Opinions - 12.08.2015

Va-t-on vers l’interdiction des maillots de bain sur les plages de Korba? (Vidéo)

Va-t-on vers l’interdiction des maillots de bain sur les plages de Korba?

«The real Revolution is the evolution of consciousness »!«La vraie révolution est l’évolution de la conscience» !


Ce matin, comme à l’accoutumée, j’ai décidé d’aller me baigner assez tôt pour éviter la chaleur et le bruit des baigneurs. J’ai en effet pour habitude de travailler à la plage pour profiter des meilleures heures où mes neurones carburent à fond.


J’ai commencé par piquer une tête dans une eau fraiche et limpide avant d’aller m’installer pour façonner le programme d’une rencontre que je vais animer la semaine prochaine, pour le compte d’une agence internationale.


30 minutes après, satisfaite d’un premier brouillon, j’ai décidé de retourner vers cette mer d’une rare beauté. Plongée dans mes pensées, je n’avais pas remarqué un homme d’un certain âge qui s’était approché de moi pour demander l’heure. Poliment, j’ai rebroussé chemin pour chercher ma montre. Il a alors enchainé en me demandant s’il pouvait faire une remarque. J’ai accepté car intriguée sur le genre de remarques que pouvait faire un homme que je n’avais jamais rencontré auparavant,sur une plage près de laquelle je vivais depuis plus de 15 ans, sans jamais avoir été importunée, ni en hiver ni en été.


Avec un regard vide car il faisait tout pour éviter le mien, ce monsieur me lance sur un ton défiant: « Ne trouvez-vous pas que votre tenue n’est pas respectueuse?!» Sa remarque m’a semblé tellement incongrue et inadéquate, que l’espace d’un instant, je n’ai pas su s’il fallait en rire ou en pleurer! Face à une telle indécente intrusion dans ma vie privée, j’avais deux options, la première, classique et facile: lui dire de s’éloigner car il polluait mon champ visuel et au cas où il refuserait, appeler l’agent de sécurité de la résidence privée où je vivais, pour signaler cet intrus qui me harcelait et qui devait comprendre que je ne lui permettrai pas de le faire en toute impunité.


J’ai choisi la deuxième option qui a exigé de moi de garder un très grand sang-froid car l’adjectif « irrespectueux » qu’il avait utilisé m’avait choquée au plus haut point. Pour moi, il représentait une insulte directe à la mémoire de mes parents qui m’avaient appris la valeur fondamentale du respect de soi et des autres. Calmement, j’ai décidé de prendre la peine d’analyser comment, en 2015, un homme tunisien pouvait se permettre d’accoster une femme pour lui faire une remarque des plus déplacées sur sa tenue vestimentaire! Au fond de moi, je savais que si je laissais passer cette atteinte à ma liberté, et sans que notre société ne s’en rende compte, très vite, aucune femme n’aurait le droit de se baigner en maillot de bain !Soudain j’ai compris que ce n’était pas seulement ma propre liberté qui était menacée mais celle de toutes les femmes de mon pays.


Je me suis alors souvenue d’une citation de Thomas Jefferson qui m’a toujours guidée: « In matters of style, swimwith the current; in mattersof principle, stand like a rock » !Que je traduirai par: « En matière de forme, nage avec le courant; en matière de principes, sois solide comme un rocher! »
Ma liberté de m’habiller comme je l’entendais était certainement un de ces principes pour lesquels j’étaisprêteà me battre contre n’importe quelle personne qui oserait vouloir m’imposer à moi,ou àn’importe quelle personne, une tenue vestimentaire quelconque.


J’ai répondu alors à cet homme que j’étais à la mer et que la tenue la plus adéquate était certainement une tenue destinéeà la baignade, en l’occurrence un maillot de bain et que non, je ne voyais pas en quoi ma tenue ne serait pas respectueuse. D’autant plus qu’il y avait à la droite de mon parasol, 3 autres femmes qui toutes portaient de jolis maillots comme moi, alors qu’à ma gauche, il y avait  deux ou trois femmes qui avaient choisi de se couvrir en entier le corps avec des pantalons doublés de jupe et autre chemise et foulard. Tenue qui m’a du reste toujours effrayée car, en tant que secouriste, j’ai toujours à l’esprit le risque de noyade. Ayant eu le privilège de sauver plusieurs personnes dans ma vie, je ne connaissais que trop bien le danger que ce risque représentait aussi bien pour le secouriste que pour la personne à secourir !


Il m’a avoué alors qu’il avait deux adolescents et avait peur que si son garçon de 15 ans venait à me voir en maillot, cela risquait de provoquer je ne sais quoi dans son esprit !


