News - 06.05.2017

Ahmed Néjib Chebbi : Lettre ouverte au Président de la République

Ahmed Néjib Chebbi

Monsieur le Président,

Je vous adresse la présente lettre ouverte en raison de la gravité de la situation que traverse notre pays, huit mois après la constitution du gouvernement d’union nationale.

Nous pouvons dire sans craindre l’excès ou le parti pris que ce gouvernement a fait son temps.

Ce gouvernement n’a pas réussi à amorcer la relance de l’économie. Bien au contraire, sous son règne, la croissance est restée atone, l’investissement recule, la production industrielle stagne, l’image du pays se dégrade, à telle enseigne qu’il peine  aujourd’hui à mobiliser les ressources financières extérieures dont il a besoin, les grands déséquilibres se creusent: le déficit budgétaire s’aggrave, l’endettement public progresse, la balance commerciale accentue son déficit, notre monnaie nationale dégringole, etc.   Les crises sociales et les troubles dans les régions se succèdent et prennent un caractère de rébellion, l’inquiétude a fini par gagner nos propres forces armées et de sécurité. Certains de leurs syndicats sont allés jusqu’à signifier qu’ils n’étaient plus prêts à assumer la mission répressive qui leur était dévolue dans le passé, réclamant des solutions politiques dans le respect des lois et des droits de l’homme.

Le gouvernement est-il seul responsable de cette situation ? Nullement. Il suffit pour s’en convaincre de rappeler les conditions difficiles dans lesquelles il a assumé les responsabilités du pouvoir, dont - et non des moindres - l’asphyxie financière de l’Etat. Mais il s’est mal pris dans la gestion de la crise née à l’occasion de la dernière loi de finances. Au lieu d’inviter les différentes catégories sociales à un dialogue en vue de  forger un consensus qui préserve le pays des tensions et crée un climat favorable à l’investissement, il les a stigmatisées et soulevé par là un tollé général: salariés, chefs d’entreprises, médecins, avocats, pharmaciens, experts comptables, agriculteurs etc. se sont dressés contre lui, sans compter les protestations de jeunes dans les régions.

Tout cela est dû à un déficit de leadership. Ce gouvernement est né sans vision ni programme. Il n’a pu faire preuve d’esprit d’initiative. Condamné à marquer le pas, il a perdu de sa cohésion, s’est privé de l’appui des forces politiques et, au fil du temps, a perdu toute autorité dans le pays.

Monsieur le Président,

La crise économique du pays est essentiellement d’origine politique. L’appareil de production ne s’est pas grippé suite à un déséquilibre entre l’offre et la demande ou pour toute autre cause économique notable, mais en raison du recul de l’investissement (et la chute de la production) consécutif à la dégradation du climat de sécurité et à la détérioration du climat social, marqué par les tensions et l’instabilité. En 2017, la Tunisie a perdu sa place parmi le top 10 des pays africains attractifs d’investissements étrangers. Elle a été reléguée au treizième rang, au moment où le Maroc se hissait à la première place.

Le traitement d’une crise de cette nature n’appelle pas tant des remèdes techniques que des solutions politiques. La crise du pays est essentiellement due à un déficit de leadership politique. Le leadership politique suppose une connaissance concrète des problèmes du pays, la capacité de hiérarchiser les priorités, la capacité de mobiliser les ressources matérielles et humaines et de programmer la réalisation des objectifs dans le temps imparti. Et les priorités du pays résident aujourd’hui dans la réunion des deux conditions de la relance économique: renforcer la sécurité et assurer la stabilité sociale au moyen d’un consensus forgé par les partenaires sociaux et politiques et garanti par l’Etat. Elles consistent aussi dans l’accomplissement des trois tâches prioritaires: réformer le dispositif de l’enseignement, de la formation et de la recherche pour remettre le pays sur les rails du progrès à l’époque du savoir et de la révolution numérique. La deuxième priorité consiste à promouvoir notre production industrielle  par l’innovation afin de donner à nos exportations le niveau de valeur ajoutée et la compétitivité nécessaires dans un monde ouvert, reposant de plus en plus sur l’économie du savoir (ceci inclut cela va sans dire les services productifs et l’agriculture innovante). La troisième priorité concerne le développement humain, particulièrement dans les régions intérieures, afin que l’équité et l’égalité des chances règnent sur l’ensemble de nos régions et que, de nos frontières occidentales aux rives de la méditerranée, notre pays devienne « la Tunisie du littoral ». Un littoral dont la profondeur ne dépasse guère les 250 km et qui devienne un lieu d’investissement et de prospérité.

L’accomplissement de ces tâches prioritaires suppose un plan décennal. Tout plan s’il ne commence dans l’immédiat n’en est plus un. Et tel un arbre béni, il donnera ses fruits année après année, jusqu’à entrer en pleine production. Notre pays atteindra l’excellence et l’équité en une décennie, il a déjà accompli de tels prodiges au lendemain de son indépendance et était devenu un exemple de réussite dans un environnement géopolitique qui n’a malheureusement pas été secouru par ses richesses pétrolières.

