Hommage à ... - 07.11.2014

15ème anniversaire de la disparition d'Abdelhamid Escheikh: Hommage à un grand patriote

Il y a tout  juste quinze ans, le 8 novembre 1999  nous quittait un grand patriote, un homme d’une trempe exceptionnelle. Abdelhamid Escheikh était alors président du comité d’organisation des Jeux méditerranéens 2001 quand il s’était éteint des suites d’une longue et pénible maladie au cours de laquelle il avait fait montre d’un courage exemplaire.

A 64 ans, le sportif accompli, le militaire ayant atteint le grade le plus  élevé de sa hiérarchie, le diplomate qui a réussi là où il était passé, l’homme politique droit et rigoureux nous avait quitté pour un monde meilleur. D’un patriotisme autant sourcilleux qu’intraitable, il rappelait sans cesse ses origines modestes et son ancrage dans la Tunisie profonde. Né à Tunis dans le quartier des Mtawas entre Rue Tronja et Bab Khadhra, il se faisait une fierté de rappeler ses origines modestes et la ville de ses aïeux Metouia, une belle oasis maritime du  gouvernorat de Gabès.

A l’indépendance de la Tunisie en 1956, il interrompit ses études de droit pour faire partie de la première promotion envoyée en formation à l’Ecole militaire de Saint Cyr qui constitua le premier noyau des officiers de la jeune armée tunisienne. Il poursuivit sa formation aux Etats unis au «Command and General Staff College» puis de nouveau en France à l’Ecole supérieure de guerre. Il fit partie de la mission des Casques bleus tunisiens sous la bannière de l’ONU au Congo en 1960.En juillet 1961, le lieutenant Abdelhamid Escheikh prit part à la guerre de Bizerte au sein du l’Etat-major tactique aux côtés de ses aînés le Lieutenant-colonel Ali Kortas, et les Commandants  Mohamed Salah Mokaddem  et Mohamed Béjaoui entre autres. Il gravit tous les échelons de l’armée tunisienne jusqu’à en devenir le chef d’état major général. Il était le plus jeune officier supérieur à avoir été promu au grade militaire le plus élevé, celui  de général de corps d’armée.

Abdelhamid Escheikh fut l’un des militaires qui avaient cultivé au sein de l’armée l’esprit républicain qui est resté la marque de l’armée tunisienne et qui lui a permis de jouer un rôle essentiel dans la révolution des 17décembre 2010-14 janvier 2011. Suite au congrès du PSD en 1979 dont l’organisation fut confiée à l’armée, ce que Bourguiba n’apprécia guère, il entra en diplomatie comme on entrait en religion avec dévouement et abnégation. Il y montra de grandes qualités insoupçonnables. A Khartoum, il retrouva le général Gaafar Numeïri, mais quand celui-ci fut balayé par un coup d’état,  lui resta en mémoire la période Siwar Al-Dhahab quand le Soudan vécut son âge d’or démocratique qui fut de courte durée.  Il fut ensuite muté à Dakar où Lépold Sedar Senghor venait de passer la main à son premier ministre Abdou Diouf puis à Alger sous la présidence d’un autre militaire, Chadli Ben Jédid.

Lui, le bourguibiste convaincu, il avait rejoint le changement du 7 novembre 1987 sans états d’âme car comme beaucoup il avait cru que ce mouvement devait «sauver Bourguiba de Bourguiba», selon le mot de Mohamed Masmoudi. Nommé ministre de la jeunesse et des sports en avril 1988 (il succéda à Fouad Mebazaa), il accéda très vite au ministère des affaires étrangères en juillet de la même année au lendemain du 1er congrès du RCD dont il devint membre de son bureau politique. A ce poste il rappelait sans cesse qu’au Sommet arabe de Casablanca en octobre 1989, il fit des yeux le tour des présents trouvant que  le chef de l’Etat tunisien était le seul à avoir un mandat  déterminé dans le temps. Peu auparavant une révision constitutionnelle ramenait le mandat présidentiel à trois mandats  au maximum. Tous les chefs d’Etat présents étaient soit des rois ou des émirs, soit des présidents à vie. C’est sûr qu’il se serait opposé avec force à  la révision constitutionnelle de 2002 qui avait ouvert la voie à la présidence à vie, ce qui était impensable pour l’homme de parole qu’il était car  en totale contradiction avec les engagements pris dans la déclaration du 7 novembre.