Nous avons alors entaméune conversation deplus d’une heure oùj’aiprésenté tous mes arguments basés sur une expérience de plus de 25 ans, pas seulement en Tunisie mais dont 6 mois sur le continent américain, 7 années en France et 10 ans dans tous les pays Arabes (dont deux dans un pays du Golfe).
Je ne citerai de cette conversation que les principaux faits saillants:

  1. Cet homme m’a appris qu’au lendemain du 14 janvier, il avait rêvé que la Tunisie choisirait une autre voie ! J’ai voulu savoir à quel modèle il faisait référence car les pays qui se proclamaient conservateurs et où plus de 90% des femmes avaient choisi --ou ont été contraintes--de se couvrir, étaient des pays qui subissaient le plus haut pourcentage d’harcèlement sexuels, incestes, viols et toutes sortes de violence contre les femmes.
  2. Il m’a aussi appris que cela faisait 20 ans qu’il vivait en France. Cela m’a fait penser à toute la misère intellectuelle, psychologique et spirituelle dans laquelle se débattait une grande majorité de nos concitoyens immigrés. En effet, ces femmes et ces hommes qui ont quitté la Tunisie dans les années 70, 80 ou 90… n’ont pas vécu l’évolution normale et naturelle par laquelle sont passés les citoyens qui ont choisi de rester au pays. Par ailleurs, ils ont évolué différemment en fonction de leur pays d’accueil :
    a)    La majorité de ceux qui ont émigré, dans les pays occidentaux, ont eu tellement peur de perdre leur culture et leur identité qu’ils ont préféré se renfermer sur eux-mêmes, vivre en communauté reclus dans leur HLM, sans se donner aucune chance de s’intégrer dans le pays d’accueil. Les sociétés hôtes, de leur côté, ont délibérément choisi de ne pas les intégrer car ces immigrés étaient bien trop différents sur tous les points de vue et à toutes les échelles.
    b)    Pour la majorité de ceux qui sont partis dans les pays pétroliers, et au lieu de préserver l’Islam ouvert et tolérant qui a bercé leur enfance, ils ont préféré l’échanger contre un Islam étrange et étranger, basé sur des interprétations rigides voir extrémistes. Ils ont alors troqué leur tenue vestimentaire habituelle contre un amalgame fantaisiste empruntant les modèles des pays du golfe, de l’Afghanistan, Pakistan et autres contrées lointaines…
  3. A un moment de la conversation, ce monsieur me lance à la figure, comme ultime accusation, que la société tunisienne est devenue remplie d’homosexuels. Là, j’avoue que malgré tous mes neurones qui carburaient encore à 100 à l’heure, j’ai eu du mal à trouver le lien. Comment en effet, mon habit de bain serait responsable de l’augmentation des homosexuels dans les rues Tunisiennes? Je lui ai simplement conseilléqu’il était préférable de rester concentré sur les problèmes vestimentaires et qu’un autre jour, j’étais disposée à discuter avec lui les orientations sexuelles des uns et des autres. Ceci, d’autant plus que par rapport à ses deux enfants, il y avait des tentations bien plus dangereuses tels que l’alcool ou la drogue.

J’ai conclu notre conversation en luiconseillant d’apprendre à son fils en particulier, et aux hommes, en général, à contrôler leurs instincts au lieu de demander aux femmes de se couvrir. En effet, avec toute la bonne volonté du monde, il sera difficile de couvrir 6 millions de tunisiennes, 150 millions de femmes Arabes et encore moins toutes les femmes du monde, même si on voulait habiller ce vœux pieux d’un habit religieux !
A la fin de notre conversation, son fils de 15ans, est venu me dire bonjour et spontanémentet naturellement m’embrasser, comme il l’aurait fait avec une veille tante. Il ne semblait nullement affecté ni choqué par ma tenue.


Ensuite, ma fille est venue me rejoindre à la plage. Quand ils sont partis, je lui ai raconté toute notre conversation. Elle me répondit qu’il fallait voir le bon côté des choses. Pour elle, l’attitude de ce monsieur avait au moins le mérite de vouloir commencer une conversation entre personnes appartenant à deux mondes différents. Il semblerait que sa génération est plus optimiste que la mienne. Mais j’espère qu’elle n’oubliera jamais que: « La vigilance est le prix de la liberté» (Jefferson) et que si nos deux générations ne prenaient pas garde, bientôt des hommes en Kalachnikov, viendraient sur nos plages pour nous interdire de nous baigner avec ou sans maillot!
Grace à cet incident, j’ai pu prendre conscience de quelques réalités:

 

  1. Il existe un écart gigantesque entre plusieurs franges de notre société comme si,désormais, nous vivons dans des mondes parallèles qui par essence ne se croisent jamais, sauf par accident, quand quelqu’un, qui appartient à un certain monde, s’arroge le droit d’accuser quelqu’un qui appartient à un autre, d’être différent ! Pour ce Monsieur le droit à la différence, au respect de la vie privée et des libertés individuellesne sont pas acceptables. Simplement, il refuse à la Tunisie d’être plurielle et voudrait imposer à ses citoyens, un modèle hypothétique, venu d’ailleurs !
  2. En réalité, il n’y a aucune communication concrète entre ces différentes franges de la société même quand elles appartiennent à une même famille. Elles ne font que cohabiterpacifiquement essayant d’éviter tout malentendu pouvant dégénérer en conflit.
  3. Comme cet homme, un grand nombre de tunisiens pense que la femme n’est rien d’autre qu’un corps, sans cerveau, sans esprit, sans aspirations, ambitions et rêves…Ce corps a le malheur de les tenter et par conséquent il doit être couvert! C’est d’une simplicité presqu’enfantine, or des hommes simples d’esprit, il semblerait qu’il y’en ait de plus en plus! Pour eux, tous les maux dont souffre notre société se résument dans ce corps. Ainsi, le modèle qui va résoudre les problèmes de développement, de pauvreté, de chômage, de changement climatiques….se réduit en 2 mètres de tissus pour couvrir ce corps. Autant coudre des millions de linceuls et enterrer toutes les femmes, ainsi, tous leurs problèmes seront enfin résolus !
  4. Les agences bi et multilatérales continuent de gaspiller l’argent du contribuable dans des conférences, colloques et autres rencontres autour de la problématique du genre  et des droits des femmes sans aucune compréhension réelle, ciblant les acteurs clés,ni un impact profond sur les sociétés où elles opèrent.

