Notes & Docs - 04.05.2017

Appel de Rome: Pour une forte mobilisation internationale en faveur de la Tunisie (Album Photos)

  Appel de Rome : Pour une forte mobilisation internationale en faveur de la Tunisie

La Fondation Craxi a lancé jeudi 4 mai 2017 à Rome, conjointement avec le Cercle Kheireddine à Tunis, l’appel suivant, lors de la tenue d’un colloque sous le thème de «La Tunisie, un Espoir dans la Méditerranée.»

Le peuple tunisien, grâce à la détermination de ses convictions, a accompli, en janvier 2011, une révolution pacifique au cours de laquelle les slogans lancés ont été la source d’inspiration de valeurs universelles telles que la liberté, la dignité et la justice sociale.  Dès lors, la population a fait preuve d’une maturité exceptionnelle dans la gestion de la transition comme confirmé par le Prix Nobel pour la Paix conféré aux quatre principales organisations de la société civile qui a parrainé le dialogue national.

En mai 2011, certains économistes de nombreux pays ont signé l’appel afin que le G8 appuie le programme de développement économique et social tunisien.  La communauté internationale a été appelée à répondre au rendez-vous de l’histoire et à considérer la révolution tunisienne comme un bien public mondial.

Cinq ans après, alors que la Tunisie a renforcé sa transition démocratique et continue à bénéficier d’un important courant de sympathie, le soutien de la communauté internationale s’est révélé parcimonieux.

Toutefois, nous avons la responsabilité collective d’appuyer cette transition en vue de son succès et de montrer que la coopération économique constitue la meilleure barrière contre les extrémismes.  Il est donc essentiel que la communauté internationale apporte toute sa solidarité à la Tunisie, en vue d’être et de rester un modèle à suivre dans le cadre d’un changement social, économique et démocratique pour toute la région et bien au-delà.

Le risque à surmonter lors de transitions démocratiques est celui d’une coordination erronée des actions: le risque est que le reste du monde s’attende à ce que la Tunisie porte à terme sa transition pour après l’aider, tandis qu’elle a besoin maintenant de ce soutien pour compléter la transition. Sur le plan économique, les transitions démocratiques engendrent souvent une perte de croissance avant la reprise. Cette transition n’est pas encore accomplie. La Tunisie a besoin, en effet, d’un engagement international pour éviter que cette phase de récession se poursuive, ce qui ne pourra pas être ultérieurement supporté par la société. La révolution n’a certainement pas de prix mais elle a certainement un coût. La situation du point de vue de la sécurité demeure encore fragile et la situation économique s’est dégradée, ce qui a poussé les agences internationales de rating à déclasser la Tunisie.

Aujourd’hui, la transition démocratique en Tunisie se trouve devant un choix, d’une part une situation avec de nombreux avantages enregistrés, d’autre part une circonstance de menaces qui pourraient avoir de graves conséquences non seulement pour la Tunisie mais aussi pour toute la région euro-méditerranéenne. Les derniers attentats terroristes qui ont frappé les deux rives de la Méditerranée ainsi que les flux migratoires sans précédents qui ont submergé l’Europe, doivent nous rappeler qu’au-delà de l’interdépendance de nos intérêts, le dessin commun de nos destins doit prévaloir.

Dans ce contexte, l’objectif du Plan de Développement Economique et Social 2016-2020 est de fixer d’ambitieux mais concrets objectifs en raison du fait que la Révolution a détruit le «toit de cristal de l’anti-démocratie» qui a pénalisé la croissance de la Tunisie.

Ce plan prévoit un vaste programme d’actions et de réformes qui permettront d’envisager un nouveau modèle de développement, plus équilibré du point de vue régional et plus ouvert socialement en termes de modèle tunisien de la société bâti sur l’autorité de l’Etat de droit, sur la démocratie, sur le rôle central joué par les femmes, sur la recherche d’une plus grande justice sociale et de libertés individuelles, ainsi que sur l’éducation fondée sur des valeurs universelles et porteuse de modernité.

Ce plan prévoit, en particulier, un effort remarquable d’investissements publics et privés. Les besoins en financement sont de l’ordre de 60 milliards d’euro sur 5 ans. Pour faire face à ces besoins, la Tunisie devra avant tout compter sur ses propres forces. L’épargne nationale couvrira 60% des besoins, mais aura besoin d’un apport inévitable de financements extérieurs.

Nous faisons appel à la communauté internationale pour soutenir la transition en Tunisie et en particulier pour soutenir une Road Map, élaborée et planifiée par la Tunisie pouvant repérer les acteurs impliqués ainsi que les montants à engager.     

En particulier, nous souhaiterions faire appel à la communauté internationale afin qu’elle mette en œuvre les volets suivants:

Un programme d’aide internationale d’une dotation de 20 milliards d’euro sur 5 ans;

Une déclaration claire sur les modalités de mobilisation et de coordination entre les différentes institutions financières (FMI, Banque Mondiale, BERD, BEI, BAD et BID) en vue de contribuer de façon optimale à la croissance et à la restructuration de l’économie tunisienne;

Un engagement à titre individuel, de la part des pays européens pour soutenir la Tunisie en vue d’obtenir le statut de partenaire associé de l’Union européenne avec accès aux fonds structurels européens.

La Tunisie serait ainsi définitivement engagée dans le processus de transition historique avec ses volets, politique de construction d’une démocratie moderne ainsi qu’économique et social fondé sur un plan de développement ambitieux.  La communauté internationale est invitée à se mobiliser rapidement pour contribuer au succès de ce processus dans un cadre de partenariat authentique ayant d’importantes répercussions internes et extérieures, pour encourager une transition démocratique de grande ouverture et modernité, porteuse de prospérité aussi bien pour la Tunisie que pour la région euro-méditerranéenne.

LISTE DES PREMIERS SIGNATAIRES

  • Bernabò BOCCA
  • Margherita BONIVER
  • Stefano CALDORO
  • Daniele CAPEZZONE
  • Lucio CARACCIOLO
  • Fabrizio CICCHITTO
  • Stefania CRAXI
  • Rita DALLA CHIESA
  • Francesco DAMATO
  • Franco FRATTINI
  • Marco GERVASONI
  • Lella GOLFO
  • Afef JNIFEN
  • Filippo LA MANTIA
  • Massimo MORATTI
  • Milly MORATTI
  • Lisa TODINI
  • Marco TRONCHETTI PROVERA
  • Santo VERSACE.

Lire aussi

Ouided Bouchamoui à Rome: «La situation économique en Tunisie est grave, le soutien de la communauté internationale est vital»
Stefania Craxi, Silvio Berlusconi et 50 personnalités italiennes lancent un appel de soutien à la Tunisie

Angelino Alfano, ministre italien des Affaires étrangères : La Tunisie est une perle dans la Méditerranée, nous devons la fortifier


 

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.