News - 02.02.2018

Dr Slaheddine Sellami - Nouveaux hôpitaux, nouvelles cliniques : les fausses pistes de la politique de santé en Tunisie

Dr Slaheddine Sellami - Nouveaux hôpitaux, nouvelles cliniques : les fausses pistes de la politique de santé en Tunisie

Une série de fausses pistes risquent d’embarquer la stratégie de santé en Tunisie sur des dérapages préjudiciables. L’excitation des décisionnaires politiques à promettre et lancer de nouveaux hôpitaux, de grandes capacités, partout dans le pays, en est un bel exemple. Encore, plus édifiant, s’agissant de projets qui n’obéissent à aucun critère sérieux quant à la nécessité, la taille et la vocation. D’un autre côté, la frénésie de promoteurs privés à édifier de nouvelles cliniques, sans s’insérer dans une vision globale ou répondre aux vrais besoins d’une médecine nouvelle et d’un autre type de prise en charge des patients, nous interpelle elle aussi. S’obstiner à ne pas regarder la réalité en face, et persister dans des erreurs stratégiques plomberont lourdement le secteur.

J’ai longtemps hésité à partager avec vous mes réflexions sur ces questions. Mais, mon attachement à ce secteur auquel j’ai consacré toute ma vie active depuis mon jeune âge d’étudiant en Médecine, puis toute ma carrière hospiatlo-universaitaire et à présent en libre pratique, m’a incité à ouvrir ce dossier et lancer avec vous le débat indispensable.

Partout dans le monde, on assiste à la fermeture de services hospitaliers et même d’hôpitaux entiers, pour allouer les moyens à d’autres. C’est ainsi qu’en France 10 000 lits d’hôpital ont disparu. La tendance en Tunisie est à l’inverse. On relève, ces dernières années, des annonces quasi-quotidiennes de construction de nouveaux hôpitaux. Ceux qui tiennent ces promesses et oeuvrent à leur réalisation n’ont en fait d’autres scoucis que de plaire aux populations, à certains professionnels ou aux élus. Il ne tiennent nullement compte de la rentabilité, de l’intérêt ou de la dimension appropriées de ces hôpitaux. 

Ces trois données fondamentales qui justifient pareils projets, n’ont jamais été rigoureusement évaluées par les décisionnaires. De toute manière, ils savent bien qu’ils ne seront probablement pas en fonction, à la tête du ministère, le jour où il faudra trouver les moyens nécessaires au fonctionnement de ces hôpitaux . 

