Les vraies raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie

Les vraies raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie

Depuis quelques jours la Tunisie a perdu sa notation de grade d’investissement et a été reléguée à la catégorie spéculative. La Tunisie n’a jamais connu ce territoire puisque depuis sa première notation en 1997, le pays est directement entré dans le club restreint des pays Africains de catégorie d’investissement. Aujourd’hui, la note de la Tunisie est comparable à celle de pays tels que le Portugal ou la Jordanie… Malheureusement, au lieu d’en tirer toutes les conséquences et de changer de stratégie, cette dégradation a été reprise par un certain nombre d’observateurs pour tirer à l’artillerie lourde sur le gouvernement et le taxer de tous les maux… Pire encore, les vieux appels à ne pas repayer la dette ont resurgie et ont été présenté comme la panacée aux problèmes dont la Tunisie fait face aujourd’hui.
 
Cette dégradation est certes un événement très négatif dont on se serait passé volontiers car non seulement elle entraînera une hausse du coût des nouveaux emprunts souverains de la Tunisie sur les marchés internationaux (via une hausse de la prime de risque de crédit et une exclusion des dettes Tunisiennes de la gamme des instruments éligibles de certains investisseurs ou fonds de pension) mais encore pourrait entraîner une augmentation de l’aversion au risque Tunisien par les investisseurs étrangers à un moment où leurs interventions sont plus que nécessaire pour renflouer les réserves en devises et créer des emplois. D’autant plus qu’il suffit de voir les conditions sécuritaires de certaines régions pour comprendre qu’elles ont probablement été durablement exclues du radar de certains investisseurs étrangers. 
 
En même temps, cette dégradation devrait servir de réveil. S&P a certes parlé de « l’incapacité du gouvernement transitoire de prendre des mesures proactives face à une économie et un secteur financier affaiblis par rapport à ce qu’on attendrait d’un pays de grade d’investissement » Mais, il faut certainement replacer cette opinion dans son contexte et entendre par gouvernement toutes les parties prenantes au sommet de l’Etat ainsi que la Banque Centrale. Une part de cette dégradation est certes due aux impacts négatifs attendus de la récession en Europe sur les IDEs, les flux de tourisme et les exportations et plus généralement la balance de paiement du pays. Mais une majeure partie de cette dégradation et surtout son amplitude, découlent de l’absence de mise en place de réformes structurelles qui devraient permettre un retour à l’orthodoxie budgétaire à laquelle la Tunisie nous a habitué sur les 15 dernières années. Ce retour ne se ferait que si la Tunisie essaye de réduire ses dépenses via une réduction des subventions et une meilleure efficacité de l’administration. Ces actions devraient être entreprises au-delà de tout calcul politique et tout en ayant comme simple objectif de servir le pays à un moment difficile. Une bonne partie des subventions ne va pas à la population cible et quand bien même une réforme en profondeur pourrait ne pas être faisable à court terme à cause de ses impacts potentiels sur la stabilité sociale du pays, quelques mesures fortes pour réduire ce fardeau devraient être implémentées.
 
Parallèlement, la BCT devrait s’attaquer de manière plus radicale aux problèmes accumulés par le système bancaire tunisien sur les vingt dernières années. Une accélération du nettoyage du système et une refonte de sa structure s’imposent afin de réduire les risques de recours à l’Etat en tant que sauveur de dernier ressort ou de réduire les dettes contingentes qui pourraient découler du système bancaire et qui pèsent sur les comptes de l’Etat et sa qualité de crédit.  Améliorer la capitalisation du système via une augmentation du capital minimum exigé afin de pousser vers la consolidation du système pourrait être envisagée. Un système bancaire sain peut remplir son objectif de financement de l’économie tandis qu’un système affaibli ne peut que peser lourd sur les finances publiques et impacter négativement la notation des banques elles-mêmes (toutes en catégorie spéculative depuis bien longtemps) et la notation souveraine.
 
Quoiqu’il en soit, le gouvernement devrait trouver des relais pour endiguer les pressions sur les réserves de change et financer ses projets d’investissement. Une accélération de la vente des actifs saisis notamment pour des investisseurs étrangers ne peut qu’être bénéfique pour ces réserves bien que ces opérations sont tributaires de l’appétit des investisseurs qui a probablement diminué après la dégradation de la note souveraine et au vu de l’incertitude quant à l’évolution de la scène politique tunisienne (prochaine structure du système politique, constitution qui reste à écrire et élections)… 
 
Aujourd’hui la Tunisie est notée en grade d’investissement par deux sur les trois principales agences qui notent le pays. Minimiser l’impact de la dégradation de la notation de Standard & Poor’s serait une grave erreur. Tirer les leçons et agir en conséquence afin de garder les notes des autres agences serait une sage décision. Une réorientation des priorités au-delà de tout calcul politique, une mise en œuvre rapide de ces nouvelles priorités et une stratégie de communication claire vis-à-vis des deux autres agences et de S&P elle-même pourrait éclaircir l’horizon car tôt ou tard, la Tunisie aura besoin d’accéder de nouveaux aux marchés financiers puisque la capacité des créditeurs officiels (Union Européenne, Organisations multilatérales, etc.) à financer le pays n’est pas illimitée et qu’un scénario d’effondrement aussi rapide que certains pays Européens périphériques ne peut pas être totalement exclu.    

