Saadedine Zmerli

2011-09-02
6349 Visites | 9 Commentaires

Entre inquiétude et espoir

Saadedine Zmerli
voir les 9 commentaires       Imprimer 

Vous ne cachez pas votre inquiétude concernant la situation actuelle ?

Oui, les motifs ne manquent pas et dans plusieurs domaines, particulièrement ceux de l’emploi, de la sécurité et de la communication.

Les résultats concernant l’emploi sont très mitigés et  représentent une source d’inquiétude, une inquiétude partagée.

Pourtant, dès sa prise de fonction le 4 mars  Béji Caïd Essebsi a insisté sur la nécessité de lutter contre le chômage et de favoriser l’emploi des jeunes diplômés sans travail des régions frontalières , initiateurs de la révolution, qui n’ont cessé de réclamer du travail pour sortir de la misère et aspirer à une vie décente et digne.
Mais comment procurer des emplois à ces jeunes ? Quand grèves et sit-in se multiplient avec des conséquences économiques menant le pays à la faillite.

Nous avions dénoncé en février la grève qui avait entrainé l’immobilisation du port de Tunis et de l’aéroport de Tunis-Carthage pendant plusieurs jours, au grand dam des voyageurs.

Un autre exemple difficile à comprendre, celui de la cimenterie d’Enfidha, première entreprise du secteur, à l’arrêt depuis le 27 juin, suite à la confiscation de son matériel par des habitants d’Aïn M’dhaker. La société emploie 800 travailleurs et contribue à l’emploi de 50000 personnes environ.   

Aujourd’hui nous avons besoin de la reprise, le plus tôt possible, de notre tourisme générateur d’emplois et de la reprise d’activité des sociétés étatiques et privées aujourd’hui arrêtées.
 Les doléances des travailleurs doivent être  étudiées sérieusement, mais sans attendre les résultats et  les modalités, la reprise du travail  doit être immédiate.

C’est grâce à la sécurité, à la stabilité
, à une définition claire et transparente de nos capacités et à une conception nouvelle de nos échanges que reviendront les investissements  étrangers, source de création d’emplois indispensable à notre économie.

Notre souci second est l’attitude de la police qui ne parvient pas encore à assumer pleinement toutes ses responsabilités. Son premier rôle est d’aider ses concitoyens. Mais aussi d'assurer la sécurité dans le pays, indispensable à la remise en marche de l’économie. C’est en assumant son double rôle qu’elle sera respectée.

Je regrette que notre gouvernement, malgré son caractère intérimaire et en dépit de ses efforts, n’ait pas fait œuvre de création dans de nombreux domaines. Chaque ministre à travers des émissions télévisées régulières aurait pu y faire participer la société civile. La communication  a été parcellaire, retardée et non partagée.

Une décision particulière a interpellé récemment votre attention?


Effectivement, la nomination de Noureddine Hached à la tête du Haut Comité des Droits de  l’Homme, a été une erreur. Farhat Hached est dans la mémoire de notre pays. Grâce à lui, son fils Noureddine n’a pas été oublié : gouverneur, ministre, ambassadeur, Secrétaire général-adjoint sur le quota de la Tunisie, au sein de la Ligue Arabe et, aujourd’hui, retraité. Ni victime ni militant, les Droits de l’Homme ne l’ont jamais concerné. Cette désignation, prise sans consultation, nous rappelle les pratiques du passé. Au-delà de la personne, la procédure est inacceptable.

Les oubliés, ce sont les militants de la LTDH qui ont lutté pour la dignité et la liberté en affrontant la violence, la torture ou la prison. C’est à l’un d’eux, de la deuxième génération, après celle des fondateurs, formés à l’esprit et à la pratique de la défense des Droits de l’Homme que l’on aurait dû et que l’on doit confier cette importante responsabilité.

Mais, dans l’ensemble, vous gardez espoir ?

