News - 11.02.2019

Hédi Bouraoui: Vingt-quatre heures en tesselles mosaïcales

Hédi Bouraoui: Vingt-quatre heures en tesselles mosaïcales

L’auteur nous offre un « avant-propos » important, ce qui donne au lecteur une invitation attirante à ces vingt-quatre contes intrigants et expérimentaux. Les « tesselles mosaïcales » du titre fait l’écho à la politique d’immigration au Canada, ce qui engage à l’assimilation tout en gardant une identité culturelle originale et distincte, mais qui contribue en même temps au pays d’adoption. Cette  politique consiste en un contraste frappant à celle des États-Unis, ce qui abolit l’identité culturelle originale. Hédi Bouraoui, né en Tunisie et professeur émérite à l’Université York, Toronto, est l’auteur de nombreux romans, recueils de poésie, et essais académiques. Son ambition littéraire à présent consiste en un recueil de contes divers lyriques, pleins de surprises culturelles, qui permettent au lecteur d’affronter, avec un sens original, la réalité, mais aussi la diversité culturelle. Dans le style typique du conte, Bouraoui nous présente un groupe de personnages fermés sur eux-mêmes, parfois avec une touche originale surajoutée, ou une situation existentielle qui évoque une épiphanie.

Cette œuvre semble être l’effort de la part de Bouraoui non seulement de continuer, mais aussi de faire revivre l’art du soi-disant conte / nouvelle comme une expérience littéraire, comme il l’a déjà fait pour la poésie dans La Réfugiée. Dans cette récente œuvre en prose, cependant, Bouraoui essaie de faire revivre le conte « pour y insérer une dose de  poésie à relever  le piquant de l’intrigue restée figée dans le genre traditionnel ! Autrement dit, la préparation cousue de fil blanc à gratifier le lecteur / la lectrice d’une solution finale bouclant l’histoire et ses adversités / conflits » (11). De même, Bouraoui amuse et taquine le lecteur avec ses mots-concepts, ou néologismes qu’il met en italique dans beaucoup de contes. Ces mots-créations en italique incitent le lecteur à hésiter, à décoder ou à méditer sur la question si ces mots évoquent l’humour, comme dans « se tentaculant en pieuvre croupionne » (159), ou l’ironie, comme dans « L’amour-propre de l’employé glisse une dernière fois sur la chauv-inité traître du crâne salkinien » (162). Les vingt-quatre contes sont savamment rassemblés, et offrent au lecteur un monde merveilleux où il y a de temps en temps des chocs culturels, une manque d’incompréhension des valeurs qui se révèlent dans leur hypocrisie, leur résistance insidieuse à accepter de nouveaux concepts, et les contes aboutissent souvent à une conclusion ironique. Ce lecteur a pris plaisir avec enthousiasme à la description multiculturelle des attitudes racistes dans le’ conte de Bouraoui, « Brouille au coude du festin mosaïcal » et du dévoilement de l’hypocrisie dans un autre, intitulé « Noirébo. » Tout l’ensemble des contes offre une lecture attrayante et enrichissante.

Vingt-quatre heures en tesselles mosaïcales

CMC, 2017. ISBN 978-2-924319-39-0. Pp. 277.
Metropolitan State University of Denver, emeritus - Alain Ranwez
French Review 92.2: 258.
Traduction de l’anglais en français par Elizabeth Sabiston.

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.