 

Retrouvez cet article sur nos applications mobile!
Laissez un commentaire
Les Commentaires
  • Mohamed S. Haddad

    Là, le bébat avance dans la bonne direction...

    28-05-2012 05:43
  • Hassine Labassi

    واصل في طريق الإصلاح دون أن تعبأ بما يحاك لك وينصب لك من فخاخ ما دمت صادقا في ما تقوم به أنه لصالح البلاد وشعبها.الله يثبت خطاك ومن معك حتى يعود الأمن والإستقرار لتونسنا.و بالله التوفيق

    28-05-2012 13:00
  • Hamed

    Depuis la révolution ce qui a manqué et nous empêche de sortir du marasme et d'évoluer c'est qu'il tarde à voir un assainissement de la Tunisie des fortunes mal acquises et ce de manière courageuse, honnête et franche. Beaucoup de potentiel est paralysé par un inconnu du lendemain. Cessez de tergiverser, prenez le taureau par les cornes et appelez un chat un chat

    28-05-2012 13:12
  • Ben Nejma Hassen

    Cet articles est plein d'ambiguités, plein de généralités succeptibles de camoufler les réalités suivantes: Insécurité flagrante, aucune visibilité quant au programme d'actions du gouvernement, manque néfaste de discipline dans l'application de la loi à l'égart des hors la loi,incompétence dans le choix des priorités et incapacité à résoudre des problèmes faciles.Tous ces qualificatifs ne peuvent que dégrader la notation de notre pays.

    28-05-2012 16:15
  • bounab

    Pour rammener la cote de la valeur à sa notation initiale,il faut un tour de vis sur les prix car il y a du gaspillage à tous les niveau de la société.Du balayeur au president vivent au dessus de leur moyen.voyant ce qui est arrivé à certains pays d'europe par leur manque de soivoir vivre economiquement.si nous faisons pas attention nous serions à la dérive.

    28-05-2012 18:57
  • MAHMOUD

    je ne compreds pas lenthousiasme de ses 3 commentaires ;car le gouvernement n a rien fait depuisquelques mois et surtout ilnyapasde porte desortie;insecurite; vie chere;alfaoudha prtout ;une loi ;onincendie les commissiriats de police cense reptresente l etat ;letat en fait est qui il existe moi je l ai pas vu puisque c est le cahot alors la degradation peut meme etre pire que BB....Le gouvernement pense a augmenter leurs indemnites qu a s occuper des tunisiens..DOMMAGE CEST CE QUE CE VOIT TOUS LES JOURS AVEC DES SITING ET J EN PASSE ...LES SALAFISTES IMPUNIS...CE SONTHORS LA LOI ET ..LE GOUVERNEMENT REGARDE INERTE ET SILENCIEUX ET DEPUIS LONGTEMPS.....ALLAH YOUSTIR TOUNIS MINA ADDIAB...

    28-05-2012 23:51
  • mahmoud Bédoui

    Pendant ce temps et contre toute logique ou raison des plus banales, la Nahdha place ses pions totalement incapables de la moindre gestion dans les postes-clés partout. Pendant ce temps la Nahdha et le ministère de l'intérieur laisse pousser la terreur salafiste dans le pays car ces bandes de hors-la-loi sont les enfants naturels de leur cheikh et maître à penser. Oser croire que la solution est pour demain est d'un ridicule des plus bouleversants. CHICHE !

    29-05-2012 08:16
  • fathi

    La degradation de l'economie du pays, et puis de sa note S&P est le resultat direct de la politique economique du gouvernement en place. certe La notation est basee sur non seulement la situation actuelle mais aussi sur le future du processus de developpent. Le manque de program et de strategy sont vue et evalues bas. Le gouvernement en place, et par suite le partit principal, sont responsables. Le gouvernement annahdha, avec une reputation mauvaise, un manque de vision economique, le laisser faire au salafiste sont des raisons suffisantes pou la degradation. Le public a le droit de savoir la raison du decalage entre ce que annnahdha disai avant les elections et ce qu'il font maintenant. Ils doivent expliquer cela avant de nous trahir pour les elections futures.

    29-05-2012 14:28
8 Commentaires
Autres articles dans cette rubrique
 
 
Relations presse
Lu pour vous
L'enjeu majeur 25-11-2014 2327 Vues