Lu pour vous - 08.02.2017

«KITSH 2011»: Grandeur et déchéance de l’homme

«KITSH 2011»: Grandeur et déchéance de l’homme

Si vous n’avez pas  lu «la trilogie d’Alexandrie» de Lawrence Durrel, «la Plaisanterie» de Milan Kundera, «Belle du Seigneur» d’Albert Cohen ou «l’Automne de la colère» de Mohamed H. Haykel, rassurez-vous. Le dernier roman «Kitsh 201» de l’écrivain –journaliste El Safi Said les condense en un opuscule (monumental).

N’ayant rien d’exotique -dans l’autre sens- les personnages sont familiers tellement leurs caractères collent à l’espace méditerranéen, berceau des religions révélées et de la démocratie. Deux thématiques autour desquels s’articulent l’actualité du  présent, le devenir de la région et l’avenir de la fragile planète.

Dans un style arabe fluide  et doux -amer ,«Kitsh 2011» est un cri iconoclaste lancé à l’interface du «printemps tunisien» et par extension arabe. Il renvoie les élites politiques et culturelles à leur miroir brisé par la bêtise et la schizophrénie ambiante. Des révolutions orphelines qui sombrent dans les magouilles de prot-politiciens prisonniers de l’ego surdimensionné et des manitous de la globalisation financière mus par la nouvelle économie et ses mantras de la démocratie et les droits humains.

Face à la déferlante des islamistes fermés à tout dialogue et manipulés par le néo-empire pétro-dollarien et la géo-stratégie, seuls la paix, l’amour, l’éthique et l’art peuvent –semble-il - sauver les personnages. Subjectivement. Ceux-ci règlent –trop tard- leur compte avec eux-mêmes. Ils réalisent que les chrétiens de l’occident dominateur-à présent - les ont devancés pour avoir conquis la liberté d’expression par la réformation  plaçant Dieu à sa place: le ciel. Leur foi dans le cœur. Sans haine ni surenchère. Repointe –toutefois- du nez un judaïsme conquérant.

De par leur fragilité, ils arrivent à tirer leur épingle d’un jeu d’échec -dont ils ne détiennent pas les ficelles – pour éviter de ne pas sombrer dans la déraison et la lâcheté  généralisées. Autant que Cléa de Durrell ,l’auteur transcende la solitude pour en faire carrément un ultime refuge. Critique et hédoniste ,Il les accompagnent dans leurs pérégrinations. Son troisième œil impitoyable les observe en contrepoint. Ils ne rencontrent que pour se séparer, ne s’aiment éperdument que pour se projeter dans le fantasme. Mais la conjoncture macabre finit toujours par les rattraper. Insaisissable, l’ici et maintenant renvoie à l’ailleurs et au passé qui hantent, par ricochet, le présent préfigurant l’avenir. Mais lequel? Et si la révolution n’était qu’involution; la fiction se substituerait à la réalité. Marx est mort. Dieu aux abonnés absents… Mais vigilance: ne jeter pas le bébé avec l’eau de bain même si à nos jours, elle parait trouble!

Captivant, ce roman à double entrée (contexte et méta- texte) ne se rangera pas de sitôt. S’il était traduit dans d’autres langues ainsi que la vingtaine d’ouvrages  de prospective, de relations internationales et de romans dus à sa plume, l’écrivain-journaliste Tunisien pourrait prétendre au mérite du prix Nobel de la littérature!

Habib Ofakhri

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.