News - 14.02.2018

Aziz Zouhir PDG du Groupe SOTUPA: «Nous pouvons faire encore plus et mieux»

Aziz Zouhir PDG du Groupe SOTUPA «Nous pouvons faire encore plus et mieux»

Un capitaine d’industrie qui continue à y croire, ne cesse d’investir, recrute de jeunes diplômés et se développe à l’international? En ces temps de déprime latente, Aziz Zouhir insuffle, à la tête du groupe SOTUPA, une bonne dose d’optimisme. Pionnier dans l’industrie des produits d’hygiène jetables et corporels ainsi que pharmaceutiques, le groupe est beaucoup plus connu par ses marques : Peaudouce, Nana, Lotus, Top, Tork, Tena, et la gamme Sensea de shampoing, savon et lingettes, en soins au naturel.

L’outil industriel, conçu autour de technologies de pointe, est en expansion. Deux usines en Tunisie (à Bouhjar et Ksibet El Mediouni, dans le gouvernorat de Monastir, une nouvelle usine est également prévue à Shaline), une troisième en Algérie (à Annaba), alors qu’une quatrième est sur le point d’être implantée en Afrique de l’Ouest, l’investissement est continu. Rien qu’entre 2016 et 2017, il a dépassé les 40 MD. Une filiale a été montée au Maroc pour assurer la distribution en direct, alors que des partenaires distributeurs couvrent la Libye, des pays de l’Afrique de l’Ouest et le Moyen-Orient (Liban, Soudan, etc.).

Les résultats suivent : le chiffre d’affaires consolidé a dépassé les 200 MD pour le dernier exercice, les deux tiers étant réalisés à l’exportation. Les effectifs s’élèvent à 1 500 employés dont 300 injectés auprès des partenaires distributeurs. Le plan de recrutement lancé fin 2017 porte sur 30 cadres entre ingénieurs, spécialistes en R&D et en système d’information et marketeurs commerciaux. «L’industrie reste un grand gisement d’emplois permanents et vecteur d’exportation», souligne Aziz Zouhir.

Un partenariat réussi

Comment tout avait commencé et quel est le secret de cette réussite ? «C’était en 1970 lorsqu’un groupe de pharmaciens conduit par mon père feu Moncef Zouhir a créé la Société tunisienne de pansements (SOTUPA), nous confie Aziz Zouhir. Dès le départ, le choix était de se positionner à la pointe de l’innovation dans le secteur des produits d’hygiène jetables et pharmaceutiques dont elle est leader. Depuis lors, l’entreprise n’a cessé d’évoluer, en plaçant les consommateurs au centre de son attention. Le grand tournant déterminant a été le partenariat scellé avec le premier groupe européen et troisième mondial du secteur SCA (Svenska Cellulosa Aktiebolaget). C’est un groupe suédois international, fondé en 1929, qui emploie aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers de salariés et dispose de nombre de filiales de par le monde.»

«Ensemble, poursuit-il, nous avons créé SANCELLA SA, qui est la première joint-venture en Afrique. Elle couvre l’Afrique du Nord et de l’Ouest et vient de s’étendre au Moyen-Orient. Signe de reconnaissance de notre savoir-faire, nous venons d’obtenir des contrats de sous-traitance pour des produits d’hygiène féminins destinés au marché italien et des produits de papier domestique, sous la marque Lotus, pour le Moyen-Orient.»

«En fait, notre partenariat avec SCA, établi en association à 50 - 50%, est total. Il couvre en parfaite synergie la technologie, la production, la gestion, le marketing et la distribution, souligne Aziz Zouhir. C’est un levier important d’innovation, de croissance et d’expansion.»

Une équipe soudée

Ce qu’il ne met pas en avant, c’est sa contribution personnelle à cette saga. Joueur de tennis doué, (champion de Tunisie de 1976 à 1982), président de l’Espérance Sportive de Tunis (de 2004 à 2007) et président-fondateur de la Chambre de commerce tuniso-suédoise, Aziz Zouhir aime pourtant cultiver la discrétion.

Après des études à Aix-en-Provence couronnées par une maîtrise en sciences économiques, il rentre à Tunis en 1976 et rejoint la SOTUPA. Il commencera par faire le tour des principaux postes au siège avant de s’occuper du contrôle de gestion, ce qui le prépare à accéder à la direction générale. D’arrache-pied, il œuvrera à l’établissement des relations avec SCA, à travers une licence au début, puis la joint-venture. Au départ, il ne devait exercer en 1995 qu’un mandat de transition pendant 3 années avant de reprendre sa liberté. Mais, le voilà encore en poste. A ses côtés, ses deux enfants, Farouk et Ichraf, se mettent à l’œuvre. Mais aussi toute une équipe compétente et soudée.

Lire aussi

Tunisie - Suède: La nouvelle Chambre de commerce œuvrera à la dynamisation des échanges



 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.