News - 27.10.2014

La fête électorale et ses stigmates

On ne doit assurément pas dédaigner notre plaisir et notre fierté; ces journées historiques de premières élections libres se sont déroulées somme toute convenablement. Cela constitue une première, non seulement en Tunisie, mais aussi dans tout le monde arabe et musulman.

Une nouvelle donne politique

Surtout qu'elles annoncent une recomposition de la scène politique avec le maintien du parti islamiste comme force qui a son poids, mais désormais derrière ceux qui ont été tenus trop longtemps hors du pouvoir, empêchant la Tunisie de profiter de leurs talents et de leur compétence.

La perspective de se diriger vers une entente consensuelle axée sur les compétences est de bonne guerre en une Tunisie où le Dialogue national a été une belle innovation qu'il faut faire fructifier.

Toutefois, comme il ne faut pas verser dans le dénigrement pour les bavures inévitables en un parcours encore tout nouveau, tout neuf, et donc forcément fragile et imparfait, il ne nous fat pas céder non plus à l'euphorie ou à la fausse fierté.

La condition sine qua non pour continuer à progresser est de garder les pieds sur terre et regarder les choses avec sérénité et lucidité. Cela nous permettra alors de réaliser, comme on dit en rugby, qu’avec ces élections législatives il ne s'agissait que d'un essai réussi ; or, il nous faut le transformer lors des échéances électorales à venir, dont notamment la présidentielle qui suit immédiatement.

Aussi, ayons sur ces élections plutôt un regard clinique pour distinguer leurs stigmates afin de les soigner. Le stigmate n’est pas seulement une marque sur la peau d’une maladie ou d'une blessure, c'est aussi un signe pathologique qui indique un état de détérioration qu'il importe de soigner.

Nombre d'erreurs, d'infractions et de bavures ont été répertoriées et rapportées à l'Instance indépendante en charge des élections et c’est de sa responsabilité des les examiner le plus sérieusement du monde pour en tirer toutes les conséquences qu'elles impliquent. C'est ainsi qu'on garantira l’enracinement de notre pays dans la démocratie et qu’on fructifiera la nouvelle donne politique qui se profile.

Les stigmates de la fête

Car il ne faut pas se leurrer sur le taux de 60% de participation; il est d'abord très inférieur à celui de 2011. Ensuite, il nous faut  le rapporter à ce qu'il est en réalité, soit juste 36% des Tunisiens en âge de voter.

C'est effarant, et cela démontre à quel point la confiance manque encore chez le peuple, dont surtout les habitants des régions défavorisées dont on a vu le taux assez faible de participation, comme à Sidi Bouzid qui a enregistré le taux le plus bas.

Cela met l’accent sur le travail pédagogique qui reste à faire et sur la culture politique à cultiver en travaillant à minimiser l’écart entre le peuple et ses élites.

Un travail d’éthique politique est aussi à faire. Ainsi, les listes électorales qui ne devaient pas présenter de problèmes majeurs du fait de l'existence déjà des listes de la précédente élection ont concentré nombre d'imperfections inquiétantes. De plus la compétence de certains des responsables des bureaux et leur neutralité n'étaient pas à la hauteur des attentes.

Nous ne voudrions pas terminer sans citer un stigmate dont personne ne parle et qui est pourtant symboliquement néfaste, ses effets faisant des ravages au niveau de l'inconscient, agissant dans notre imaginaire. Il s'agit de la fameuse encre électorale inutile qu'on porte sur le doigt comme cette marque anciennement imprimée au fer rouge en punition sur le corps des détenus. J’en connais qui ont refusé de voter pour cause de ce stigmate jugé comme une tare de sous-développés.

De fait, une telle encre contribue à la dévalorisation de l'image de l'électeur, stigmatisant son incapacité à être comme tout autre électeur des pays démocratiques. De plus, elle symbolise l’amalgame à éviter entre l'acte électoral et la pure opération commerciale.

En effet, on a vu apparaître cette encre dans toutes les élections depuis le printemps arabe comme un commerce bien juteux pour les intérêts qui la commercialisent. Une telle confusion et à éviter et il serait sain et éthique d’y mettre fin pour la plus prochaine des élections.

On ne peut mélanger l'acte électoral et un pur acte commercial, d’autant plus que l'argent politique a été bien présent lors de ces élections, y faisant même quelques ravages. Aussi doit-on donner l'exemple en luttant contre toutes ses manifestations, évidentes comme occultes.

Farhat Othman

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Citoyenne tunisienne - 28-10-2014 00:13

Je suis d'accord sur ce qui est dit sur cette encre indélébile colorant notre phalange. Nous serons considere comme majeure et responsable lorsque nous cesserons d'utiliser cette encre comme "marqueur" pour les élections tunisiennes. Ainsi que tous les pays démocratiques .

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.