Notre diplomatie doit être au service de l’intérêt général du pays

Notre diplomatie doit être au service de l'intérêt général du pays

Pour que nous puissions la qualifier d’efficace, une politique étrangère doit se fonder sur trois  facteurs essentiels, à savoir  le poids du pays, l’environnement régional et l’environnement international et ce, en vue de favoriser le développement du pays. Réussir une politique étrangère suppose le refus des prises de position partisanes qui servent les intérêts d’un parti sans prendre en compte ceux de l’Etat.  Une des épreuves diplomatiques post-révolution qui apporte  à nos affirmations  une illustration pertinente de par le bon sens dont a fait preuve le gouvernement alors en place a été celle de la gestion de la crise libyenne pendant la guerre civile. La Tunisie a agi de sorte à ne pas se mettre à dos ni les forces de la rébellion, ni les forces pro- Kadhafi. Elle a fait de sorte que les protagonistes  puissent cohabiter paisiblement  sur le sol tunisien, bénéficiant tous des mêmes droits.

Pas plus tard qu’octobre dernier, et en dehors de la Tunisie, le  coup d’éclat de l’Arabie Saoudite constitue un autre exemple d’une position, reflet exclusif de l’intérêt général du pays. Rappelons d’abord brièvement cette prise de position qui est d’ailleurs une première dans l’histoire de la politique étrangère saoudienne. Après avoir été élue pour la première fois comme membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, l’Arabie Saoudite a finalement refusé ce siège.  Elle  a estimé que la méthode et le mécanisme de travail du Conseil et sa politique de deux poids deux mesures l’empêchent d’assumer convenablement ses responsabilités concernant la paix mondiale.

Cette position aurait été bien comprise par l’opinion publique, notamment arabe, si elle avait été prise dans l’affaire palestinienne. Mais elle demontre qu’actuellement l’intérêt supérieur de l’Arabie Saoudite est, pour elle, la lutte pour empêcher l’Iran d’étendre son leadership sur la région.  À la lumière de ces évènements et d’autres encore,  une politique étrangère ne doit absolument  tenir compte que de l’intérêt supérieur du pays. On a même vu des pays  soutenir  des causes contre espèces sonnantes et trébuchantes. Toute politique qui n’obéit pas à cette règle fondamentale est défaillante. Nous Tunisiens,  dans cette phase transitoire, nous devons plus que jamais mettre en œuvre une politique  qui serve le pays. On doit s’entourer du plus grand nombre d’amis possible, ce qui a été la politique de l’ère de l’indépendance. Or nous sommes actuellement dans une situation encore plus critique.  Il faudrait donc retourner   aux  fondamentaux  et notamment au principe  de non-ingérence dans les affaires intérieures  des autres pays.

Toutefois, sur le plan humain, il est compréhensible que pour répondre aux croyances, qui peuvent êtres sincères, de défense de la légalité, ou des droits de l’homme, ou tout simplement pour satisfaire son ego, l’on peut essayer de corriger certaines situations. Cependant, cela ne peut pas se faire du haut de la tribune des Nations unies comme ce fut le cas dans l’affaire  Morsi,  mais peut-être par une action de conciliation et de médiation avec les autorités concernées ; ce serait accommoder le droit de non-ingérence sans nullement lui  porter atteinte.

Malheureusement, dans l’état actuel des choses, on n’est pas en train d’entourer le pays d’amitiés sûres. Il n’y a pas d’amis en politique, certes,  mais des alliés qui se reconnaissent et qui, en nous aidant, s’aident eux-mêmes.

En déclarant au tout début après la révolution, pour marquer un tournant et montrer que la Tunisie a un nouveau visage, qu’il faut mettre en veilleuse la coopération avec l’Europe pour ne se diriger que vers les pays frères arabes, est une erreur grossière. Car ce que l’Europe peut nous apporter  ne peut être offert par les frères  arabes, avec lesquels d’ailleurs nous avons toujours eu des relations solides. L’Europe nous permet en effet  de nous industrialiser, ce qui n’est pas le cas avec  les pays arabes. Il serait plus approprié d’instaurer une politique tripartite : Tunisie-Europe- fonds souverains arabes. Ce qui permettrait la réalisation de grands projets bénéfiques pour les trois partenaires.