Pour conclure, je pense qu’aussi bien la gaucheque la droite, sont responsables de la situation psycho-sociale désastreuse dans laquelle se trouvent les Tunisiens d’aujourd’hui et le jour où ces deux courants de pensée feront réellement leur mea-culpa, nous aurons peut-être une chance de repartir du bon pied !
P.S : Je ne le répéterai jamais assez : « Quand c’est urgent, c’est déjà trop tard, gouverner, c’est prévoir » (Pierre Mendès France).

 

Khadija T. Moalla, PhD
 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
41 Commentaires
Les Commentaires
Rachid Ben Othman - 12-08-2015 20:13

Vous m'étonnez madame quand vous dites que vous étiez choquée alors que ce problème nous l'avons soulevé et avons continuons à le faire sans arrêt depuis 2011. Votre réveil était trop tard car les exactions et les harcèlement contre les femmes sont quotidiennes pas seulement sur les plages ce qui a amené beaucoup d'entre elles à porter le voile pour qu'on leurs fiche la paix. Vous dites aussi que vous avez chois la solution douce avec cet énergumène là aussi c'est une erreur il fallait l'arrêter tout court dès la prononciation de sa première phrase car jaser avec ce monde immonde c'est lui donner raison en quelque sorte. La journée Mondiale de la mini jupe était une la meilleure réponse à ces malades il faut faire le contraire de ce qu'il cherchent à imposer

tammouz1 - 12-08-2015 20:14

D'abord avec un maillot c'est bcp mieux et sans c'est laid, ensuite vous dites Il existe un écart gigantesque entre plusieurs franges de notre société comme si,désormais, nous vivons dans des mondes parallèle; et vous continuez en disant il n’y a aucune communication concrète entre ces différentes franges de la société. La réponse est un million de fois oui car les Tunisiens se croisent, se côtoient mais vivent en parallèle dans le même pays. Il y'a ceux qui se reviennent en disant comment allons nous faire pour ramener à manger et ceux qui réfléchissent oui inscrire les enfants (MIT, HEC, Harvard...) et ou passer les les 5 vacances scolaires ( Hawai, Courchevel..). Alors vous comprendrez ces décalages.

fawzia thabet - 12-08-2015 21:51

Bravo pour vos ecrits chere madame, mais si je peux me permettre de vous dire et avec toutes mes excuses que vous n aviez pas ete assez virulente car nous imposer une tenue vestimentaire venue d ailleurs sur une plage ou etre en maillot est la tenue la plus confortable est la moins dangereuse ,nous sommes confrontes a une mentalite connue chez certains pays : l obsession du sexe.

Observateur de la Tunisie - 12-08-2015 22:57

Maintenant je Visite la Tunisie depuis 43 ans et déjà 1972 on baignait en maillots ou Bikini comme dans les pays Natals. Mais personne n'aurait osé de faire des reproches. Sa me fait me Souvenir d'un homme tunisien qui j'ai rencontrée à l'aéroport de Hamburg.Il était ingénieur et sa femme allemande enseignante. Il était tres fier que sa femme voudrait porter le foulard.Je ne saurait pas combien les cheveux des femmes seraient séduisant pour les hommes! Parce que nous avons parlés en avantde la charia - il disait qu'il serait plus mieux là où elle la base de droit - je lui ai demandé s'il croyaitque les cheveux des hommes seraient moins séduisant pour les femmes ? Puis les hommes devraient porter aussi un Foulard. Et puis, quand il voulait la charia il savait aussi que à ce droit ces membres avec la personne pêchait devraient être éloignés. Mais parce que ca seraient les hommes qui pêchaient on devrait crever leurs oeils ou couper les mains ou le sexe des hommes: Maintenant il n'a plus plaidé pour le charia. Une aautre épisode se passait avant ca 30 ans - je pense que c'était en Bouchara . là il y a un tour haut. Notre guide nous racontait que dans le passé on en aurait jeté les femmes infidèles.Après une petite pause , pendant laquelle les hommes du groupe on applaudit - elle continuait avec un sourire subtil: Si on aurait jeté les hommes infidéles, le tour ne voudrait plus exister !!!! C'est la différence entre 1972 et aujourd'hui.À ce temps là les hommes tunisiens ont réspectés la différence entre les cultures. Aujourd'hui après la participation de L'Ennahda au Gouvernement leurs Partisans croient qu'ils auraient le droit de forcer leurs avis aux autres personnes. Quand la société de la Tunisie va apprendre que l'ennahda veut mener la Tunisie dans la passé et pas dans l'avenir. Les femmes tunisiennes - si les hommes ne le font pas - c'est à vous de prendre garde au chemin qui va laTunisie !!!

