News - 09.03.2015

Une mesure portant atteinte aux droits des femmes lors de la journée internationale des droits des femmes

Une mesure portant atteinte aux droits des femmes en la journée internationale des droits des femmes

Ce matin je me présente à l’aéroport pour voyager au Maroc, à ma surprise on me demande une autorisation paternelle pour passer la frontière! Tout en sachant que je suis Tunisienne, majeure (28 ans), mariée et résidente à l'étranger. Le contrôleur de police commence par me demander, avec arrogance, les raisons de mon voyage au Maroc. Je lui explique que je prépare une thèse de doctorat entre la France où je réside et le Maroc où je fais mes études de terrain. Il me demande alors un ordre de mission! J'essaye de lui expliquer calmement face à ses intimidations qu'il ne s'agit pas de mission mais d'une étude de terrain que je réalise au Maroc, dans le cadre de ma thèse ; et que je ne rentrerai en France qu’une fois mes enquêtes de terrain finies. Il me demande, alors mon billet de retour en France. J’essaye de me calmer et de lui expliquer que je n’aurai un billet de retour en France qu’une fois j'aurai fini mon travail au Maroc et que ce retour est prévu pour la fin du mois de mai. L’agent de police des frontières finit par me demander une autorisation paternelle pour qu’il me laisse passer. Déstabilisée de cet excès de zèle, je commencé à rire de la situation, ce qui a déplu à notre ami qui m’a dit que la loi n’était pas une plaisanterie. 

Je sais qu’en Tunisie un enfant mineur dont les deux parents sont Tunisiens ne peut quitter le territoire sans une autorisation signée par son père. J’avais déjà entendu des témoignages de femmes majeures voyageant non accompagnées obligées de présenter une autorisation de quitter le territoire signée par leur mari ou leur tuteur. Mais cela me paraissait invraisemblable jusqu’à ce que j’y sois confrontée. Je me suis renseignée et on m’a affirmé qu’il n’y a pas en Tunisie de loi, décret-loi ou circulaire qui restreigne le voyage des femmes, à moins que des décisions n’aient été prises sans qu’elles ne soient rendues publiques. Quoi qu’il en soit, selon la constitution, en Tunisie, une femme majeure est libre de voyager. Ces mesures, bien qu’elles soient motivées par des raisons sécuritaires, constituent une menace à la liberté de circulation des femmes, surtout quand leur application dépend du jugement personnel de l’agent.

Ne restons pas muettes face à cette discrimination, à cette atteinte aux libertés constitutionnelles et aux droits de la femme !

Meriem Baccar


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
Zezel - 09-03-2015 21:55

C'est appliqué, en raison des voyages en syrie et ça concerne tout le monde qui a moins de 30 ans et dès qu'ils ont le moindre doute. Mais là, bien d'accord, ils abusent, la loi n'est pas une plaisanterie dit-il. Et bien à voir comment elle est uttilisé, je pense que si. Juste ridicule voilà tout.

Abdel Rahim - 10-03-2015 20:05

En effet, c'est incroyable mais vrai.! Et on nous bassine à longueur de journée avec les prétendus droits acquis de la femme tunisienne, mais quel droits, surtout surtout le plus élémentaire d'entre-eux, celui de la liberté de se déplacer et de quitter son pays et y retourner.

Mansour Lahyani - 11-03-2015 11:20

Effectivement, il n’y a pas en Tunisie de loi, décret-loi ou circulaire qui restreigne le voyage des femmes. Ce fonctionnaire de police a fait preuve de zèle imbécile, qui mérite d'être sanctionné ! J'espère que l'auteure de cet artile ne s'est pas laissée impressionner par tant de stupidté malfaisante et qu'elle aura protesté comme il se devait ! Dommage que l'article ne nous dit pas la fin de l'histoire !

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.