Oui  nous avons des raisons d’espérer. Personne n’imaginait, le vendredi 14 janvier 2011, la chute de l’ancien Président, la chute d’un régime personnel, cruel et prédateur. Cette révolution populaire et pacifique qui a réussi à renverser un régime tyrannique, solidement implanté, mérite le qualificatif d’exemplaire. Elle a fait voler en éclats des institutions qui étouffaient tout un peuple. L’heure n’est plus aux réformes mais à la création, ce sera le rôle de toute notre jeunesse.

La liberté de parole s’est imposée en un jour dans la réalité quotidienne. Une victoire qui ne peut être qu’irréversible.

Un climat de liberté s’est installé dans tout le pays, conduisant parfois à des propos outranciers, diffamatoires prononcés à la télévision ou à la radio, sans réaction du directeur du débat, souvent un journaliste.

Tous les démocrates ont applaudi à la parité dans les listes électorales. La capacité de la société civile à conduire la transition démocratique, en fédérant initiatives  et partis pour établir des listes électorales communes, s’est traduite par la constitution du pôle démocratique et moderniste. C’est une nouvelle volonté d’affronter en commun l’élection de la Constituante. C’est une volonté de créer de nouvelles institutions et non de réformer les anciennes. Aussi faut-il rappeler à tous les citoyens leurs droits et devoirs en matière d’élection et de les appeler à voter pour des femmes et des hommes neufs, honnêtes, courageux, guidés par la Démocratie qui apporteront la confiance et feront de la Tunisie le modèle envié de la « Révolution du Jasmin ».

 


Retrouvez cet article sur
nos applications mobiles

IpadiOS IphoneANDROID Android PhoneWINDOWS PHONE Windows PhoneWINDOWS 8
voir les 9 commentaires       Imprimer 
IpadIphone
Android PhoneWindows Phone
Ali El Hili : La physique, ma spécialité, l'Environnement, ma passion
Comme universitaire, Pr. Ali El Hili, physicien de formation, a assuré le long de sa carrière ses ...
Farès Soltani, l'homme qui a fait aimer la salsa aux Tunisiens
Pour comprendre l’engouement des Tunisiens et des Tunisiennes pour les danses latines et principalement la salsa, ...
Insaf Karoui: de la danse à la fabrication des chaussures…de danse
Insaf Karoui n’est pas peu fière de nous montrer la collection de chaussures qu’elle vient de ...
Lamine Gharbi, la saga d'un Français d'origine tunisienne
Lamine Gharbi, président du groupe Cap Santé, a été élu le 25 juin dernier à ...
Il y a 53 ans, la guerre de Bizerte : Le témoignage du général Elkateb
Le 6 juillet 1961, le lieutenant Saïd Elkateb, 25 ans débarque  avec sa compagnie (85 hommes) à ...
Professor Kamel Jedidi
Dr. Kamel Jedidi is the John A. Howard Professor of Marketing at the Graduate School of Business, Columbia University, ...
Mohamed Bichiou
Nom et Prénom : Mohamed BICHIOU Date et lieu de naissance : 10 février 1955 à Nabeul Etat civil ...
Lotfi Hachicha
Nom: Hachicha Prénom: Lotfi Date de Naissance: 13 Avril 1954 Etudes Etudes Supérieures: ...
Najoua Kooli Hentati
Najoua Kooli Hentati Chargée de mission - TIC, Innovation and Entrepreneuriat - au ministère des ...
33mill./min., Ooredoo casse les prix pour le plus grand bonheur de ses clients
Les clients Ooredoo, ayant souscrits à l’offre 42 millimes, bénéficieront de 25% de bonus ...
Ooredoo offre des appels gratuits vers Gaza
Les clients Ooredoo peuvent désormais appeler gratuitement leurs proches se trouvant à Gaza. ...
Huawei annonce ses résultats de performance pour le 1er semestre de l'année 2014
Huawei, leader mondial des technologies de l’information et de la communication et fournisseur de solutions et ...
Ahmed Medyen représente la Tunisie à la 9ème édition du Dubai Summer Surprises
C’est Ahmed Medyen, étudiant à la MSB, qui aura le privilège de représenter la ...