Opinions - 03.02.2015

La politique est l'art de l'impossible

La politique est l'art de l'im-possible

Ce qu'il y a peut-être à retenir le plus de la nouvelle mouture du gouvernement Essid, c'est moins l'entrée officielle d'Ennahdha que la mise à l'écart d'une figure éminente de la défense des droits de la femme et de l'État civil, Madame Khedija Cherif qui devait occuper le ministère de la femme.

 
Assurément, cela traduit l'influence du parti islamiste qui a opposé son véto à cette figure de proue de la lutte contre le voile appelé à tort islamique alors qu'il n'est au mieux qu'une coutume méditerranéenne, sinon une tradition bel et bien judéo-chrétienne et en rien islamique.
 
Or, si le nouveau pouvoir commence à céder ainsi sur le coeur de cible de ses valeurs humanistes et civiles, cela augure mal de l'aboutissement des réformes qu'il est censé conduire dans le cadre de la réforme nécessaire du droit positif tunisien ! On verrait mal alors le gouvernement abolir les lois scélérates, telles celles sur l’homophobie, ou les interdictions variées au nom du sacré et d’une conception intégriste de la foi.
 
Aussi, doit-on faire le requiem d'une future avancée des acquis de la femme et des droits à la différence avec l’exclusion du gouvernement de celle qui fut une des  fondatrices de la vaillante Association des Femmes Tunisiennes Démocrates et dont la présence aura été éminemment symbolique et qui n’aura pas manqué de retombées bénéfiques pour le nouvel État civil tunisien ? Ce serait alors pour le président de la République renier ses engagements auprès des femmes qui composent l'essentiel de son électorat !
 
Cependant, connaissant le talent de M. Caïd Essebsi qui se doit de faire face à celui de son concurrent, devenu un partenaire obligé, M. Ghannouchi, on doit s'attendre à des tours de sa part pour reprendre l'initiative en matière des valeurs démocratiques.
 
Aussitôt le gouvernement adoubé à l'Assemblée, gageons qu'il reprendra l'action en faisant montre de l'étendue de son talent. L'égérie des droits de la femme tunisienne serait assurément chargée d’une mission à la hauteur de ses talents et de son ambition réformatrice. 
 
D’ailleurs, M. Essebsi n'a-t-il pas promis durant sa campagne électorale de réformer la législation inepte et injuste sur les stupéfiants ? Attendu sur ce registre, il pourrait bien en faire la première réplique à l’apparent poids pris par Ennahdha dans la composition du gouvernement. Sans doute il y aura alors de quoi relativiser les propos de tous ceux qui dénoncent aujourd'hui les concessions faites à Ennahdha. 
 
 C'est que la politique est bien l'art de rendre possible l'impossible, même et surtout si l’on commence par donner l'impression de se limiter à l'im-possible ; car il emporte toujours une possibilité du moment que la volonté politique est affirmée, claire et déterminée.
On ne peut qu’adhérer à cette définition de la politique et la croire être l'état d'esprit de M. Caïd Essebi qui, en vieux briscard de cet art, fait assurément sienne la sage parole de Martin Heidegger : « Au-dessus de la réalité, il y a la possibilité ».
 
Farhat Othman
Tags : khedija-cherif  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
TOUNSIA - 03-02-2015 20:42

article non conforme à la réalité, Madame Cherif en tant que femme démocrate et défense des Droits de l'Homme ne pouvait accepter d'etre aux cotés des islamistes qu'elle combat.

T.B. - 03-02-2015 21:58

C´est en effet une question impossible á resoudre á la femme que de porter ou ne pas porter le voile. Cela n´aurait de sens que si on arrête de chercher la femme, mais c´est impossible. Si on prend l´exemple de l´Europe on est dans la meme situation impossible dans laquelle se trouve la femme, l´homme cherche toujours la femme,c´est ce qu´elle dit elle-même et certaine on declaré, á une question sur l´égalité des chances dans l´accés aux postes quelqu´ils soient comme les hommes, elles ont répondu que ce qui les empêchent de chercher des postes de direction c´est parceque les hommes ne cessent de les regarder meme si la femme est directrice d´une banqe par exemple. En fin on cherche toujours la femme. Donc avec ou sans voile la femme n´échappe pas aux harcellement sexuel.C´est une mission impossible.

Béchir Toukabri - 04-02-2015 19:38

Trêve de sophisme,il n'y a rien au dessus de la réalité. Ce qu'il y a c'est le réel et la réalité qui inclue les hommes avec leurs espoirs,leurs rêves, leurs désirs. Et ce qui les fait agir ces hommes c'est surtout leur volonté et leurs intelligence, qu'ils ont appris de l'évolution dialectique de la réalité sous toutes ses formes.Le nouveau gouvernement est une véritable bombe à retardement. Et BCE à voulu trop jongler, ce qui l'amènera à sa perte. L'idéologie d'Ennahdha est en pleine contradiction avec l'idéologie qui a porté Nidaa Touness et BCE au pouvoir. La constitution du nouveau gouvernement a été réalité au forceps.Et la confiance du parlement ne sera que de façade.Ces contradictions vont durer longtemps jusqu’à l'explosion. Parce que la classe politique qui a kidnappé la volonté populaire s'accroche maladivement au centrisme, au juste milieu, à la démocratie, au consensus...et bien d'autres balivernes.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.