Monsieur le Président,

Les difficultés de toutes sortes, économiques, politiques, sociales et sécuritaires n’échappent à personne. Ne nous échappent pas non plus les pressions exercées sur les finances de l’Etat, sur l’équilibre de ses fondamentaux, ni la rareté de ses ressources. Mais le leadership dont notre pays a besoin consiste précisément en sa capacité de les surmonter. Et en premier lieu, surmonter le corporatisme et le populisme qui causent tant de mal à notre pays. Surmonter aussi les divisions qui rongent notre élite politique et nos institutions représentatives. Pour ce faire nous ne pouvons compter que sur la force de l’opinion publique, sans laquelle aucune bataille ne peut être remportée. Il nous faudrait ensuite compter sur nos forces armées et de sécurité qui sacrifient sans lésiner pour la sécurité du pays et qui ne demandent qu’à croire en une direction dévouée à l’intérêt national et non à un quelconque intérêt personnel, clanique ou partisan.

Monsieur le Président,

Votre connaissance des problèmes du pays, votre conscience des priorités nationales, comme l’attestent clairement vos discours et vos écrits, me portent à être confiant en votre capacité de prendre l’initiative, qui s’impose, pour sortir notre pays de l’obscurité où il se trouve et envoyer une lueur d’espoir à ses enfants. Je suis de ceux qui pensent que des élections anticipées ne sont pas de nature à résoudre les problèmes du pays. Ces appels n’ont aucun fondement constitutionnel et, dans les conditions de crise de confiance à l’égard des partis et de la politique, ne peuvent de surcroît engendrer un paysage politique meilleur que celui dont nous disposons aujourd’hui. Je suis aussi de ceux qui croient en nos acquis démocratiques, je m’en honore et crois que l’histoire les inscrira à l’actif de notre génération. Je crois qu’il n’y a nulle solution du dehors du régime politique issu des urnes, par-delà ses défauts, et que toute tentative de le combattre de l’extérieur n’ouvrira la porte qu’à l’aventure et au risque de conflits civils. Je suis également de ceux qui pensent que le centre du pouvoir est entre vos mains, en raison du mandat que vous a donné le peuple et de la position que vous a assignée la Constitution à la tête de l’Etat. Parmi les responsabilités dont vous a investi la Constitution, vient celle de la Sécurité Nationale, et notre sécurité nationale est aujourd’hui menacée comme elle ne l’a jamais été auparavant. Cela vous met devant la lourde responsabilité de prendre une décision qui soit au niveau des défis auxquels nous faisons face et qui ouvre aux Tunisiennes et aux Tunisiens les portes de l’espoir.

Le temps nous est compté, et c’est là une responsabilité devant Dieu et la Nation.

Je vous souhaite longue vie et puisse Dieu, le tout puissant, vous inspirer et guider vos pas.,

Ahmed Nejib Chebbi,
Tunis, le 5 mai 2017

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
6 Commentaires
Les Commentaires
Neila Charchour - 06-05-2017 16:30

Je ne pense pas que le changement de gouvernement soit la solution. C'est le système de gouvernance qui est grippé par manque de courage politique tant du Président lui même, qui n'est pas du reste le chef de l'exécutif, que du Chef de Gouvernement qui fait de son mieux mais sans le soutien des partis qui font partie de la coalition gouvernementale. Conclusion même L'UGTT trouve à redire malgré l'alliance Nahdha-Nida. Toute fois l'analyse de Si Nejib reste très intéressante à lire. J'aimerai lire plus de lettre ouverte de ce genre !!!!

saz - 06-05-2017 18:45

Une responsabilité devant Dieu!

IMED AOUNALLAH - 06-05-2017 19:20

Le bilan du gouvernement conduit par Monsieur Youssef Chahed est catastrophique. J'attend toujours son accord de principe. Je l'ai rencontré le 17 novembre 2016 avec un plan de développement de 5 grands projets financés à 100% par nos partenaires chinois à hauteur de 100 milliards EUR. Il prévoit la création de 500.000 poste d'emploi direct et autant indirect. Une première pour la Tunisie, voir en Afrique ou sur l'ensemble des pays arabe. Il a donné pouvoir à des conseillers non compétents pour suivre le dossier et maintenant au ministre M. Fadhel Abdelkafi qui bloque le dossier. Ce dernier manque considérablement de compétences en la matière en plus du conflit d'intérêt qu'il traîne derrière lui avec ses sociétés Tunisie-Valeur, Tunisie-Leasing, Tunisie-Factorie et Afrique-Invest.... Je partage complètement l'analyse de Monsieur Ahmed Nejib Chebbi et je lui félicite pour son courage et son honnêteté en sa qualité de citoyen tunisien cherchant le bien pour ses semblables et pour notre cher pays patrie.

