Opinions - 09.03.2015

Pour Mohamed Talbi

Pour Mohamed Talbi

Un proverbe bien de chez-nous affirme : « Si tu n'as pas honte, fais ce que tu veux !  » Cela veut dire que ce que fera l’effronté relèvera du dérisoire auquel personne ne fera attention étant, au mieux, un braiment d'âne !

Et notre génial poète Mutanabbi soutient dans l'un de ses sages vers : « Si un fruste médit de moi | c'est bien la preuve de mon raffinement ».

C'est ce qu'on peut dire de ceux qui médisent de notre professeur émérite Mohamed Talbi. Car il est bien au-dessus des indignes menées cherchant à l'atteindre sans jamais dépasser son talon. De fait, ses détacteurs sont comme celui qui crache au ciel, recevant son crachat sur la figure.

Qu’a donc fait M. Talbi pour mériter un tel déchaînement haineux de médiocrité ? Il a juste été coupable de pensée libre !

C'est parce que M. Talbi, fidèle à ses valeurs, a dit tout haut ce que certains n'osent pas penser tout bas, qu’il a déclenché la curée des minables.

Pourtant, les propos de M. Talbi sont sensés. Appelant à préserver notre belle religion menacée par un déferlement de sauvages intégristes, il n'a cessé de militer pour une nouvelle exégèse du corpus sacré. Ce qui est une banalité puisque l'effort d'interprétation est une obligation qui s'impose à tout musulman.

Dans ce cadre, il a rappelé une vérité que seule une mauvaise foi caractérisée rejetterait aujourd'hui, à savoir qu'il n'est point d'interdiction de l'alcool dans le Coran; c’est juste l'ivresse qui y est interdite, plus particulièrement pour faire la prière.

Certes, la jurisprudence islamique s'est figée à tort sur une interdiction injustifiée que le quotidien des musulmans contredit d'ailleurs, puisque l'alcool n'a jamais été autant consommé que dans les pays musulmans prohibitionnistes. Et même en Tunisie où la tolérance reste limitée, au vu des restrictions injustifiées à la vente de l'alcool (interdiction de vente le vendredi et conditions stigmatisantes dans les commerces), la consommation reste bien élevée.

Il est temps d'arrêter avec cette hypocrisie qui ne fait que du tort à notre religion qui reste la plus libérale et la plus respectueuse des libertés privées.
Avec la menace de Daech à nos portes, la meilleure contre-offensive est de magnifier le côté libéral et tolérant de l'islam. Or, des voix précieuses comme celle de Mohamed Talbi peuvent aider à sortir notre religion de l'horrible bourbier sanguinaire où elle s'enlise.

Aussi, on doit donner raison à notre éminent penseur, non seulement parce qu'il n'a dit que la stricte vérité, mais aussi pour faire taire les voix de ces fous qui ne se rendent pas compte qu’ils détruisent notre islam dans ses fondations : celles de sa tolérance et de son respectde libertés privées  reconnues et consacrées.

Pour manifester leur soutien à la parole de vérité de M. Talbi, nos autorités se voulant libérales doivent donc s’empresser de lever toutes les restrictions à la consommation de l'alcool qui se prétendent d'inspiration islamique. Car il n'en est rien. Comme d'autres, M. Talbi l'a rappelé et il est crédible. Écoutons notre éminent professeur !

Farhat Othman

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
5 Commentaires
Les Commentaires
el khlifi mokhtar - 09-03-2015 11:49

Ce savant doit faire l'objet d'une protection policière discrète mais rapprochée bien qu'il soit contre.

ridha L - 09-03-2015 14:48

correction d'une erreur intentionnelle svp: ce que vous avez écrit en début n'est pas un proberbe mais un hadith de notre prophète. De l'islam acceptable... Il s'agira pour toi d'affirmer que le foulard n'est pas une prescription islamique, que l'homosexualité est bienvenue (sans oser ajouter de nuance) et de taire toute critique à l'égard de l'Etat d'Israel (sur ce point tu dois être un apolitique convaincu). Et de t'excuser enfin à chaque attentat qui touchera l'Occident (les autres sont moins graves s'entend). Alors tu seras reçu par les Présidents et les Ministres, respecté, représentant de "l'islam modéré" avec l'ultime espoir, ô consécration, d'être invité au dîner du CRIF... Qui donc rappellera aux intellectuels démissionnaires, aux journalistes conformistes et peureux et à ses politiciens serviles, que la Tunisie perd son âme et que ces injonctions à "penser comme l'on doit" sont la plus grande trahison de la part la plus lumineuse de notre héritage . A faire pleurer Victor Hugo, et tant d'autres..

Mehdis - 09-03-2015 18:36

"Aussi, on doit donner raison à notre éminent penseur, non seulement parce qu'il n'a dit que la stricte vérité".. Alors comme ça, vous, vous avez jugé que "notre" éminent penseur ne dit que la "stricte vérité"? Sur quoi se base votre jugement si tranchant? Sur vos connaissances religieuses approfondies? Sur les recherches et les études que vous avez menées? Sur l'historique de Talbi? Sur son CV? Et puis, je n'ai pas vu de "détracteurs", personne ne l'a provoqué, personne n'est allé le déranger.. Il a choisi de son propre gré de faire le buzz en avançant ses pensées douteuses au grand public et en se ridiculisant avec son attitude honteuse dans les émissions où il a été invité. Talbi est apparu comme un vieillard têtu refusant toute forme de dialogue, attaquant tous ceux qui osent le contredire, refusant même d'argumenter convenablement pour expliquer ses allégations.. Que voulez-vous? Qu'on répète tous avec lui "Le coran n'a pas interdit" en applaudissant pour prouver ainsi notre respect envers sa Grande personne?

Cheffi - 10-03-2015 05:15

C un doyen respect . Il en faut des hommes comme lui qui savent analyser et nous démontrer des verites

mohamed taher - 11-03-2015 20:44

C'est malheureux de voir cette horde de fanatiques refuser la pensee d'un eminent savant comme m.Talbi le traitant de tous les noms . C'est une atteinte a la liberte de pensee

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.