En mars 1990, il fut muté au ministère de l’Intérieur où il resta moins d’une année. Dans l’affaire de Bab Souika  le militaire loyal et discipliné qu’il était  resté dans l’âme assuma pleinement ses responsabilités en acceptant d’être relevé de ses fonctions. Il retrouva la diplomatie en février 1991 comme ambassadeur de Tunisie à Paris où il montra d’indéniables qualités autant auprès du pays d’accréditation que de la communauté tunisienne en France qui lui vouait respect et considération. A Paris ceux qui avaient eu le privilège de travailler avec lui se souviennent d’un homme droit, affable, toujours disponible, un chef qui savait déléguer mais aussi soutenir ses collaborateurs. Il était un animateur  d’équipe qui écoutait  et tranchait  toujours dans le bon sens sans jamais craindre d’assumer ses décisions. Contrairement à ce qu’on pouvait penser d’un ancien militaire (un dur des durs) il était un homme de dialogue, ouvert et d’une immense tolérance.

Alors que le discours officiel était de prétendre que «tout allait bien dans le meilleur des mondes»,  lui disait qu’on n’était qu’au tout début du chemin et que tout pouvait être remis en cause si on n'y prenait garde. C’est d’ailleurs sa sincérité, son patriotisme, son attachement aux institutions plus qu’aux personnes qui lui jouèrent des tours. Limogé de son poste sans raison, il prit les choses avec patience et philosophie. Quand on fit appel à lui pour diriger le  comité d’organisation des JM 2001, l’homme discipliné au service de sa patrie d’abord et avant tout ne pouvait se dérober aux responsabilités qu’on lui confiait. Sa disparition prématurée  ne lui avait  pas permis  d’assister à ces Jeux.

Sportif pratiquant et dans l’âme, il était aussi un dirigeant d’une haute qualité.Footballeur à la Jeunesse sportive Methouienne, club de la capitale, il fut président de la FTF. Cavalier émérite, il présida aux destinées de la fédération tunisienne des sports équestres. Tireur d’élite Il dirigea aussi la Fédération de Tir. Il faisait tous les jours son jogging qu’il vente ou qu’il pleuve. Il s’est mis aussi au Tennis, le sport qu’il pratiquait avec ses collègues diplomates.

Qu’aurait fait Abdelhamid Escheikh face au soulèvement populaire qui déboucha sur  la révolution du 14 janvier 2014. Ceux qui l’ont connu de près sont  persuadés qu’il aurait soutenu le mouvement des jeunes des régions défavorisées. Le militaire républicain qu’il était ne pouvait qu’être aux côtés de son peuple. Peut-être aurait-il conseillé au président déchu d’entendre la jeunesse et de s’éclipser. Lorsqu’il était ambassadeur à Paris, le général Rachid Ammar (il était colonel à ce moment) était attaché militaire à l’ambassade. Le courant passait bien entre les deux hommes. On est du reste  convaincu qu’Abdelhamid Escheikh aurait préconisé tout du moins soutenu  la démarche républicaine de son lointain successeur à la tête de l’état major général de l’armée.

Abdelhamid Esheikh avait le sens de la famille et de l’amitié. Il avait laissé une veuve éplorée Faouzia, sœur de l’ancien rédacteur en chef  de  TAP et l’un des chevilles ouvrières de sa rédaction sportive,  feu Rabah Rochdy et  deux  grandes filles Oumaya et Myriam qui lui ont donné des petits-enfants qu’il aurait aimés et chéris plus que tout. Le couple Abdelhamid et Faouzia Escheikh resta néanmoins à jamais marquée par la mort accidentelle de leur troisième fille.

Ses collègues de l’armée, les diplomates qui ont travaillé avec lui ou sous son autorité, ses camarades nombreux  et ses amis de tous horizons continuent d' évoquer son souvenir avec respect et considération.
Que son âme repose en paix.

Allah Yarhmou.

R.B.R.

 

Tags : Habib Bourguiba  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
2 Commentaires
Les Commentaires
Abdallah Labidi - 10-11-2014 11:06

L'estime et la sincère amitié que l'auteur témoigne au grand défunt Abdelhamid , n'a en rien altéré de sensiblerie et de complaisance de circonstance ,la description qu'il fait de sa personne et de son parcours.Rien à y ajouter. Feu Abdelhamid Escheikh fut un Homme au sens le plus complet et le noble du terme. Allah Yarhmou

Michel Hafayedh - 30-01-2015 23:43

***Je pleure encore la mort de mon tres cher cousin Abdelhamid Escheikh et qui fut comme mon frere aine! Abdelhamid representait et represente encore le prototype et les marques genetiques de l' homme Metouien de Tunis! L' auteur de l' article R.B.R ne savait pas ou ignorait que son bureau a l' Ambassade a Paris etait sur ECOUTE TELEPHONIQUE par Zaba et sa trotteuse Leila, detectee par un materiel sophistique que je lui ai fait livrer en personne par mon frere a Paris des Etats Unis d' Amerique!!!

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.