La chute du mur de Berlin: un "non évènement" qui a changé la face du monde

2009-11-02
5651 Visites
voir les 2 commentaires       Imprimer 

Dans la nuit du 8 au 9 novembre 1989, le dernier symbole de la guerre froide s'effondrait, le fameux mur de Berlin érigé trente ans plus tôt. Un édifice de 167 kilomètres de long dont on avait prédit lors de sa construction la même longévité que la Grande Muraille de Chine, tant les clivages idéologiques entre communisme et capitalisme paraîssaient alors irréversibles et en tout cas appelés à durer longtemps. Pourtant, ce mur qui résumait à lui tout seul les rivalités entre les deux blocs tiendra à peine une trentaine d'années.

Un non-évènement?!

Cet évènement qui dépassait, en réalité, le cadre allemand, fut traité, à l'époque, comme un non-évènement par la plupart des pays occidentaux et suivi avec une certaine incrédulité par des chancelleries qui en avaient vu d'autres depuis la fin de la guerre: blocus de Berlin en 1948-49, Budapest en 1956, printemps de Prague en 1968, grève des ouvriers de Gdansk, en ¨ Pologne en 1981 et guerre d'Afghanistan. On était conscient des difficultés que rencontrait l'Union Soviétique tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Mais, à chaque fois, " la patrie du socialisme " donnait l'impression de s'en sortir. Une impression confortée depuis l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir. Pourtant, l'impensable a bien eu lieu à Berlin par une froide soirée d'automne il y a 20 ans, sonnant le glas d'un système appelé croyait-on à régenter le monde entier parce qu'il " allait dans le sens de l'histoire ".

Le symptôme d'une crise profonde                     

Avec le recul, on peut dire que la chute du mur a marqué véritablement, outre l'enclenchement du processus de réunification de l'Allemagne, le début de la fin de l'Union Soviétique (elle interviendra trois ans plus tard) et du communisme. et à ce titre, il est permis de la qualifier d'évènement majeur de la 2ème moitié du XXème siècle. Ce fut, en quelque sorte, un révélateur, le premier symptôme sérieux de l'irréversibilité d'une crise profonde qui rongeait un système et qui devait, de proche en proche toucher, finalement, le centre nerveux du système communiste, le Kremlin en 1990.

Il est donc normal que " Le mur " suscite une littérature aussi abondante que celle  à laquelle on assiste à quelques jours de  la commémoration de cet évènement. Ancien journaliste au Monde, Bernard Brigouleix a couvert pendant de longues années la politique allemande de l'après-guerre et notamment cette période qui s'étend de la construction du mur  en juillet 1961 jusqu'à sa démolition le 9 novembre 1989. C'est dire qu'il est bien qualifié pour nous évoquer " les petites et grandes histoires " du mur de Berlin(1).

Avec beaucoup de talent et un luxe de détails qui donne la pleine mesure de ses connaissances des questions allemandes, l'auteur nous fait revivre toute cette période avec ses hauts faits et ses situations cocasses, les trésors d'imagination déployés par les habitants de Berlin Est pour fuir l'enfer communiste, en un mot le combat quotidien de millions d'anonymes contre le mur de la honte qui nous rappelle à bien des égards un autre mur, celui érigé en Cisjordanie par la Israéliens, remontant même aux premières années de l'après-guerre,le fameux blocus de Berlin,  la mémorable visite de Kennedy et son fameux " je suis un Berlinois ". Un maître livre  sur un évènement qui a changé la face du monde. 

Hedi

(1)Bernard Brigouleix, "Le Mur de Berlin, Petites et Grandes Histoires" Ed. Alphée

Tags : berlin mur evenement union soviétique communisme gorbatchev bernard brigouleix kennedy blocus  


Retrouvez cet article sur
nos applications mobiles

IpadiOS IphoneANDROID Android PhoneWINDOWS PHONE Windows PhoneWINDOWS 8
voir les 2 commentaires       Imprimer 
IpadIphone
Android PhoneWindows Phone
On s'est acharné sur le fils, mais on visait le père
Pendant une semaine, ce fut la curée : rumeurs persistantes de démissions collectives, tir de barrage ...
El Fahem et Jemaa «font trépigner de joie» les enfants algériens
Les deux héros de la série de Nessma, «Nsibti Laziza», Khaled Bouzid (El Fahem) et Latifa ...
La guerre pour la démocratie a entraîné la régression sociale et la désagrégation du pays
Echec de la guerre pour la démocratie La première transition qui a suivi la révolte de ...
Said Mestiri: L'Humaniste (1)
L’humanisme est certainement le dénominateur commun à tous les médecins, mais Chez Saïd ...
Si Said, merci pour tout
C’est un homme du présent qui nous a quitté hier, un médecin, un auteur vigilant et lucide ...
Hommage au professeur Saïd Mestiri: Science et conscience
Saïd Mestiri, notre ami et notre aîné, vient de nous quitter après une carrière ...
Professor Kamel Jedidi
Dr. Kamel Jedidi is the John A. Howard Professor of Marketing at the Graduate School of Business, Columbia University, ...
Mohamed Bichiou
Nom et Prénom : Mohamed BICHIOU Date et lieu de naissance : 10 février 1955 à Nabeul Etat civil ...
Lotfi Hachicha
Nom: Hachicha Prénom: Lotfi Date de Naissance: 13 Avril 1954 Etudes Etudes Supérieures: ...
Najoua Kooli Hentati
Najoua Kooli Hentati Chargée de mission - TIC, Innovation and Entrepreneuriat - au ministère des ...
33mill./min., Ooredoo casse les prix pour le plus grand bonheur de ses clients
Les clients Ooredoo, ayant souscrits à l’offre 42 millimes, bénéficieront de 25% de bonus ...
Ooredoo offre des appels gratuits vers Gaza
Les clients Ooredoo peuvent désormais appeler gratuitement leurs proches se trouvant à Gaza. ...
Huawei annonce ses résultats de performance pour le 1er semestre de l'année 2014
Huawei, leader mondial des technologies de l’information et de la communication et fournisseur de solutions et ...
Ahmed Medyen représente la Tunisie à la 9ème édition du Dubai Summer Surprises
C’est Ahmed Medyen, étudiant à la MSB, qui aura le privilège de représenter la ...