Limogeage des PDG de l'INS et du CNI et nomination de nouveaux gouverneurs: la course à l'occupation des postes ?

2012-04-01
8281 Visites | 17 Commentaires

News Tunisie

voir les 17 commentaires       Imprimer 

Après l’Institut National de la Statistique (INS) et le Conseil National de la Statistique, (CNS) c’est au tour du Centre National de l’Informatique (CNI) de voir son PDG, Abdelhak Kharrazi, limogé, sans motif apparent. Ces remplacements s’ajoutent à une série d’autres nominations, notamment aux postes de gouverneurs plaçant à ces fonctions-clés des cadres d’Ennahda, ce qui a suscité de vives réactions tant au sein des partis de l’opposition que dans l’opinion publique. « Course à l’enracinement dans l’appareil de l’Etat et mainmise sur l’Administration et les régions» comme l’ont déploré nombre d’élus de l’opposition à l’Assemblée nationale constituante, ou encore une volonté de reprendre en main des instruments de première importance tels que l’INS et le CNI ?

Chargé notamment du recueil des indicateurs démographiques, sociaux et économiques et de l’élaboration de comptes de la nation ainsi que des indicateurs de conjoncture économique, l'INS constitue l’une des fiertés de la Tunisie et bénéficie de la haute appréciation des institutions internationales (ONU, FMI, Banque mondiale). Ses outils sont étalonnés et ses procédures certifiées. Tel un thermomètre, il produit l’information statistique de base que personne ne peut contester et laisse aux autres utilisateurs la possibilité de la traiter et de l’interpréter. Préserver son indépendance est crucial.
 
Le CNI aussi, étant « un des principaux opérateurs publics dans la concrétisation de la stratégie nationale du secteur de l’informatique et le principal appui aux structures publiques dans la réalisation, l’installation et l’exploitation des Systèmes d’Information ». Abdelhak Kharrazi et ses équipes s’étaient particulièrement échinés l’année dernière lors des élections du 23 octobre, tant au niveau de la mise à jour des fichiers électoraux à partir de ceux de la Carte d’Identité, qu’au niveau des différentes applications utilisées à cette occasion et l’intégration de l’ensemble du système. Une réussite technologique unanimement saluée. Alors pourquoi limoger Kharrazi au moment où la machine de l’ISIE, nous promet-on, est sur le point de se remettre en marche ? Plus que des interrogations, une véritable inquiétude que suscite cette décision énigmatique. Il en va de même quant au choix des nouveaux gouverneurs.
 
«Faut-il être d’Ennahda pour accéder à une haute fonction ?»
 
« Nous avons si longtemps souffert de la nomination aux postes de gouverneurs et autres positions clefs de figures du RCD que nous récusons aujourd’hui celle des cadres d’Ennahda » Issam Chebbi (PDP), n’était pas le seul à le dire fortement, vendredi après-midi sous la coupole du Bardo, lors du débat avec le gouvernement. « Nous attendions, avait-il ajouté, des mesures urgentes en faveur du développement et non une série de nominations dans une tentative par le parti majoritaire au pouvoir de mettre la main sur l’Administration ». Si Mouldi Riahi (Ettakatol), se contente de demander timidement quels sont les critères qui ont été appliqués dans le choix des gouverneurs récemment désignés, les représentants des autres groupes hors Troïka, n’ont pas gardé la langue dans la poche. Maya Jeribi, Mehdi Ben Gharbia et bien d’autres réclament la préservation de l’indépendance de l’Administration et une totale séparation entre les partis au pouvoir et le gouvernement.
 
Avant même que le ministre de l’intérieur, Ali Laareydh y donne sa réponse, des élus d’Ennahdha se sont empressés de justifier le choix du gouvernement. Pour Zied Daoulatli, « la fonction de Gouverneur étant hautement politique et non administrative surtout qu’il lui incombe de faire réussir l’action du gouvernement, il est tout-à-fait naturel que le gouvernement y nomme les siens. Nous n’avons vu dans aucune démocratie, la majorité au pouvoir désigner des préfets issus de l’opposition. Le symboles des malversations sont encore présents et le peuple demande l’accélération de l’assainissement». 
 
Walid Bennani ira plus loin. « Nous reprochons au gouvernement cette lenteur observée dans le remplacement des gouverneurs, délégués et omdas. N’hésitez pas à le faire le plus rapidement possible et dès que nécessaire, les séquelles du passé sont encore enracinées dan s l’administration : corruption et blocage». Il oublie que presque tous les gouverneurs ont été nommés après la révolution et n'ont rien à voir de près ou de loin avec l'ancien régime.
 
Autant, il a été clair et ferme sur la question des salafistes, affirmant ne tolérant aucune infraction à la loi, autant, le ministre de l’intérieur, Ali Laarayedh, n’était pas très convaincant sur la question des nominations. Il se contentera de dire que la porte est ouverte à tous les partis politiques pour présenter les candidats qu’ils estiment compétents et que des solutions seront trouvées aux délégués relevés de leurs fonctions après y avoir été recrutés l’année dernière parmi les jeunes chômeurs diplômés.


Retrouvez cet article sur
nos applications mobiles

IpadiOS IphoneANDROID Android PhoneWINDOWS PHONE Windows PhoneWINDOWS 8
voir les 17 commentaires       Imprimer 
IpadIphone
Android PhoneWindows Phone
El Fahem et Jemaa «font trépigner de joie» les enfants algériens
Les deux héros de la série de Nessma, «Nsibi Laziza», Khaled Bouzid (El Fahem) et Latifa ...
La guerre pour la démocratie a entraîné la régression sociale et la désagrégation du pays
Echec de la guerre pour la démocratie La première transition qui a suivi la révolte de ...
Said Mestiri: L'Humaniste (1)
L’humanisme est certainement le dénominateur commun à tous les médecins, mais Chez Saïd ...
Si Said, merci pour tout
C’est un homme du présent qui nous a quitté hier, un médecin, un auteur vigilant et lucide ...
Hommage au professeur Saïd Mestiri: Science et conscience
Saïd Mestiri, notre ami et notre aîné, vient de nous quitter après une carrière ...
Insaf Karoui: de la danse à la fabrication des chaussures…de danse
Insaf Karoui n’est pas peu fière de nous montrer la collection de chaussures qu’elle vient de ...
Professor Kamel Jedidi
Dr. Kamel Jedidi is the John A. Howard Professor of Marketing at the Graduate School of Business, Columbia University, ...
Mohamed Bichiou
Nom et Prénom : Mohamed BICHIOU Date et lieu de naissance : 10 février 1955 à Nabeul Etat civil ...
Lotfi Hachicha
Nom: Hachicha Prénom: Lotfi Date de Naissance: 13 Avril 1954 Etudes Etudes Supérieures: ...
Najoua Kooli Hentati
Najoua Kooli Hentati Chargée de mission - TIC, Innovation and Entrepreneuriat - au ministère des ...
33mill./min., Ooredoo casse les prix pour le plus grand bonheur de ses clients
Les clients Ooredoo, ayant souscrits à l’offre 42 millimes, bénéficieront de 25% de bonus ...
Ooredoo offre des appels gratuits vers Gaza
Les clients Ooredoo peuvent désormais appeler gratuitement leurs proches se trouvant à Gaza. ...
Huawei annonce ses résultats de performance pour le 1er semestre de l'année 2014
Huawei, leader mondial des technologies de l’information et de la communication et fournisseur de solutions et ...
Ahmed Medyen représente la Tunisie à la 9ème édition du Dubai Summer Surprises
C’est Ahmed Medyen, étudiant à la MSB, qui aura le privilège de représenter la ...