commission aura auditionné des dizaines de milliers de personnes, reçu 9606 dossiers dont 5000 ont été examinés et 320 transmis à la justice, ce qui donne la mesure des efforts fournis par le défunt et son équipe composée, il faut le souligner, de bénévoles. En remettant, quelques semaines avant sa mort, le rapport final de la commission au président de la république par interim, Fouad Mebaza, Abdelfattah Amor avait souligné «les conditions difficiles de suspicion, voire de menaces et d'intimidation subies surtout lors du démarrage».

Lire aussi :

Abdelfettah Amor et sa Commission ont-ils tenu toutes leurs promesses ?

Abdelfettah Amor est décédé

Abdelfettah Amor fait rencontrer Mebazaa, Ghannouchi et des centaines de juristes


 

Tags : Abdelfattah Amor  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Mansour Lahyani - 04-01-2013 08:55

Si Abdelfattah était un grand homme, son abnégation et sa droiture s'imposaient à tous, ce qui a suscité la réaction forcément hostile de tous les corrompus de Tunisie ! Gloire, et paix, à son âme et à son souvenir !

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.