Le Jardinier de Metlaoui

Henri Wiesser, intendant des mines de phosphates à Metlaoui de 1895 à 1926, écrit ses mémoires à ses heures perdues. Plus de 6500 pages qui racontent la vie de cet homme et de sa famille, avec ses drames et ses secrets, des pages qui relatent aussi, et surtout, la vie de l’époque dans cette région reculée de la Tunisie, bouleversée depuis qu’un certain Philippe Thomas y découvre ce qui fera sa richesse, les gisements de phosphate.

Plusieurs années plus tard, le petit fils d’Henri, François-George Bussac, hérite de sa mère ce trésor de souvenirs. Faisant siens ces mots de René Char  « Tu es pressé d’écrire, Comme si tu étais en retard sur la vie, S’il en est ainsi, fais cortège à tes sources, Hâte toi, Hâte toi de transmettre Ta part de merveilleux, de rébellion, de bienfaisance », il en fait un roman, ressuscitant ainsi l’image de ce grand-père vaillant, rebelle et modeste qu’il n’avait jamais connu.

FG Bussac entame alors, pendant plus de deux années, la rédaction de ce qu’il considère comme un travail de mémoire puisque son grand-père avait envisagé de publier des extraits de son journal. Il décrit l’ouvrage comme « une saga familiale, un récit qui parle d’une époque qui n’est pas encore complètement révolue dans l’inconscient des familles et des nations, celle d’avant la première guerre mondiale et des années 1920, celle des premières entreprises d’extractions de minerais, celle où la vie était encore plus fragile, mais où l’on savourait la douceur de chaque fruit, la fraîcheur de chaque jardin, la rareté de chaque amitié ».

FG Bussac est un écrivain mais aussi un conteur. Il lui arrive de lire à haute voix ses textes mais aussi ceux d’autres auteurs. C’est ainsi qu’il lit des extraits de poèmes d’Abou El Kacem Chebbi sur une musique composée par Kerim Bouzouita et Shiraz Jerbi lors du festival du film tunisien à Paris en 2009. Il lui arrive aussi de lire plusieurs chapitres de son Jardinier. Cette lecture ne laisse pas indifférent Kerim Bouzouita, musicien compositeur de talent qui aime ce texte qui parle de son pays, du dur travail au Sud, de tous ces anonymes qui y ont laissé leurs empreintes. Avec l’auteur du livre, il choisit neuf chapitres sur 23 et compose et dirige une musique originale interprétée par lui-même et par deux autres musiciens du label Art Village Records. Le disque est le lieu d’une rencontre inattendue entre la pianiste Hana Smati et le joueur de Oud Amen Lassoued. En compagnie de Michelle Bouffetier, FG Bussac enregistre ses lectures à Tunis au printemps 2009.

Dans le Jardinier du désert en musique, on peut écouter le récit du grand voyage entrepris par Henri en Russie pour rendre visite à sa fille partie vivre là-bas, l’histoire de la sœur Anne, venue des églises d’Orient pour être institutrice à Metlaoui, l’incroyable Loussif qui débarque des lointaines terres d’Afrique pour travailler aux mines afin de payer la dot de sa bien-aimée, la femme du directeur qui quitte sa vie de notable pour les beaux yeux d’Abdelaziz, le séduisant chauffeur et, planté au milieu du décor de ce récit, le fabuleux jardin d’Henri sorti des sables du désert rocailleux du Sud tunisien.

Ce récit en musique a donné une seconde vie au roman de FG Bussac en offrant une manière différente de découvrir la lecture qui donne, ou redonne, goût au plaisir de lire. D’ailleurs, la réaction du public tunisien a été unanime. A chaque présentation du disque, la combinaison voix & musique est un moment d’une intense émotion, ce qui montre que le projet Livres en musique est possible et viable. En France, les négociations avec des distributeurs sont en cours.

D’autres idées sont en phase de concrétisation avec les Fables de la Fontaine, les poèmes d’Abou El Kacem Chebbi, des lectures au théâtre ainsi qu’un hommage à la poésie britannique et américaine avec, entre autres, des voix tunisiennes venues d’univers artistiques différents. Des projets qui montrent que des alternatives à la médiocrité artistique ambiante sont réalisables.