Touhami Bennour - 13-08-2015 00:59

J´ai admire le dialogue entre vous et le monsieur sur la plage, si toutes les conversations se deroulaient de la sorte ce serait un progres pour le pays; la democratie c´est dialoguer, et dialoguer beaucoup sans arrêt, mais c´est mieux que la bagarre ou la guerre. Il faudrait apprendre á parler et être toujours pret á parler pour éviter le pire. C´est ce qu´ont fait les Occidentaux, il ont mis les armes aux vestiaires pour toujours. Mais il ya un probleme auquel il faut tenir compte, de celui avec lequel il ya un probleme. on l´oublie souvent, les gens sont differents, et beaucoup n´ont pas l´habitude de reflechir avant de parler, avec ceux-ci il faut être prudent, mais d´autres qui savent reflechir, on peut parler rationellement avec eux. Mais parler c´est preferable. Les temps ont aussi changes. le 21eme siècle est different du siècle dernier. Il ya un nationalisme qui ressemble á un narcissisme qui regne en Europe et en Tunisie aussi. Le momde á toujours été le meme malgré les differences dans le mode de vie, le pouvoir d´achat, les habits etc..on ne sait pas comment. Nous vivons dans le même monde, et le style de vie est le meme. Le narcissisme est partout. On dit que l´homme ne vit pas seulement de pain, peut être il ya trop de pain en Occident, cela pousse les gens en Occident de chercher autre chose, et les autres suivent automatiquement.

HOUKI - 13-08-2015 09:44

Madame Khadija T. Moalla Je partage votre analyse et votre choix du dialogue, car c'est ainsi que l'on peut combler le déficit de communication que vous déplorez. j'ajouterai que la communication peut combattre les tentatives (pour éviter de dire "complot" selon les adeptes de la théorie du complot) incessantes et répétées de nous obliger à opter pour un choix de société que les tunisiens ont toujours refusé. Pour ne pas être long, je fais un raccourci:pour faire échec à ces tentatives, il ne faut pas se décharger sur le "pouvoir" mais reprendre la mobilisation de la société civile qui a déjà fait ses preuves. Je vous convie de vous y employer.

Anouchka K - ONG Maisons Douces France Sénégal - 13-08-2015 11:16

Chère Amie, MERCI pourla qualité de ce témoignage, totalement conforme , et reflet de la situation actuelle de la TUNISIE . Hors toute connotation politico - religieuse & sans intention d'ingérence, partageant vives interpellations et vives inquiètudes sur l' "orientation" d' une majeure partie de sa Société semble - il ...A moins qu' un surSaut significatif ? Apprécié de réelle urgence ! Quoiqu' il en soit ; notre indéfectible SOLIDARITE ! COURAGE A TOUS ! Anouchka K & l' ONG Maisons Douces France Sénégal - Culturels Tunisiens

Berraies rafika - 13-08-2015 11:17

vous soulevez vraiment un problème épineux et qui se propage de plus en plus d'une année à l'autre. Je ne vous dirais pas si vous avez bien fait ou non d'engager une conversation avec cette personne, mais je me limiterais à vous dire que cette tranche de la population tunisienne, qui s'élargit d'une année à l'autre, veut à tout prix nous amener à être une copie conforme des femmes saoudiennes avec leurs jelbabs, foulards et autres déguisements qui ne nous appartiennent pas. Eh bien non ! La femme tunisienne est différente, et ne doit ressembler qu'à elle-même, à ce qu'elle a toujours été. Ce qui me surprends le plus, c'est cette nouvelle attitude des hommes qui se sont toujours conduits avec Bcp de civisme et de correction sur les plages durant des décennies, commencent à voir la femme "autrement" .

Néjib BELHADI - 13-08-2015 12:49

Très chère KHDIJA félicitations. Félicitations pour avoir concocté une analyse très pertinente de ce phénomène de "l'habit qui ne fait ni la vertu ni l'imam ni même encore la bonne moralité". Combien de mounakkabets sont des femmes de petites vertus ou cachent un kalachnikov sous leur linceul noir obscur, importé de l'enfer de quelques pays lointains qui n'ont aucun lien CULTUREL avec notre vécu???? Pour faire court, je crois que l'avènement des "islamistes" dans le giron de la politique et les revers psychologiques n'ont pas été suffisamment abordés par nos médias ni par nos "politiques". Les intellectuels et autres experts en charge de ce lourd dossier n'ont pas assumé leur rôle autour des libertés. Cette défaillance par lâcheté ou par peur a encouragé cet énergumène qui t'a abordée à prendre son courage à deux mains pour s'arroger le droit de "te faire la leçon". Il ne sait pas encore ce qu'est la liberté individuelle comme il n'a pas encore assimilé la notion de respect de l'autre dans sa différence, bien qu'il ait vécu en occident...C'est aussi simple que cela. Se sentant dépassé par "la modernité" et incapable de se mettre au diapason de l'évolution il tente tant qu'il peut d'attirer "l'autre" vers le bas, vers ce qu'il croit maîtriser car c'est sa seule façon de croire qu'il existe. Bravo d'avoir pris ton temps pour faire de la pédagogie...la plus belle gifle qu'il ait reçue, vient du bisou que t'a accordé son fils et auquel il a voulu accoler cette image de l'enfant agressé par le corps de la femme alors que je suis sûr que ce jeune a mieux assimilé la liberté de la femme et a su s'adapter à l'occident beaucoup mieux que lui. Vivent nos mères, nos soeurs, nos femmes, nos amies, nos filles, qu'elles continuent leur combat contre l'obscurantisme...Vive la femme tunisienne, celle qui a dit non à l'archaïsme...celle qui a sauvé notre pays. N.B