On a ainsi promis à la volée un hôpital à Sfax, à Gafsa, à Kairouan, à Gabès, à Sidi Bouzid et sur le Grand Tunis un nouvel hôpital d’enfants et un nouveau centre de carcinologie, sans compter les dizaines d’hôpitaux régionaux dans presque tous les gouvernorats, parfois à quelques kilomètres les uns des autres.
Pourtant, les expériences malheureuses du passé, nombreuses, sont édifiantes. Ceuxqui sont de ma génération se rappelleront toujours le cas de l’hôpital militaire de Tunis. Initialement conçu pour être un hôpital civil mais une fois prêt, le ministère de la santé s’est rendu compte qu’il était dans l’incapacité de le faire fonctionner et que seuls les militaires ont pu le faire après des effots colossaux. Nombre d’autres hôpitaux ont été construits, mais ont dû rester fermés pendant plusieurs mois, voire quelques années, faute de moyens matériels et humains pour les faire fonctionner. 
Il est évident que les besoins dans toutes les régions de l’intérieur sont énormes et que le devoir du pouvoir politique est de rapprocher une offre de soins de qualité à tous les citoyens où qu’ils soient . Cette offre de soins doit, cependant, être faite avec beaucoup de réalisme et éviter le populisme. 
Tous les professionnels de la santé ont critiqué la politique qui consiste à distribuer sous la pression des moyens sans que cela corresponde à une politique globale.
L’exemple le plus parlant est celui des scanners de dernières générations et IRM mis dans différents hôpitaux alors que ces hôpitaux ne disposent même pas de radiologues. Les régions de l’intérieur et en particulier les régions défavorisées doivent rester la grande priorité du ministère de la Santé, mais la finalité de toute politique de santé doit être le patient et l’amélioration des soins. 
Ce n’est certainement pas en construisant des hôpitaux que l’on va améliorer les soins prodigués aux patients. Pour les Tunisiens, l’important, c’est de trouver le personnel médical et para médical nécessaire pour s’occuper de leur pathologie, les équipements adéquats pour les explorer et assurer leur traitement ainsi que les médicaments indiqués. Constater qu’on a construit un hôpital , souvent avec des crédits étrangers que nous serons amené à rembourser, sans que cela ne se traduise par une meilleure prise en charge de leur état, ne fera qu’accentuer la frustration de nos concitoyens de ces régions.
Factuellement, les chiffres sont têtus. Le taux d’occupation des lits dans les différentes régions du pays, en dehors des CHU, est alarmant. Il avoisine les 25% dans les hôpitaux de circonscription et ne dépasse pas les 45% pour les hôpitaux régionaux. Certes ces chiffres sont expliqués, entre autres facteurs, par le manque de médecins spécialistes dans ces régions, mais est-il judicieux de construire encore plus d’hôpitaux qui resteront vides ? Comment alors faire concorder les ressources humaines existantes et les infrastructures avec les besoins en l’absence d’une vision ? Ceci est d’autant plus difficile que les mutations démographiques, économiques, et culturelles feront que les besoins et les attentes des citoyens sont appelés à évoluer et continueront à le faire, mais vers une demande d’une médecine différente, une médecine de ville, autrement dit une médecine ambulatoire. Le temps des hospitalisations de 10 ou 15 jours dans des services de 60 et 80 lits est révolu. Les services actuels sont plus petits mais dotés de moyens d’exploration et de traitements plus performants. 
Les priorités ont changé et il faut l’intégrer. Ceci imposera forcément une redistribution des moyens, toujours insuffisants, vers d’autres structures de santé que l’hôpital. Les moyens doivent être alloués aux équipements, au transport des malades et aux ressources humaines plutôt qu’aux bâtiments .Ne serait-il pas plus judicieux de commencer par améliorer et mettre à niveau les bâtiments existants ? 
Les hôpitaux de 300 ou 400 lits ne correspondent plus à nos besoins. Il est clair qu’une approche des questions de santé centrée sur les besoins du citoyen ne passe pas par l’édification d’hôpitaux, elle ne peut qu’être globale et doit tenir compte de l’offre de soins qui existe déjà dans toute la région.
Une frénésie de construction de clinique, sans stratégie. Dans un pays, l’offre de soins relève d’une démarche globale, incluant le développement du secteur privé qui doit faire partie de la donne. En intégrant les projets en cours de construction, on estime que le nombre de lits dans le secteur privé va passer à 12.500 , alors qu’il n’était que de 5000 lits en 2014. On assiste depuis 2015 à une course effrénée à la construction de nouvelles cliniques. L’absence de stratégie, la libération de l’acquisition des équipements lourds, qui étaient jusque-là soumis à des normes expliquent en partie cette inflation. Fonder une stratégie sur le malheur actuel de nos voisins, surtout libyens, me semble être dangereux et on peut le comparer aux problèmes des différentes unités touristiques qui sont confrontées à des difficultés économiques importantes qui ont obligé l’Etat à intervenir. 
Plutôt des maisons de repos que des hôpitaux. La médecine d’aujourd’hui nous pousse à allouer les ressources vers des plateaux techniques performants, vers la prévention, vers les personnes agées. On a plus besoin de maisons de repos et de centres de réhabilitation que de nouveaux lits d’hôpital.
De vieux logiciels de décision, obsolètes. A l’heure où nous mettons en œuvre la réforme de médecine de famille, il est inconséquent de continuer à raisonner de la même façon que dans les années 80. L’hospitalo-centrisme a fait des dégâts énormes à tous les systèmes de santé qui n’y ont pas pris garde. Pour mémoire et à l’heure où l’on ne parle pèle mêle que de déterminants sociaux de la santé, d’augmentation de l’espérance de vie, de couverture médicale universelle et bien sûr de déficits de la CNAM, nous constatons que le budget consacré à toutes les formes de prévention chez nous ne dépasse pas 4.5% ! Ce n’est pas avec ces nouveaux projets d’hôpitaux que les choses changeront dans le bon sens, sauf à consacrer 20% du PIB à la santé, ce qui n’est pas évidemment réaliste.
Le plus important n’est pas de construire des hôpitaux. Il est impératif de réaliser que l’édification d’un hôpital et son équipement sont la partie la plus facile du projet (d’ailleurs une bonne partie du financement de ces projets vient de l’étranger) ! Les exemples ne manquent pas, le budget de fonctionnement d’un hôpital à très court terme peut devenir problématique, il n’y a qu’à voir l’endettement de nos hôpitaux  estimé à plus de 260 milliards. Les conséquences de ces déficits sur toutes les structures sont énormes, l’exemple de la Pharmacie Centrale nous vient immédiatement à l’esprit. Une entreprise qui a toutes les chances de faire des bénéfices mais, faute d’être payée par les structures publiques ( hôpitaux , centres de santé de base mais aussi CNAM dont les dettes auprés de la PCT dépassent 700 milliards), elle pourrait se retouver dans l’incapacité de payer ses fournisseurs avec un risque pour la disponibilité des médicaments aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé. 
Ces quelques lignes n’évoquent qu’une toute petite partie des problèmes de la santé. C’est leurs coûts exorbitants et la nécessité de prendre des mesures urgentes avant qu’il ne soit trop tard qui me poussent à les évoquer maintenant.
Dr Slaheddine Sellami
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
9 Commentaires
Les Commentaires
Ali Bakir - 02-02-2018 12:57

Mon Cher SLAH, depuis combien de temps avons-nous cela et à combien de ministres l'avions-nous expliqué en y ajoutant le changement quant à la redistribution de la démographe médicale et paramédicale? mais les quelques rares ministres qui commençaient à comprendre n'ont jamais eu le temps de lancer un programme... à peine ébauché. Mais il faut aussi avouer que nous sommes indirectement complices en ayant favorisé les recrutements dans les services des CHU de médecins et des spécialistes de santé publique en attendant leur participation aux concours aux postes en CHU , alors qu'il fallait les obliger à aller en hôpitaux régionaux de qualités mais quasiment déserts et dont les équipements sont devenus obsolètes sans avoir été utilisés!!! et ça continue!!!

