News - 19.04.2018

Sélim Ben Abdesselem/Constituant: Du rêve au cauchemar...au compromis

Sélim Ben Abdesselem/Constituant: Du rêve au cauchemar...au compromis

«Peut-être ai-je été trop naïf, mais je ne pouvais alors imaginer que d’anciens opposants démocrates qui avaient subi la répression de Ben Ali puissent manquer à ce point de fermeté face aux islamistes». Sélim Ben Abdesselem, 47 ans, élu d’Ettakatol dans la circonscription de France Nord en octobre 2011 à l’Assemblée nationale constituante qui finira par rompre avec le parti de Mustapha Ben Jaafar, en témoignera avec beaucoup d’amertume. Après ses deux coéquipières au Bardo, Nadia Chaabane et Selma Mabrouk, il nous livre ses mémoires de constituant. En deux tomes de près de 400 pages chacun, il entend retracer ce qu’il inscrit sous le titre de «La parenthèse de la Constituante».

Le premier tome s’intitule «Du rêve au cauchemar». Il couvre toute la période allant de janvier 2011 jusqu’à mi-juillet 2013, juste avant l’assassinat de Haj Mohamed Brahmi. Le second, qui a pour titre «De la fracture au compromis», commence avec ce lâche assassinat et se poursuit jusqu’à «la fin de la parenthèse en décembre 2014.»

La Troïka était scellée depuis mai 2011

Les révélations ne manquent pas tout au long des pages. D’emblée, selon Sélim Ben Abdesselem, «un accord de coalition tripartite entre Ennahdha, le CPR et Ettakatol avait été acté dès le mois de ... mai 2011. Et seuls quelques dirigeants bien placés dans l’entourage de Ben Jaafar étaient dans la confidence», rapporte-t-il. C’est ce que lui avaient confirmé ultérieurement deux députés démissionnaires du parti, Salah Chouheïb et Abdelkader Benkhémis. Au lendemain du scrutin du 23 octobre 2011 et alors que les trois partis sont déclarés vainqueurs, les négociations pour l’exercice du pouvoir et la répartition des postes n’étaient pas entre tous les partenaires sur un pied d’égalité. Ennahdha, indique-t-il, s’est imposée en puissance invitante pour accueillir les réunions et a «d’entrée de jeu pris les choses en main.» «Chacun allait découvrir, poursuit-il, l’extrême minutie de la délégation d’Ennahdha, le manque total de celle du CPR et l’impréparation de celle d’Ettakatol.» Les dés étaient jetés.

Sélim Ben Abdesselem a dépassé nombre de frustrations qui avaient failli le déprimer. Après la proclamation de son élection à l’ANC, aucun dirigeant de son parti ne l’avait appelé pour le féliciter. Il n’est pas le seul dans ce cas, Selma Mabrouk avait subi la même indifférence. Le premier à féliciter Ben Abdesselem fut Ameur Laarayedh...

«Noblesse, bourgeoisie et  tiers état»

Non sans humour, l’auteur décrit les différentes strates d’Ettakatol qu’il classe en «noblesse, bourgeoisie et  tiers état d’un parti social-démocrate». «Je n’allais pas tarder à comprendre que les ‘’vraies décisions importantes’’ étaient prises ailleurs, en tout petit comité autour de Ben Jaafar et de ses fidèles : les historiques Khelil Zaouia, Mouldi Riahi et les nouveaux conseillers Khayam Turki et Elyès Fakhfakh, et quelques autres comme Adel Fekih, admis occasionnellement dans ce groupe de ‘’happy few’’ autour du chef que tous rêvaient voir accéder à la présidence...de la République.»

L’ouvrage se termine dans son tome 2 avec trois épilogues actualisés à fin 2017 : la transition démocratique a-t-elle réussi ? Et maintenant, politiquement, où va la Tunisie ? Et celles et ceux dont on n’a pas parlé ! Une lecture à chaud d’une actualité qui n’a pas encore livré toutes les clés de son décryptage.

La chronique de Sélim Ben Abdesselem vient en confirmation des témoignages de Nadia Chaabane et Selma Mabrouk : désenchantement, désillusion et combats féroces. Mais aussi en apportant d’autres éclairages, d’autres analyses. L’ensemble est instructif pour l’humble lecteur et nourrit la réflexion des chercheurs. Juriste de formation, avocat au barreau de Paris, ancien assistant parlementaire en France, Ben Abdesselem, qui a intégré Nidaa Tounes, ne regrette pas avoir repris le chemin du retour en Tunisie où il continue à militer au sein de la société civile. En attendant de rebondir en politique ?.

La parenthèse de la Constituante
de Sélim Abdesselem
Tome I : Du rêve au cauchemar
Tome II : De la fracture au compromis
Editions Nirvana, mars 2018, 20 DT chaque tome



 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.