En ce qui concerne notre contribution au succès de la période de transition, nous avons créé en juin 2011 l’Association tunisienne des anciens ambassadeurs et consuls généraux. Nous n’avons organisé jusque-là qu’un seul séminaire et cela est principalement dû au fait que le pays est focalisé sur les affaires internes. Parallèlement, nous oeuvrons pour favoriser un climat de solidarité et de cohésion sans faille entre tous les diplomates anciens et actifs et nous soutiendrons la formation au sein de l’Institut diplomatique.

Par ailleurs, les anciens ambassadeurs qui ont gardé des réseaux d’amitié dans les pays où ils ont exercé  peuvent aider à la relance de la coopération en aidant par exemple  des hommes d’affaires à nouer des contacts fructueux avec des partenaires étrangers. Les membres de notre association  sont d’ores et déjà à la disposition de l’Utica, l’Utap, Conect, Cepex, Fipa, etc. pour un redémarrage rapide  de la coopération au fur et à mesure de la stabilisation interne.  Enfin, il me tient à cœur, avant la fin de mon mandat à la tête de l’association, de contribuer, d’une façon ou d’une autre, avec d’autres associations, à la lutte contre le terrorisme.n

Ahmed Ben Arfa
Président de l’Association tunisienne
des anciens ambassadeurs et consuls généraux

Lire aussi

Redeploiement diplomatique vital!

Quelle diplomatie pour le «gouvernement de compétences» en Tunisie?

Quelle diplomatie pour la Tunisie?

Retrouvez cet article sur nos applications mobile!
Laissez un commentaire
Les Commentaires
  • berger

    La politique étrangère serait au bout du conmpte de la politique intérieure seulement faite à l`etranger.Bien sûr l´exterieur comporte plusieurs acteurs qui jouent sur une grande scène. depuis l´indépendance combien de changements et combien de bouleversements ont eu lieu dans le monde, je cite la défunte "Union Soviétique", les bouleversements en chine, en Amérique Latine etc...et pourquoi ne serait-il pas de même pour la Tunisie.On s´acharne de parler du bon Vieux temps , lequel? Je me souviens de Bourguiba quand il a pleuré à la tv francaise à Paris, en disant que la France nous a gates, est-ce que ca vaut les valeurs spoliées de la Tunisie. Non il devrait avoir une politique étrangère tout à fait nouvelle. D´ailleurs je suis d´accord sur les objectifs de cette politique dont vous parlez , et avant tout elle devait servir le pays, en tenant compte de la complexité du monde. Rappelz-vous, monsieur ,de la politique "du bout du gouffre" mené par "Foster Dulles" a l´époque, oui les Etats Unis mène la politique de leur poids; ils le font encore, le comportement de Bush jr.pendant la guerre en Irak ne diffère pas de celle de Foster Dulles. Je voudrais arriver après ses remarques au fait que la tunisie devrait avoir politiqe une realiste et non subjectiviste, nous devons avoir de vrais amis avec lequels on peut parler franchemant , ceux-ci ne pourraient autres que les pays arabes, seulement il faut apprendre à parler sincèrement et sans arrière pensée. Après il y a le monde Occidental qui est peut être un ami, mais basé sur les intêrets mutuels, il ya là possibilité de cooperation dans l´intêret de tout le monde. L´essentiel est de ne pas quémander, nous sommes tous des êtres humains, et donnant donnant, voilà . Le reste s´est le monde africain, l´amérique latine, l´Asie etc.. être l´èlève docile surtout à l´égard de ´l´Occident c´est ridicule, oui c´est le mot. Pour l´Occident la vie est un jeu où Il doit être le gagnant coûte que coûte. "to be or not to be".Bon on peu avoir des amis des ennemis c´est selon ses capacities et ses ambitions.

    19-11-2013 20:43
1 Commentaire
Autres articles dans cette rubrique
 
 
Relations presse
Lu pour vous
Une gageure 27-08-2014 1015 Vues
Nouri Bouzid, le poète 18-08-2014 936 Vues
Le Djérid en tout humour 18-08-2014 1091 Vues
Traits de sagesse 14-07-2014 1594 Vues