chafik ketata - 13-08-2015 14:01

par cet article je viens de découvrir, une femme une vraie femme tunisienne qui mérite le respect de tous les hommes. tu es une fierté pour nous et pour toute la Tunisie . avec tous mes respect Mme Moalla.

Raoudha - 13-08-2015 14:41

Il ne s'agit pas d'interdire les maillots de bain sur les plages, il s'agit plutôt d'ôter aux hommes leur libido sexuel! Des hommes malades d'obsession sexuelle n'ont pas à adresser les femmes. Ils n'ont qu'à aller chercher un lieu là où ils plaisent à leur désir sexuel La frustration et le tabou fait que les hommes se comportent de cette manière, ce qui explique que dans les pays développés ce problème ne se pose pas car à l'école on enseigne l'éducation sexuelle!

ridha - 13-08-2015 16:59

Mais es ce que les normes imposées par le monde dit moderne, au nom du féminisme, ne viennent pas remplacer les valeurs ? Le seul moyen de lutter contre ce formatage permanent est de maintenir sa liberté d’esprit et son esprit critique. Au lieu de vouloir à tout prix normaliser les personnes (6 millions de femmes tunisiennes à couvrir où découvrir, selon vos chiffres),nous ferons mieux d’accepter leurs différences comme une richesse, et même de les valoriser, car, en refusant leur spécificité, elles gâchent de la créativité et du talent, comme a dit Virginia Woolf: Je ne crois pas à la valeur des existences séparées. Aucun de nous n’est complet en lui seul. plusieurs femmes même modernes, résistent à ce formatage, pour se découvrir de plus en plus , sur la plage ou ailleurs,Il s’agit là de toutes les personnes dont la personnalité dérange, les atypiques.Il y aurait chez ces personnes un défaut d’adaptabilité au groupe ou à la structure. Pas assez souple, pas assez caméléon, elles ont une forte personnalité. Il faudra que je songe à donner aux académiciens de nouvelles définitions au mauvais caractère : - Défendre son point de vue et ses valeurs surtout de culture islamique - Se défendre tout simplement contre cet esprit de modernisme qui veut imposer sa vision en imposant à la femme d’ôter son sefsari

ahmedhmandi - 13-08-2015 17:54

KORBA MA VILLE natale est l'image de toute la tunisie.ma femme m'a montré quelque temps une photo datant d'une trentaine d'années en bikini...maintenant les femmes se baignent en robes longues...dommage.

Tontonamen - 13-08-2015 18:48

le mérite de cette dame est d'avoir réagi, de ne pas s’être laissée intimider. Combien de nos pauvres dames, au propre et au figuré, ont du subir et subissent encore l'asservissement au sein de leurs propres familles et dans la société. Soutenons tous toute forme de résistance à l'obscurantisme

Midou - 13-08-2015 20:20

Le dialogue entrtenu me rappele certaines sequences du film <zorba le greque>le maillot de bain ou la tenue reservee constituent un decors qu exige la mer , le sable et la saison au lieu d admirer un tableau on le pollue des interpretations non fondees. Seul le silence est plus grand tout le reste est faiblaisse, lla replique de votre fille, et le salut de l enfant prouvent qu ils resteront nos meilleurs educateur et qu au lieu de discuter il y lieu de les entendre car ils constituent notre espoir et incarne notre propre philosophie

nermine - 13-08-2015 23:09

moi , une fois je me bagnais à korba , et je suis déjà de korba , un mec ma envoyé un message sur fb sachant qu'il ne faisait pas partie sur ma liste d'amis sur face pour me dire que mon maillot de bain dévoile trop ma nudité et qu'il voulait juste me donner un conseil en me considérant en tant que soeur hhhh sachant que mobn maillot était trop simple , je pesais 58 kilos , je mesurais 1.68 c à d que je n avais pas de graisses qui me rendent choquante à leurs yeux !!

