News - 09.06.2016

Mustapha Tlili : « En attendant la prochaine explosion, la même tragédie, à moins que Béji Caïd Essebsi... »

 Mustapha Tlili : « En attendant la prochaine explosion, la même tragédie-à moins que Béji Caïd Essebsi... »

Lorsqu’on interroge le romancier tunisien basé à New York et éditorialiste au New York Times, Mustapha Tlili, sur cette photo qui date du printemps 1978 et où on le voit avec le président Bourguiba, sa réponse trouve aujourd’hui toute son actualité.

Le printemps 1978.

“Le Bruit dort”, mon deuxième roman, venait de sortir chez Gallimard dans la prestigieuse collection “Blanche”, après “La Rage aux tripes”, mon premier, trois ans plus tôt. 

De nouveau le journal “Le Monde” venait de me consacrer un article très élogieux, mais à “la une” cette fois-ci de la section hebdomadaire des livres. “La Rage aux tripes”, fait plutôt exceptionnel dans la tradition journalistique française dans ses rapports avec la littérature, fut salué à “la une” du quotidien.

Bourguiba, que je fréquentais depuis bien des années déjà et qui me considérait, mais avec affection, comme un “trublion”, fut impressionné, et me voilà sommé à New York, par l’intermédiaire de la mission permanente de la Tunisie auprès des Nations Unies où j’étais fonctionnaire international, de venir le voir-billet d’avion payé…

Je partis pour la Tunisie deux jours après. Le lendemain de mon arrivée, Bourguiba me reçut au palais présidentiel comme une célébrité, en présence de tout ce que la Tunisie comptait comme média de valeur. Devant la presse il me dit : “Toi, tu écris des romans, moi je change l’histoire par l’action. Je suis fier de toi quand même”. 

Je m’en souviens comme si c’était hier. J’en fus très ému, cependant une idée, comme seul un “trublion” peut en concevoir, germa dans ma tête…

Le Président me retint à déjeuner. Mon grand ami Habib Bourguiba Jr. (Bibi), que je considérais comme mon grand frère et qui m’offrait l’hospitalité dans sa famille à La Marsa, vint se joindre à nous. 

Je profite de l’intimité du moment pour m’aventurer sur un terrain où Bourguiba ne m’attendait pas (mon côté “trublion”). 

Je dis : “Monsieur le Président, à Fériana, chez moi, à Kasserine aussi, à Sidi Bouzid et dans toutes ces terres de pauvreté et d’abandon, on a besoin de votre action.” 

Silence. 

Je sentis le pied de Bibi sous la table m’appelant à la prudence. 

Silence pesant. 

Enfin le Président, pensif, me fixant, dit : “Je fais ce que je peux”. 

La discussion sur ce chapitre s’arrêta là. 

***

Trente-huit ans après, “les régions”, pour employer le langage des élites du Nord, détaché, métaphysique, on dirait inspiré par le théâtre de Samuel Beckett-ces terres de pauvreté et d’abandon, les miennes, vivent toujours dans la même désespérance. 

Même après l’explosion de décembre 2010…

En attendant la prochaine conflagration ? La même tragédie?

A moins que Béji Caïd Essebsi décide d’employer les trois dernières années de son mandat présidentiel à relever ce grand défi, à refuser la fatalité… "

Mustapha Tlili,

Ecrivain

 
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
Pr Amine GUARRAOUI - 09-06-2016 15:50

2010 à 2011 C'est une Révolution et même une École de Révolution moderne, pas une explosion Cher Cousin Mustapha. Je suis l'enfant exilé de Sidi Tlil, c'est mon Ancêtre quand même et j'ai le droit de l'appeler ainsi ! Chaque jour je fais le tour de notre chère patrie La Tunisie Bien-aimée ! La situation de Feriana à Sidi Bouzid et de Tala à Kairouan est celle de toute la Tunisie entière de Borj El Khadhra a Ras Jbal, une misère nue et une misère cachée !! C'est une question d'Independance et de soumission à l'arbitraire d'un néocolonialisme idiot et dépassé, qui condamne le bourreau et la victime à la fois! Pour ce faire il faut un peu plus que la chose politique. Il faut être Visionnaire, Bourguiba l'était. Aujourd'hui Il nous faut un Visionnaire et Démocrate, Si El Beji est certainement bien placé pour l'être. Il faut tout simplement l'épauler un peu plus et l'aider à voir cette misère explosive les yeux dans les yeux. Dr Amine GUARRAOUI - Paris

Nejib Zghonda - 10-06-2016 11:33

Mustapha Tlili est certes une sommité qui fait honneur à tous les tunisiens. N’est-il pas un peu égoïste pour émigrer et abandonner sa région à son sort et attendre que le changement vienne d’ailleurs?

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.