nebli youcef - 06-05-2017 19:58

Monsieur Néjib, vous avez bien posé la question la plus pertinente: "Le gouvernement est-il seul responsable de cette situation ?". Mais implicitement vous faites endosser la plus grande part de responsabilité au chef du gouvernement par manque de Leadership. Alors que vous savez bien qu'actuellement le pouvoir est entre les mains de gannouchi contrairement à la constitution et aux règles de la bonne gouvernance (pouvoir informel mais réel sans pour autant en assumer aucune responsabilité). Vous savez, aussi bien que moi, que tant nahda est dans la scène politique, aucun Chef du Gouvernement, même celui qui possède le meilleur profil au monde, ne peut réaliser des réformes significatives car cela est contraire au projet diabolique de nahda qui vise la destruction de l'économie et de l'Etat Tunisiens. Et pourtant, dans votre lettre, vous n'avez pas évoqué, de loin ou de près, la responsabilité de nahda. C'est clair, vous craignez gannouchi, vous lui faites les yeux doux dans l'espoir de prendre le fauteuil du chef de Gouvernement. Comme la plupart des dirigeants politiques tunisiens: "le fauteuil avant la Tunisie". Dommage pour la Tunisie et pour toi car vous méritez mieux vu ton illustre passé. Un conseil pour tout dirigeant tunisien: Agir pour l'intérêt du pays sans aucun calcul, et vous aurez, contre toute attente le fauteuil. c'est la paradoxe à comprendre.

Bouzaiane - 07-05-2017 06:54

Avec mes meilleurs respects et mon regret pour ce qui exposé par si Nejib Chebbi. Un étalage des faits désagréables et un pessimiste nuancé pour noircir un tableau socio-politique. Les solutions restent possibles à condition que les politiciens ne profitent pas des échecs du pays pour apparaître en contraste. La plupart des politiciens dressent les tableaux noirs de leurs concurrents pour se mettre en relief et espérer capter le pouvoir. Les gouvernements qui se sont succédés après 2011 n'ont pas résisté aux critiques et aux désirs changeants des oppositions changeantes. Le mal est peut-être en nous Tunisiens, animés par un optimisme démesuré au point de tout vouloir et tout de suite. Le mal peut résider dans la classe politique mal initiée et peu expérimentée pour bien orienter la population vers la concorde et le travail utile, tout en gardant un optimisme réaliste. Le permanent mécontentement des nouveaux venus sur la scène politique nationale a déboussolé le simple citoyen non encore habitué à la récente démocratie à la Tunisienne et devenu parfois peu productif. Ainsi, tout est devenu possible, anarchie, absentéisme au travail et aux autres instances politiques, sabotage calculé pour écarter X et placer Y, manque de discipline et de coordinations, impunité généralisée etc. Bien qu’amélioré depuis l’arrivée de Monsieur Chahed, Le poids du gouvernement doit être plus consolidé pour avoir un meilleur impact sur la vie au quotidien des Tunisiens et des administrations publiques qui le gèrent. Les politiciens de tous bord sont peut être appelés à rayonner plus brillamment et avec une autre image plus crédible, qui redonne aux tunisiens leur joie de vivre et les remettent au travail productif, quelques soient les difficultés et les sacrifices à partager ensemble entre tous les Tunisiens sans distinction. Le travail de fond réside dans la formation, le recyclage et la structuration du potentiel humain. En effet c’est lui qui crée, qui innove, qui produit, qui sabote et qui démolit. Nos jeunes ont besoin de nouvelles visions pour qu’ils se transforment en producteurs indépendants et chercher les réussites des projets de de leur développement durable. Pour réussir, tout projet durable, nécessite de la bonne coordination et de la continuité à partir de sa programmation, sa conception, jusqu’aux différentes étapes de son exécution dans le temps et dans l’espace. Que nos politiciens sachent bien utiliser notre importante puissance humaine et nos énergies en mettant les opérateurs humains au service du pays et non les uns contre les autres au point de fissurer la structure portante de l'édifice national. Comme, rien ne se perd, rien ne se crée et que tout se transforme, soyons maîtres de nos transformations pour un demain sans haine et qui appartiendra aux innocentes générations futures, plus courageuse, plus heureuses et mieux sécurisées. Avec mes respects pour si Ahmed Nejib Chebbi . Travailleur indépendant : Architecte-Urbaniste-Expert.

zitouni - 07-05-2017 09:53

La lettre de Monsieur Najib echebi a évoqué les problèmes qui paralysent le pays sauf un qui le point crucial des difficultés que la Tunisie traverse qui est la corruption. se qui fait fuir les investisseurs locos et étrangers.Le premier ennemi de la Tunisie c'est la corruption. son remède est: nettoyer la Tunisie des mauvais herbes et le pays repartira comme en 14!!!! faute de quoi il ne se relèvera jamais!!!

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.