Blogs - 03.04.2018

La culture, notre ADM contre le terrorisme

La culture, notre ADM contre le terrorisme

Alors que la plupart des pays de ce qu’on a appelé le printemps arabe sont à feu et à sang  ou, à tout le moins, en pleine déconstruction, voilà que la Tunisie, faisant fi de toutes les difficultés qu’elle traverse avec un marasme économique inédit et des troubles sociaux à n’en plus finir, affiche, et de quelle manière, sa singularité en se dotant d’une somptueuse cité de la culture après une si longue attente. Un pari insensé ? Une nouvelle illustration de la mauvaise gouvernance dont le pays est affligé depuis la révolution ? Plutôt, un acte de foi, un pied de nez à la sinistrose ambiante, à celui qui a qualifié un jour ce temple du savoir de bâtisse stalinienne, aux grincheux, aux faux amis et faux frères qui se délectent de nos malheurs ; aux faux dévots ; aux hérauts de la démoralisation, à ces dénigreurs professionnels qui annoncent déjà la couleur en déplorant «la mauvaise organisation de la cérémonie d’inauguration», «le choix malheureux de l’orchestre symphonique d’Ukraine», «le luxe tapageur, les couloirs pavés de marbre», comme si on était condamnés indéfiniment au misérabilisme.

Pour des raisons multiples (hésitations des dirigeants, manque de moyens et surtout la révolution qui a entraîné l’arrêt du chantier en raison de l’insécurité qui régnait dans le pays), il a fallu une bonne vingtaine d’années pour sortir ce projet des limbes, le mûrir, et le ciseler pour en faire ce qui deviendra, nous l'espérons, une véritable locomotive de la culture tunisienne censée donner aux Tunisiens un regain de goût pour l'art, la lecture, féconder les déserts culturels, rompre définitivement avec cette culture officielle à la Jdanov, juste bonne à glorifier le dictateur. Tout bien pesé, on a bien fait de temporiser. Rien qu’à penser à ce que Ben Ali aurait fait de ce projet, on est pris d’une peur rétrospective.

La culture, ce n’est pas seulement ce qui reste quand on a tout oublié, elle adoucit les moeurs, développe l’instinct de vie. C’est la panacée au fatalisme, à la crétinisation, l’ignorance, l’intolérance ert pour tout dire, à la bêtise humaine. C’est surtout notre artillerie lourde, notre ADM contre le terrorisme, notre vaccin contre l’obscurantisme. Que mille fleurs s’épanouissent dans ce qui pourrait devenir le plus grand espace de sociabilité de Tunis où on ne cherchera pas à tuer le temps, mais à se ressourcer, vivre intensément, se divertir intelligemment et s'habituer au vivre-ensemble.

Alors que partout ailleurs dans le monde arabe, c’est à qui érigera le plus haut gratte-ciel, le plus haut minaret, la plus grande salle de prière, la Tunisie a choisi de construire la plus belle cité de la culture de la rive sud de la méditerranée, celle qui devrait hisser Tunis au diapason des grandes capitales. Ainsi, notre pays aura été exemplaire comme il l’a toujours été depuis Carthage.

Hédi Béhi

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.