ROUIS LOTFI - 14-08-2015 00:25

Malheureusement, le constat est veredique, mais l 'analyse n'est pas complété des raisons et explications de cette déferlante d'ignorance et de débilité qui caractérise une frange de plus en plus grande de nôtre jeunesse...c'est pas la faute seulement aux intégristes qui ne sont que la résultante, mais c est la faute a tout le système éducatif et culturel Sous l ère de ben ali qui a asséché tous les débats culturel et marginalisé l éducation spirituel et philosophique en plus de l abondon de l islalm des zouis caractérisé par sa simplicité et son pacifisme ainsi que la relégation dès l ère de borguiba malheureusement au second plan du rôle modérateur des cheiks de la zitouna dont feu mon père était issus et que leurs connaissances des vrais valeurs de l islam les laissé tolerant envers tous les changements qu'a connu la société tunisienne dont lesquels ils ont contribué a les façonner y compris a travers le code des statut personnel ...mais maintenant en l abscence d une caste tampon constitué d instituteurs engagé, d imams éclairé, d'hommes et femmes de culture écouté et terre a terre et pas de se genre de snobs qui debatte dans des clubs privés et enfin d hommes et femmes politiques avant gardiste et courageux qui osent prendre des décisions defficiles pour guider se peuple qui on a besoin, j'ai peur pour l avenir de mes filles dans ce pays qu'elles ne sepanouissent pas librement comme l ont fait leurs tantes et leurs grande mères ou même leurs mère et père

Barack - 14-08-2015 03:59

Le simple fait que cette femme brillante soit amenée à écrire sur un sujet aussi loufoque, est un signe que la régression est déjà en marche.

bearnais64 - 14-08-2015 08:23

pauvre peuple qui reste avec ses contradictions, comment vivra alors ce pays sans touriste je pensais que la TUNISIE avait eu un premier president progressiste d'afrique j'ai due reve alors merci pour l'economie du futur

ridha - 14-08-2015 09:20

14 commentaires dans le sens des poils, au moins éditer le mien pour faire figure de démocrates, surtout que je n'ai insulté personne

Medka - 14-08-2015 10:18

La seule chose qui m'a plu dans l'article c'est la forme (fluidité et structure) mais pour le reste rien. Voici quelques points que j’ai pu soulever : 1. C'est de la mauvaise publicité pour notre chère ville Korba avec un titre alarmant qui nous donne l'impression que l'auteur parle d'une police religieuse ou d'une bande d’extrémistes interdisant le port du maillot alors qu'il s'agit d'une simple discussion. Le mot ‘Korba’ est cité seulement dans le titre dans le titre !!!!!! 2 . Le sujet a été largement débattu et il est actuellement révolu. Peut être que l’ovni de l’auteur atterri sur terre en 2015 et veut défoncer une porter ouverte. 3. Beaucoup des ‘moi’ comme si l’auteur voulait présenter sa personne et non traiter une problématique sociale et sociétale : notre résidence privée à Korba, que je vais animer… pour une agence internationale, mes parents, ma fille, comme moi, expérience de 25 ans (en évoquant même 6 mois sur le continent américain !!!) 2. L'auteur défend son joli maillot mais se permet de porter un jugement sur le maillot couvrant tout le corps qui selon elle n'aide pas les secouristes dans leur travail !!!! Elle est tombée dans le panneau de la division 3. Pas des chiffres officiels sur les pays conservateurs, qui selon l'auteur, affichent les scores les plus élevés en matière harcèlement, de viol, etc. Peut être que le Gabon est un pays conservateur !!!!

demonastir - 14-08-2015 10:22

Il y a trente, quarante ans, personne n'aurait jamais eu l'idée de vous interpeller ainsi. Aujourd'hui, c'est dans l'ordre des choses. Le courant hyper religieux a émergé, il s'est épanoui, il déferle de Kaboul à Korba. Pourquoi cet intégrisme? Comment l'endiguer, le refouler? Aucune réponse satisfaisante à ces questions capitales. Chacun, où il qu'il se trouve, résiste à sa manière, comme vous l'avez si bien fait. Mais sur le fond, comment faire face à ce tsunami? On n'en sait trop rien. Et c'est pas demain qu'il va retomber. Allah ghalèb.

amine slim - 14-08-2015 11:17

chère khédija, conversation très édifiante , je ne suis pas psychologue mais je pense que cette personne vous a trouvé très "sexy" en maillot de bain et qu'il a voulu se rabattre sur le soi-disant mauvais exemple pour ses enfants adolescents pour ne pas avouer son intérêt pour vous! Encore heureux qu'il ne vous ait pas jeté de l'acide sur le visage comme cela est arrivé à d'autres personnes dans le monde!

sihem - 14-08-2015 14:04

Très belles perspectives pour l’avenir de notre jeune démocratie, docteur que j’aimerais bien savoir dans quelle discipline, s’offusque et nous gratifie de ce long courrier, parce qu’une vielle personne lui a parlé de son opinion, et attention, après lui avoir demandé la permission. Qu’es ce qui vont faire celles à qui on enlève le hijeb de force ?

