News - 10.04.2014

Scholars at Risk: Habib Kazdaghli sacré doyen du ‘‘Courage'' par un Congrès mondial

«Leaders» (Exclusif) - Le doyen de la Faculté des Lettres des Arts et des Humanités de La Manouba (FLAHM), Habib Kazdaghli, sacré «Doyen du Courage» mercredi à Amsterdam, a rendu un vibrant hommage aux fondateurs de la Tunisie moderne, Habib Bourguiba et Tahar Haddad… et aux martyrs tombés pour la liberté, particulièrement Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

M. Kazdaghli, rendu mondialement célèbre par le bras entre l’administration de la Faculté et des fondamentalistes qui ont voulu en 2011 lever l’interdiction du port du "niqab" dans l’enceinte du campus, s’est vu attribuer le Prix ‘Courage to Think’ décerné par le Congrès Scholars at Risk (SAR), un réseau de plus de 330 établissements d'enseignement supérieur internationaux, qui se donne pour objectifs la promotion de la liberté académique et la protection des chercheurs contre d’éventuelles menaces.
http://www.leaders.com.tn/article/amsterdam-le-manoubistan-au-menu-d-un-congres-mondial-sur-la-liberte-academique?id=13778

Son Congrès annuel, ouvert mercredi en présence notamment du Rapporteur spécial des Nations-Unies sur les droits de l'Homme en Iran, Dr Ahmed Shaheed, et de Craig Calhoun, directeur de London School of Economics, doit se poursuivre jeudi.

Dans son allocution annonçant l’attribution du Prix, le président du conseil d'administration de ‘Scholars at Risk’, Jonathan Fanton, a notamment mis l’accent sur «le rôle du professeur Habib Kazdaghli en faveur de la liberté académique».

“Le travail d’historien et d’universitaire du Professeur Kazdaghli est profondément ancré dans les questions d'équité, aussi a-t-il défendu le droits des minorités, y compris la minorité juive de Tunisie, d’accéder à l’université moderne sur la base du mérite (…) ce qui a fait de lui une cible pour la communauté extrémiste», a déclaré M. Fanton dans une référence aux événements de La Manouba qui avaient fait le tour du monde.

Hommages en série

Après avoir reçu le Prix, le Doyen Kazdaghli a été invité à prononcer une allocution  de circonstance dans laquelle il a exprimé ses remerciements à Scholars at Risk, mais aussi à rendre un hommage appuyé à la «Tunisie des Lumières».

«J’interprète cette récompense comme un hommage à la Tunisie moderne qui a misé sur le savoir, sur l’ouverture,  sur le progrès et sur la liberté de la femme, à l’école et à l’Université tunisienne qui ont mis en œuvre le projet moderniste et réformiste tunisien dont le collège Sadiki, une institution scolaire prestigieuse fondée en 1875 et qui a formé l’élite qui a permis à la Tunisie d’accéder à l’indépendance et de fonder un Etat moderne», a-t-il dit.

«Je ne peux m’empêcher, en recevant ce Prix, d’avoir une pensée à la mémoire des fondateurs de la Tunisie moderne, à Habib Bourguiba, à Tahar Haddad, à tous les réformistes tunisiens qui ont essayé, dès le XIXème siècle, de faire la synthèse entre les différents apports historiques engrangés par la Tunisie à travers sa longue histoire et la modernité avec tout ce qu’elle comporte de rationalité», a ajouté M. Kazdaghli.

«J’ai une pensée émue pour les hommes courageux tombés pour la liberté, à mon avocat Chokri Belaid, froidement assassiné devant son domicile le matin du 06 février 2013, au député Mohamed Brahmi, lâchement assassiné devant chez lui le 25 juillet, en présence de sa femme et de ses enfants, le jour de la fête de la République, aux soldats tunisiens égorgés par les terroristes et aux forces de la police, fervents patriotes et ardents défenseurs de la liberté et des Lumières contre les forces de l’obscurantisme », a-t-il notamment déclaré.