Le livre ainsi que le double CD peuvent être commandés en librairie au prix de 28 DT pour le livre et 10 DT pour le double disque, notamment à la librairie Art Libris au Kram. Pour plus d’informations, le site de l’auteur  www.fgbussac.fr.gd

Anissa BEN HASSINE
 

Retrouvez cet article sur nos applications mobile!
Laissez un commentaire
Les Commentaires
  • Adnène Chaabouni

    Encore une bonne nouvelle. Chaque matin, en ouvrant leaders.com.tn, je sais que je vais entamer ma journée par des informations sur des choses qui importent dans notre pays; pays particulièrement béni par sa situation en Méditerranée (passage obligé, avec le sud de l'Italie, entre les bassins oriental et occidental) qui oblige ceux et celles qui ont vécu, vivent et vivront à accepter l'interaction avec l'autre qui vient d'ailleurs. Or la richesse de l'être humain vient de ses interactions avec les autres. Plus il y a d'autres différents de moi, et plus mon interaction avec eux est enrichissante. La recherche du compromis et la politique des étapes sont nées dans les esprits de ceux qui ont vécu sur cette portion de la Terre, appelée Tunisie depuis peu au regard de l'Histoire, depuis des millénaires. C'est le génie des habitants de ce coin de Terre obligés qu'ils ont toujours été d'accepter l'interaction avec ceux qui viennent d'ailleurs, d'autant que l'arrière pays offre très peu de lieux de refuge (notamment relief escarpé). A mes yeux, votre journal est une des expression de ce génie multimillénaire; il (votre journal) est, en même temps, le média qui entreprend de nous informer sur différentes expressions de ce génie à travers des faits et-ou à travers des histoires (ou des fragments d'histoires) de vie d'femmes et d'hommes qui ont vécu (et donc interagi) sur ce territoire, appelé à juste titre ''friguia'', 'ifriqia'', ''africa '', depuis le temps de l'empire romain, au moins. Pourquoi est ce que ce nom (une recherche sur l'origine et la signification de ce nom est d'une utilité certaine) a été donné au continent? Hypothèse: la conscience, plus ou moins claire, que la vie, la vraie vie, qui naît et se développe par et à l'occasion d'interactions pacifique entre des êtres humains, qui sont par définitions des singularités, a eu, a et aura le plus de chance d'éclore et de diffuser à partir de ce coin de Terre, où j'ai la chance d'être né et de vivre. Les interactions, à travers des millénaires, entre les natifs (qui n'ont pas où fuir à cause de la rareté des lieux de refuge) et les visiteurs, venus d'ailleurs ont produits tellement de choses qui font la richesse de cette patrie où la tolérance l'a toujours emporté sur les rigidités meurtrières, et la créativité sur les mimétismes sclérosants et avilissants in fine. Celles et ceux, quelques soient leurs nationalités, qui ont la chance d'être nourris par ce génie (acceptant l'interaction avec les autres humains) produisent et produiront, grâce à la démultiplication des interactions que permet internet, des richesses insoupçonnées. Votre journal, à mes yeux, est une de ces richesses. Courage! Que Dieu vous permette de demeurer fermes dans ce service que vous nous rendez quotidiennement. Vous êtes dans le courant de la vraie vie; toutes les puissances positives de l'univers vous soutiennenent. Don't worry; be happy. Laa khawfun 'alyahum wa laa hum yahzanun (Il ne vous atteindra auciun mal, par la Volonté de Celui qui a créé la Vie)

    02-07-2010 07:14
  • abia abdallah

    merci de sauver la mémoire de la région de Methlaoui, merci de sauver la mémoire de la C.P.G. merci de faire connaitre une période de la Tunisie . seulement le prix de 28,000 dinars n'est pas accessible à la bourse Tunisienne, ce qui prive de nombreux miniers fils de miniers et proches de miniers d'apprendre une partie de leurs histoires.

    02-10-2010 01:13
  • mohamed brahmi

    merci bien pour ce flash qui présente l'histoire de métlaoui tout en posant la questions pourquoi les citoyens de metlaoui même le tunisiens n'ont pas cités lhistoire de metlaoui avant l'indépendance et même âpres.

    08-10-2010 12:30
4 Commentaires
Autres articles dans cette rubrique
 
 
Relations presse
Lu pour vous
Une gageure 27-08-2014 514 Vues
Nouri Bouzid, le poète 18-08-2014 600 Vues
Le Djérid en tout humour 18-08-2014 705 Vues
Traits de sagesse 14-07-2014 1227 Vues