Fatnassi - 14-08-2015 15:28

Votre article a le mérite de soulever deux problèmes essentiels: l'éducation et l'instruction. Ces deux mécanismes peuvent donner à l'individu les moyens de raisonner avec une certaine logique et d'apporter des réponses cohérentes aux différents problèmes qui se posent à lui. Ce monsieur, à l'idée contestable pour beaucoup d'entre nous, ose exprimer ses opinions sans violences physiques. Pour moi c'est porteur d'espoir et vous avez eu le mérite ( mais surtout la bonne idée) de prendre le temps de lui expliquer votre point de vue. Dans la majorité des pays arabes le citoyen vit dans l'interdit de façon constante. Interdit imposé souvent par les pouvoirs en place et entretenu par une manipulation machiavélique des traditions et de la modernisation. Comment expliquer à quelqu'un que le sexe féminin n'est pas une sous-couche du sexe masculin quant le mot sexe lui même est presque interdit dans le langage sociétal, éducatif et familial??? Comment expliquer à quelqu'un qui applique aveuglément et religieusement des principes d'un autre âge qu'aujourd'hui on est au 21eme siècle et qu'il faudrait peut être réagir autrement??? Ces exemples parmi d'autres ne peuvent se résoudre qu'avec le dialogue. Un dialogue appuyé par l'ouverture d'esprit mais surtout par l'ouverture des écoles aux besoins de la société. Les politiques n'apporteront aucune solution au problème tant que le citoyen ne sera pas prêt à dialoguer. Au contraire certains, cupides, sont capables de s'en servir pour rester à leur postes. En conclusion, vous faites bien de raconter votre expérience car elle permet d'en parler publiquement et surtout de crever cet abcès qu'est la loi du silence. En occultant ce problème, nous faisons croire aux adeptes des interdictions à tout bout de champs que c'est le bon modèle. Et pendant ce temps, des agressions, des viols et des crimes se passent au quotidien et le silence de nos citoyens , de peur de la honte que cela peut engendrer, rend la victime coupable. La génération actuelle, autant que la suivante, aura du pain sur la planche mais la Tunisie, au contraire des autres pays arabes, a le mérite de faire face à ce genre de problème parce qu'elle est ouverte au dialogue et nos jeunes ont la capacité de raisonner sans violence.

Daniel - 14-08-2015 16:32

Juste le fait que quelqu'un ose maintenant vous proposer de vous habiller "respectueusement" devrait répondre à la question du titre de l'article. Votre discussion était bien respectueuse et réfléchie. Bravo. Mais à sens unique, pas de récepteur de l'autre bord. Étant au Canada, je vois ici aussi ce genre de tentatives de reculer à l'ère du monsieur qui a créé la religion qui veut vous couvrir. Plus facile que d'apprendre aux hommes à se comporter intelligemment. Et votre point sur le secourisme est exact. Je n'ai jamais visité la Tunisie mais plusieurs de mes amis oui (et plusieurs résident maintenant ici pour fuir cette mentalité attardée) et ils me décrivent tous la Tunisie comme un pays magnifique avec des gens chaleureux et accueillant. Je les crois. Mais en 2015, et 2016, la situation dégénère actuellement. Dommage. Je vous souhaite bon courage pour défendre vos principes, c'est tout à votre honneur. Je souhaite que çà ne soit effectivement qu'un courant fort et non un tsunami. Amicalement, Daniel.

rawdha - 14-08-2015 16:58

c'est évident qu'avec cet esprit de l'auteur de cet article, qu'on crée le terrorisme, c'est aussi le résultat d'une islamophobie et du niveau de nos universités.c'est un article d'une intellectuelle qui refuse l'opinion de l'autre. le terrorisme n'est pas seulement le fruit de la misère et du désespoir mais aussi de l’humiliation qui frappent la population. je me sens humiliée à la place de cet homme polis, refuser l'opinion de l'autre parce qu'on a peur de ses idées est un moyen de lutte condamnable en lui-même, car il tend, par la force des choses, à rendre notre docteur raciste et devenir l’arme folle d’une haine élémentaire. cette répression de l'opinion de l'autre que je sens dans cet article doit être condamnée plus fortement encore, tant elle a entrainé les 14 opinions ci-dessus dans un cycle infernal de haine qui s'ils ne seront pas réprimés inciteront les candidats au terrorisme à des sentiments d'agressivité voir aux massacres, qui provoquent à leur tour une répression toujours brutale… chacun s’autorise du crime de l’autre pour aller plus avant. Oui j’ose rêver d’une Tunisie multiculturelle où les intellectuels et les médias montrent la voie de la tolérance en acceptant les opinions de l'autre comme une richesse.

giacomini - 15-08-2015 01:09

de tout coeur avec vous! j'approuve tout ce que vous dites !

dalinda ben hassine - 15-08-2015 09:56

c'est bien dit et vous avez raison bravo pour votre courage et votre façon d'expliquer les faits, ce genre d'homme on rencontre tous les jours, ils veulent nous faire retourner aux années de l'esclavage, parfois une femme voilée fait attirer les hommes avec sa façon de marcher er son maquillage qu'une femme ordinaire.