Tard dans la soirée, ‘Scholars at Risk’ a annoncé sur son site officiel : Breaking News - From the Scholars at Risk (SAR) Congress:

“Habib Kazdaghli, Dean of the Faculty of Letters, Arts and Humanities at the University of Manouba, Tunisia, is awarded SAR's “Courage to Think Award!”. Congratulations to Dean Kazdaghli -- his courage and commitment inspire us all”.

(“Le Prix ‘Courage to Think’ est décerné à Habib Kazdaghli, Doyen de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l'Université de la Manouba, Tunisie. Félicitations au  Doyen Kazdaghli - Son courage et son engagement nous inspirent tous”).

Dans une première déclaration à «Leaders», M. Kazdaghli a qualifié d’«émouvante» la cérémonie officielle de la remise du Prix et d’«intéressant, l'argumentaire du professeur Jonathan Fanton  justifiant son attribution ».

Une avalanche de questions

Auparavant, Mélanie Adrian, maître assistante à l'Université internationale Carleton (Canada), s’est adressée en ces termes à M. Kazdaghli, en le présentant à l’audience nombreuse, composée d’universitaires, de chercheurs et d’étudiants.

‘‘Habib, vous êtes devenu une figure emblématique pour avoir défendu votre université. Les événements de La Manouba ont été retransmis aux médias locaux et internationaux, dans les journaux, les réseaux sociaux…’’, a déclaré Mélanie Adrian.
 
Après une brève introduction résumant les principales péripéties de cette affaire, devenue emblématique du bras de fer entre  laïcs et islamistes en Tunisie, Mélanie Adrian devait interviewer M. Kazdaghli dans le cadre d’un débat intitulé "Violence sur le campus: comment aller de l’avant ? ".

‘‘Habib, qu'est-ce que ça fait d'être dans ce genre de situation et comment êtes-vous arrivé à gérer une telle pression au sein l'université? Vous êtes-vous tourné vers un une institution ou une personne influente pour avoir de l’aide? Qu'en était-il de la position du gouvernement? Sachant ce qui s’est passé, seriez-vous prêt à revivre les mêmes situations et à prendre les mêmes positions tout en connaissant les risques auxquels vous vous exposeriez? Et votre famille comment-a-t-elle vécu votre situation? Après des mois de paralysie politique, la Tunisie a un nouveau gouvernement  provisoire pour restaurer le fonctionnement du pays, tout le monde se prépare pour les élections, et récemment les Tunisiens ont approuvé une nouvelle Constitution qui est la première dans le monde arabe à inclure explicitement la protection de la liberté académique comme l'un de ses articles. Selon vous, la bataille est-elle gagnée? L’espace universitaire est-il désormais en sécurité? Si ce n’est vraiment pas le cas encore, selon vous quelles seraient les failles qui pourraient se transformer en éventuelles menaces pour l’espace universitaire? Au cas où ces menaces pourraient se concrétiser dans un futur proche, quel serait le moyen le plus efficace que la communauté de l'enseignement supérieur internationale pourrait utiliser pour vous aider à défendre l’espace universitaire en Tunisie? Le thème du Congrès de cette année est «La liberté de penser, la responsabilité d'agir: Universités, la liberté académique et des droits humains".

Pensez-vous que les universités et leurs membres ont la responsabilité d'agir? Si oui, quelles sortes de motivations vous pousseraient à vous engager dans un tel combat? Quels types d'action seraient les mieux appropriés pour s'acquitter de cette responsabilité, selon les besoins de votre pays?

Habib Trabelsi

Lire texte integral de l’allocution de M. Kazdaghli

 

 

Tags : Habib Kazdaghli   Leaders   Niqab  
Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager Abonnez-vous
commenter cet article
1 Commentaire
Les Commentaires
Danielle LAGUILLON HENTATI - 12-04-2014 08:28

Bravo, M. le Doyen ! Ce prix honore votre courage: dans vos recherches scientifiques et votre enseignement universitaire, dans votre engagement en faveur des forces de progrès, dans votre défense de l'Université et des valeurs universitaires. Vous êtes un homme d'exception qui honorez la Tunisie.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.