News - 29.11.2016

La conférence qui redonne aux Tunisiens des raisons d'espérer en un avenir meilleur (Vidéo)

La conférence qui redonne aux Tunisiens des raisons d'espérer en un avenir meilleur

Personne ne s'y attendait y compris les organisateurs. Echaudés par les promesses non tenues de Deauville, la majorité, comme l'opposition étaient dubitatifs quant à l'opportunité de la conférence internationale sur l'investissement. Contre toute attente, on a l'impression dès le premier jour que le gouvernement est en train de gagner son pari.

L'émir de Qatar a donné le ton en annonçant une aide d'un milliard 250 millions de dollars. Ce fut le déclic. Le directeur général de l'APIE prévoit des promesses de financement de 10 milliards de dinars. Mais il ne s'agissait pas d'un gala de bienfaisance. Le plus important, c'est l'état d'esprit des participants. De toute évidence, ils étaient venus, non en curieux, mais avec l'idée de sauver coûte que coûte cette jeune révolution abandonnée de tous, qui se débat avec l'énergie du désespoir, qui détonne dans une région en proie à des guerres d'un autre âge.Tout se passe comme si investir en Tunisie, n'était plus perçu comme un risque, mais comme un devoir, une décision sage.  

Pour les Tunisiens, cette conférence marquera probablement un tournant. Aussi importantes soient-elles, l’adoption de la constitution la plus libérale du monde arabe et les élections libres et transparentes ne pouvaient suffire à pérenniser l’édifice démocratique. Cité par le président de la République, Thomas d’Aquin avait raison de dire « qu’il faut un minimum de confort  pour pratiquer la vertu ». Pendant six ans, on s’était complu dans les tiraillements politiques et les discussions sur le sexe des anges alors que  les questions économiques étaient  occultées. Or la  démocratie n’a jamais nourri son homme. Après avoir mené à bien  la transition politique, il fallait réussir la transition économique, mettre enfin le cap sur les problèmes réels du Tunisien, ceux-là mêmes qui sont à l’origine de la révolution : l’emploi, les investissements, les conditions de vie. Il était temps. Le pays allait à la dérive.  « La Tunisie revient en force »a déclaré le chef de gouvernement lors de séance d’ouverture. La conférence se tient à un moment où l'avenir paraissait sombre. Elle redonne aux Tunisiens des raisons d'espérer.

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
0 Commentaires
X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.