Ibtissem BEN HAMOUDA - 15-08-2015 15:49

Bel article, constructif et apaisé. L'auteure, que je salue chaleureusement, gagnerait à le traduire en arabe et le diffuser, afin de toucher le maximum de tunisiens et notamment de jeunes à la dérive. Le français étant devenu une langue élitiste, malheureusement, depuis quelques décennies.

lauge nicole - 16-08-2015 10:55

J aime cet article...et votre réaction Madame.Née en France mais le cœur en Tunisie ,je vis très mal ,l'échec de la révolution tunisienne...Je partage vos arguments et bravo pour votre fair play .

rawdha - 16-08-2015 12:01

vous n’êtes pas neutre et je ne comprends pas pourquoi mon commentaire n'est pas édité alors que je l'ai envoyé depuis une semaine, cela ne vous suffit pas une trentaine d'opinion qui ne font qu'applaudir l'auteur de l'article. votre impartialité flagrante me font peur pour l'avenir de notre jeune démocratie. et voici une deuxième fois une copie de mon commentaire: c'est évident qu'avec cet esprit de l'auteur de cet article, qu'on crée le terrorisme, c'est aussi le résultat d'une islamophobie et du niveau de nos universités.c'est un article d'une intellectuelle qui refuse l'opinion de l'autre, car , on parle encore d'une opinion qu'on veut exclure. le terrorisme n'est pas seulement le fruit de la misère et du désespoir mais aussi de l'exclusion et de l’humiliation qui frappent la population. je me sens humiliée à la place de cet homme polis, refuser l'opinion de l'autre parce qu'on a peur de ses idées est un moyen de lutte condamnable en lui-même, car il tend, par la force des choses, à rendre notre docteur raciste et devenir l’arme folle d’une haine élémentaire. cette répression de l'opinion de l'autre que je sens dans cet article doit être condamnée plus fortement encore, tant elle a entraîné les 30 opinions ci-dessus dans un cycle infernal de haine qui s'ils ne seront pas réprimés inciteront les candidats au terrorisme à des sentiments d'agressivité voir aux massacres, que je condamne aussi, qui provoquent à leur tour une répression toujours brutale… chacun s’autorise du crime de l’autre pour aller plus avant. Oui j’ose rêver d’une Tunisie multiculturelle où les intellectuels et les médias montrent la voie de la tolérance en acceptant les opinions de l'autre comme une richesse.

B. Ghariani - 16-08-2015 14:04

Madame Khoudja Merci Madame d'avoir pris la peine de pondre cet article. Votre mérite est d'avoir choisi d'entamer une conversation fort instructive par ailleurs. M.B.G.

Hedia Chakroun - 17-08-2015 21:59

J’aurai accepté tout ce qui a été présenté dans l’article si l’auteure n’avait pas revendiqué à un moment donné l’islam qu’elle a connu durant son enfance. Les enseigenements de base de cet islam n’autorisent pas à une femme d’être exagérément dénudée dans la tenue que représente le maillot occidental et ceci n’et pas dur à démontrer en revenant à toutes les sources du Coran et de la tradition du Prophète. Alors, de grace, quand on adopte une façon de vivre qui va à l’encontre d’un système de valeurs, la moindre des honnêtetés suppose que l’on ne fait pas du tout référence à ce système de valeurs !

Hélène Labelle - 18-08-2015 14:59

Quelle intolérance que d'interdire les maillots de bain! Il y a des gens pour qui le maillot de bain est ressenti comme une protection et qui se sentent agressés si on les oblige à se mettre nus. Ah non, ce n'est pas ça?

riri - 18-08-2015 16:09

Bravo pour votre patience, moi je n'y arrive presque plus...et me réfugie dans mon guetto laic et paisible, loin de ceux qui ne se rendent même pas compte de combien ils se comportent en fascistes.

jalel BERREBEH - 20-08-2015 15:53

excellent article, très intéressant. Il ne faut pas s’inquiéter, ces personnes ayant ce type d'idée ayant toujours existé et existeront toujours. Elles sont au moins claires et disent ce qu'elles pensent. C'est les opportunistes qui me font peur. Ils changent d'idées selon ses intérêts. La andhom la milla wella din, yaabdou flous et manacib.

Mouelhi Sghaier - 01-09-2015 19:25

Je suis assez d accord avec vous Madame sur l orientation des éléments de réponse que vous apportez aux interrogations que cet événement soudain ont soulevé chez vous....juste je suis un enfant d immigré né en France .....vous faites fausse route quand vous dites que la majorité des immigrés se sont réfugiés dans la misère intellectuelle....cela existe certes mais ils ne sont certainement pas une majorité. ...votre serviteur ....le tiers monde. Mouelhi Sghaier.

Aude Wessel - 03-09-2015 10:43

Quand même, interdire le maillot, ils sont intolérants: tout le monde n'est pas adepte du naturisme.

Moez Belhedi - 04-09-2015 09:30

Madame je trouve que le titre de votre article n'est pas adéquat au faits relatés et ce n'est pas à cause d'une remarque déplacée d'une personne âgée que les plages à Korba vont être interdites. Arrêtons les polémiques....................Il y a des problèmes plus graves que ça en Tunisie dont on ne parle jamais.........

Karim - 13-08-2016 14:53

Ce qui est certain ,c est qu il faut revoir pas mal de choses, et vraiment la droit comme la gauche ont perdus le nord ......

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.