News - 18.08.2017

Mohamed Naceur Ammar (Président d’ESPRIT), répond au Conseil de l’Ordre des ingénieurs de Tunisie

Mohamed Naceur Ammar (Président d’ESPRIT), répond au Conseil de l’Ordre des ingénieurs de Tunisie

Sa lecture de la décision du conseil de l’Ordre des ingénieurs de Tunisie de limiter l’inscription qu’aux diplômés de certaines écoles, est intéressante à recueillir, à plus d’un titre. D’abord, le professeur Mohamed Naceur Ammar est président de l’École supérieure privée d'ingénierie et de technologies (ESPRIT). De formation, il est Ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole des Mines Paris-Tech. Naceur Ammar est également Docteur de l’Ecole des Mines Paris-Tech. Interview.

Le Conseil de l’Ordre des Ingénieurs vient de publier une liste d’écoles d’ingénieur privées dont il reconnaît le diplôme. Esprit n’en fait pas partie. Pourquoi?

Le COI nous a invités à nous inscrire dans un processus parallèle de reconnaissance de nos diplômes par ses soins. En tant qu’entreprise citoyenne respectueuse des lois de notre pays, nous n’avons pas donné suite à cette sollicitation. 
D’abord car cette prérogative est du ressort exclusif du Ministère de l’Enseignement supérieur, dont nous respectons scrupuleusement les exigences – et bien davantage – du cahier des charges. Et qui en conséquence habilite nos diplômes depuis 2003. 
Ensuite parce qu’Esprit est depuis 2014 la seule école d’ingénieurs tunisienne - publique ou privée – dont les diplômes sont accrédités par la Commission française des Titres d’Ingénieur (CTI) conformément au standard européen EUR-ACE (European Accreditation of Engineering Programmes). 
Enfin parce que le COI est tenu, selon la loi, d’inscrire tout ingénieur porteur d’un diplôme reconnu par l’Etat, et plus encore lorsqu’il s’agit d’un diplôme internationalement accrédité.
Esprit est, au même titre que les Grandes écoles d’ingénieurs en France, accréditée par la CTI en plus d’être membre de la Conférence des Grandes Ecoles. Nous ne voyons par conséquent au nom de quoi le COI fera une discrimination entre nos diplômes et les diplômes délivrés par des écoles étrangères.

Cette situation ne lèse-t-elle pas Esprit et ses diplômés? 

Bien entendu car, comme toute généralisation injuste, elle lèse en premier lieu ceux qui sont «dans les clous», c’est à dire ceux qui respectent la loi. Esprit en fait partie, en allant même au-delà des exigences de celle-ci en se conformant aux standards de l’accréditation européenne. Le COI, dont la mission est de protéger le métier d’ingénieur, devrait s’en réjouir au lieu de nous nuire. Comme nous nous réjouissons que d’autres écoles publiques – l’ENIT et Sup’Com - nous aient rejoint cette année dans notre souci de conformité aux standards internationaux via l’accréditation.

Qu’entendez-vous faire pour les protéger ?

Nous avons rendu publique notre position en appelant le COI à réviser cette attitude qui porte gravement préjudice à notre réputation et aux intérêts de nos diplômés. Nous espérons une issue amiable à ce différend qui n’a pas lieu d’être, dans la mesure où le COI dit partager notre souci de qualité et de conformité de nos diplômes d’ingénieur aux standards internationaux. Dans l’hypothèse contraire, notre devoir serait de protéger notre réputation et les intérêts de nos étudiants par tous les moyens que nous offre la loi."
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
MARRAKCHI Ghanem - 18-08-2017 21:59

Une Accréditation par la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI) en France est un gage de qualité et de solidité de la formation d’ingénieur de l’institution accréditée. L’accréditation sous entends que la formation obéit à la majorité des normes et standards internationaux requis pour conférer à l’ingénieur diplômé un ensemble de connaissances et de savoir faire lui permettant d’être opérationnel et utile dès sa sortie de l’Ecole. Les propos du Professeur AMMAR sont logiques, comment le COI en Tunisie peut se placer à un niveau d’expertise plus élevé que celui de la CTI. J’invite les membres du COI à prendre connaissance de la longue et impressionnante liste des experts de la CTI et la comparer avec humilité à leur experts. L’esprit d’ingénieur qui doit logiquement animer tous les membres du COI ne doit pas les laisser hésiter une seconde à inscrire sans réserve les nouveaux diplômés des Écoles privées en Tunisie accrédités CTI. Il est cependant normal que chaque nouveau diplômé, en se présentant au COI, doit présenter avec son diplôme copie de l’acte d’accréditation de la CTI pour son école qui doit être à jour et en vigueur. Enfin, il ne faut pas confondre Accréditation et label EURACE qui sont deux choses distinctes. L’inscription automatique au COI doit concerner exclusivement l’Accréditation et pas le Label EURACE Professeur Ghanem MARRAKCHI (Université de Saint-Etienne)

Mahmoud - 18-08-2017 23:41

Le discours du Président d'Esprit n'est pas logique. Il se plaint de ne pas être reconnu par la COI et en même temps il les ignore quand ces derniers ont sollicité ESPRIT pour déposer un dossier de reconnaissance justement... ESPRIT accepte les critères extérieurs mais pas ceux de leur propre pays? ESPRIT aurait elle des choses à cacher auprès de la COI tunisienne qui ne se voit pas à l'étranger? D'ailleurs la démarche faite par la COI de regarder ce qui se passe est saine vue la multiplication des écoles privées en Tunisie.

Fayta - 19-08-2017 11:05

Il y'a anguille sous roche, cette croisade menée avec une telle virulence par le COI ne semble pas gratuite et ne présente aucun argument plausible, c'est honteux de régler des problemes personnels ou d'essayer de donner un coup de pouce à d'autres universités privées de la sorte, on ne peut que dénoncer des agissements pareils, surtout que le moment est très mal choisi ( l'inscription des étudiants, surtout les nouveaux)

Kamoun sadok - 19-08-2017 13:20

Réellement la CIO ,depuis sa création,n'a rien fait pour améliorer le niveau de l'ingénieur, ni de point de vue pédagogique ni de point de vue emploi, d'ailleurs je me suis demandé de son rôle effectif.maintenant elle doit donner des explications scientifiques de reconnaître tel ou tel diplôme ,elle fait comme si la CTI n'existe pas , et là, c'est encore plus grave

DRIDI K. - 20-08-2017 16:14

A mon avis l'Ordre des Ingénieurs n'as pas le droit de refuser l'inscription d'un Diplômé après avoir eu l'équivalence du Ministère de l'Enseignement Supérieur,qui a approuvé le cahier des charges.En plus l'ESPRIT EST RECONNU MONDIALEMENT :...

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.