Fourati jalel - 02-02-2018 14:17

rien ne vaut un constat d'un professionnel averti

abdelaziz messaoudi - 02-02-2018 14:31

Bravo,Dr. Sellami. Je partage entièrement votre analyse pertinente et clairvoyante de l'état du secteur de santé ds notre pays et de l'amateurisme,teinté de populisme,par lequel certains politiciens en quête de notoriété cherchent à" résoudre" les vrais problèmes de la santé qui se posent à la population tunisienne et notamment aux couches les plus démunies.A bon entendeur...

Adel smida - 02-02-2018 15:19

Bonjour. C est tout à logique les propos du Dr sallami,un exemple édifiant : la compagnie de phosphate de gafsa a offert une machine Coeur poumon qui sert à faire des opérations à Coeur ouvert à l hopital regional de gafsa cette machine coûte aux alentours de 450000 dinars ,tout les radio et télévisions ont amplement félicités cet acte ce n est pas du populisme. On ne fait de la chirurgie cardiaque qu à tunis ,Sfax ou Sousse ,je vous assure et vous pouvez vérifier que cette machine n a jamais et ne vas jamais être utilisée ,on aurait pu offrir avec cette somme d autre matériel ( pour la chirurgie viscérale,orthopédique,laboratoire ou radiologie) c’est vraiment dommage

Dr Mehdi Khaled - 02-02-2018 16:16

Je suis tout a fait de votre côté cher confrère! Encore plus désastreux est l’absence totale de vision et de données réelles pour éclairer celle ci au sein du ministère de la santé! lors de mes brefs passages récents, je n’ai vu que frénésie, réactivité irréfléchie, et actions totalement invertébrées! Il n’y aucune structure de communication et toutes les débâcles sont communiquées ad-hoc non pas sur le site web officiel du ministère, mais plutôt sur (tenez-vous bien) Facebook! Il est d’autant plus lamentable qu’inacceptable qu’en 2018, nos 3 derniers ministres de la santé et les gouvernements qui les ont pondus, soient la définition même d’une étude nationale a double aveugle! Le gouffre est d’autant plus profond que certaines des ces mêmes décisions incompétentes que vous décrivez si bien, nous feront plus de mal que de bien. Il est grand temps que les gens compétents comme vous élèvent le ton et le debat a ce niveau! Merci encore pour vos réflexions!

MO Rezgui - 02-02-2018 17:16

Excellent article

Moncef Chaabouni - 02-02-2018 21:50

... Très intéressant comme article ... des idées bien étayées...Mais on ne peut y adhérer complètement compte tenu du manque, toujours persistant, d'infrastructures hospitalières dans les régions défavorisées... Par ailleurs j'ai regretté le fait que que vous n'ayez pas suggéré de mieux gérer les hôpitaux existants au lieu d'en construire des nouveaux. Mais, cela suppose que vous étaliez au grand jour toutes les pratiques mafieuses, les vols, le laisser aller, le népotisme, l'absentéisme, ... rencontrés dans ces institutions ...

Ali Bakir - 03-02-2018 19:00

Cela fait des années que nous nous égosillons pour rien. leur politique consiste à poser des premières pierres et à inaugurer!!

Oueslati Zakaria - 03-02-2018 22:01

Je partage en grande partie votre analyse sauf qu'elle est a mon avis incomplète, il faut s'attaquer au problème de fuite des médecins vers le secteur privé et vers l'étranger sans exercer dans le public au mois pendant 5 ou 10 ans. La réforme doit commencer par l'orientation post bac en instaurant un système de quota regional pour les postes médecine (cela va permettre a terme de former plus de medecins issus de l'intérieur qui accepteront plus facilement une affectation dans leurs regions dorigine) avec un minimum de miyenne exigé (14.5 par ex). Ensuite tous ceux qui veulent se spécialiser et se former dans les CHU tunisiens sur des malades tunisiens doivent tout dabord signer un engagement d'exercice minimum de 10 ans dans les hôpitaux publics. Bien sur je ne vais pas parler de l'APC et de l'abus dans son exercice et son effet sur les retards de RDV pour les pauvres malades tunisiens. Le plus important c'est q'une prise de conscience s'impose aujourd'hui et que enfin on regarde la réalité en face sans égoïsme. C'est la tunisie qui nous unit soit nous sommes a la hauteur pour laisser a part nos intérêts personnels et proposer réellement les vrais solutions soit on continue a essayer de ne pas s'attaquer aux vrais problèmes pour protéger les intérêts des uns et des autres et on ne léguera que des problèmes a nos enfants et aux générations futures et on aura mérité ce qu'ils diront de nous.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.