Derrière l'enlèvement de la petite Sarra se profile la question de la prise en charge de l'aide médicale à la procréation

2010-09-13
3730 Visites
Derrière l’enlèvement de la petite Sarra se profile la question de la prise en charge de l’aide médicale à la procréation
voir les 4 commentaires       Imprimer 

Le dénouement heureux, 41 jours après, de l'enlèvement de la petite Sarra, enlevée dans un hôpital de Tunis où sa maman l’avait emmenée pour une vaccination, pose une série de questions. La plus importante est sans nul doute celle relative aux raisons (déraisons ?) qui ont poussé la kidnappeuse à commettre un acte aussi insensé et, inéluctablement, voué à l’échec.

Voilà une jeune femme de 26 ans qui découvre que son conjoint est atteint d’une maladie à l’origine de son infertilité. Sans trop réfléchir aux solutions appropriées, telles que la procréation médicale assistée ou l’adoption, elle décide par ignorance et mue par sa fixation à enlever un bébé à ses parents. Un acte inadmissible que nul ne saurait admettre.

Pourtant, nous vivons dans un pays qui autorise l’adoption des enfants,  de façon parfaitement réglementée, pour  sauvegarder l’intérêt suprême des enfants  qui restent l’objectif premier  de l’adoption. Celle-ci permet ainsi d'introduire un rayon soleil et de bonheur dans certains foyers qui, malheureusement et malgré les techniques médicales actuelles qui sont depuis deux décennies parfaitement maitrisées, n’arrivent pas à engendrer.

Nous connaissons tous les progrès significatifs que l’aide médicale à la procréation (AMP) a réalisés ces dernières années en Tunisie, faisant de notre pays une destination régionale très prisée. On y recourt en effet, non seulement des pays voisins, mais aussi de nombreux autres pays, tant les résultats et les coûts sont édifiants.

Certains essayent  de trouver des excuses à cette jeune personne, entre autres la difficulté  d’accéder aux services de l’aide médicale à la procréation (AMP), en raison du coût élevé de ces techniques. Or, l'accès à l’AMP est largement facilité en Tunisie par  la prise en charge par  la CNAM des frais des médicaments qui représentent plus de 50% des frais engagés ce qui est une aide importante. Sur prescription de son médecin traitant, qu’il soit conventionné ou non avec la CNAM, la patiente reçoit en effet directement un lot de médicaments approprié. Il ne reste plus au couple qu’à régler les frais de  la clinique qui incluent la biologie, les analyses et les honoraires médicaux. ceux ci-, il est vrai,  ne sont pas encore pris en charge.

Les pratiques de certaines cliniques font que cette partie est sujette à des variations parfois difficiles à comprendre: les centres qui appliquent rigoureusement la nomenclature et la tarification officielle des actes médicaux sont plus précis :

  • Ponction + replacement ICSI : 1505 DT
  • Ponction + replacement FIV : 1205 DT
  • Replacement Embryon décongelé : 395 DT
  • BTA : 810 DT
  • IAC : 232 DT 


Il va sans dire que ces indicateurs sont approximatifs et que les honoraires sont régis par la tarification des honoraires médicaux établis par le Conseil de l'Ordre : ils sont habituellement  calculés  sur la base de 7dt le Kc   

Pour une plus grande prise en charge de la CNAM

Il est compréhensible qu’en l’état actuel des choses, la CNAM se limite à l’octroi direct des médicaments sans étendre sa couverture aux frais de clinique (biologie, anesthésie, etc.) et honoraires y afférents. Mais, elle gagnerait, cependant à mettre en place un dispositif conventionnel approprié à convenir avec les établissements et médecins qui le souhaitent, fixant un tableau précis des coûts et honoraires remboursables.
 
La prise en charge intégrée par la CNAM, même si elle devait être plafonnée, de cette pathologie qui est de plus en plus fréquente aurait  un impact très important  sur la psychologie du couple et même sur l'équilibre familial, professionnel et même social des personnes affectées. Celles-ci se retrouvent actuellement fragilisées  et désarmées devant leur détresse.

La CNAM  peut être un facteur de régulation  protecteur pour ces couples  la prise en charge des médicaments en vue d’une AMP est actuellement accordée au couple en fonction de son dossier, sans tenir compte du statut  du médecin et du centre qui prennent en charge la procédure de l’AMP, alors que pour la prise en charge des autres pathologies médicales ou chirurgicales, elle exige que le médecin et la clinique soient  tous les deux conventionnés avec elle: c'est-à-dire que  les deux s’engagent à appliquer une  tarification conventionnelle bien établie.

Il y va de l’intérêt de tous.

O.M

 


Retrouvez cet article sur
nos applications mobiles

IpadiOS IphoneANDROID Android PhoneWINDOWS PHONE Windows PhoneWINDOWS 8
voir les 4 commentaires       Imprimer 
IpadIphone
Android PhoneWindows Phone
Traits de sagesse
Tout livre à lire est un livre à vivre. Celui que nous offre aujourd’hui les Editions Sindbad/Actes ...
Lamine Gharbi, la saga d'un Français d'origine tunisienne
Lamine Gharbi, président du groupe Cap Santé, a été élu le 25 juin dernier à ...
Il y a 53 ans, la guerre de Bizerte : Le témoignage du général Elkateb
Le 6 juillet 1961, le lieutenant Saïd Elkateb, 25 ans débarque  avec sa compagnie (85 hommes) à ...
Professor Kamel Jedidi
Dr. Kamel Jedidi is the John A. Howard Professor of Marketing at the Graduate School of Business, Columbia University, ...
Mohamed Bichiou
Nom et Prénom : Mohamed BICHIOU Date et lieu de naissance : 10 février 1955 à Nabeul Etat civil ...
Lotfi Hachicha
Nom: Hachicha Prénom: Lotfi Date de Naissance: 13 Avril 1954 Etudes Etudes Supérieures: ...
Najoua Kooli Hentati
Najoua Kooli Hentati Chargée de mission - TIC, Innovation and Entrepreneuriat - au ministère des ...
Huawei annonce ses résultats de performance pour le 1er semestre de l'année 2014
Huawei, leader mondial des technologies de l’information et de la communication et fournisseur de solutions et ...
Qui représentera la Tunisie au Dubai Summer Surprises 2014 ?
La Tunisie vient d’être choisie pour participer, parmi 17 pays, au programme d’apprentissage de ...
Ooredoo parraine la mise en place de la première unité de vie pour enfants sans soutien familial fondée par l'Association DARNA
Collaborant avec Ooredoo, l’association DARNA, une jeune ONG fondée en mars 2014, s’est ...
Tunisia E-Business Network : «Une nouvelle perspective pour l'exportateur tunisien»
Opérant en tant que levier économique, la chambre de Commerce et d’Industrie de Tunis lance un ...