Opinions - 12.11.2012

Rêve et insomnie en Tunisie

Du principe de réalité

On parle souvent de réalisme à tort et à travers, invoquant le principe de réalité pour couper la tête non seulement à toute idée innovante, mais aussi à l'attitude neutre qui consiste à regarder la société telle qu'elle se donne à voir, en un pur donné, sans jugement, sans a priori.

Souvent, il est dans notre attitude une tendance bien inconsciente à voir les choses telles qu'elles devraient être et non telles qu'elles sont. C'est qu'en observant les autres, on échappe difficilement à la tentation de les juger selon notre imagination morale, nos conditionnements, notre habitus, comme on dit désormais.

Si pareille attitude peut être acceptée dans une situation de calme, où l'ordre règne et le besoin est parfois pressant de s'y conformer, il ne peut en aller de même aux périodes où l'ordre se défait, étant remis en cause, appelé à laisser place à un autre.

Dans une situation similaire de changement d'un paradigme prenant quelque temps pour advenir et la situation pour se stabiliser, tel principe de réalité est non seulement inopérant, mais néfaste même. Bien mieux que de juger les autres à travers ses propres convictions ou lubies, jouant à Procuste, il est bien plus judicieux et raisonnable de se pencher sur soi-même, y puiser les ingrédients d'une vérité partagée, la société dans son ensemble n'étant que le conglomérat de chacun de nous, de ses rêves, ses illusions. 

Dans un passage du Rire, Bergson remarque que l'écrivain n'a pas besoin d'observer les autres pour y puiser le modèle de ses personnages; c'est en lui-même qu'il les trouve. Car pour le philosophe français, il suffit à l'auteur de remonter le courant de sa propre vie, et parvenu à tel ou tel carrefour, de réactiver les virtualités qu'il a dû sacrifier; ainsi met-il en scène les personnages qu'il aurait pu avoir si, à telle ou telle bifurcation de son parcours, il n'avait pas opté pour une autre voie(I).

Aujourd'hui, plus que jamais, réfléchissant sur la situation de notre pays, pareillement à l'écrivain bergsonien, nous sommes appelés à nous libérer de la dictature du pseudoréalisme afin de saisir « le virtuel dans le réel »(II)  et ce en nous penchant sur nous-mêmes, notre propre psychologie, nos valeurs, songes et utopies.

Comment serait-ce possible, s'agissant de la foi en des impératifs en nous, spirituels ou profanes, mais de nature à nous motiver à agir unis vers le meilleur ? En pensant à l'ensemble de ce qui a été sacrifié tout en restant disponible et virtuellement réalisable. Et, ce faisant, en nous arrêtant surtout de contribuer à absolutiser et à amplifier le système dominant de pensée, religieux ou séculier, ce choix qu'une culture a fait d'elle-même. Autrement dit, d'arrêter de ne lire tout le processus qui a donné la situation d'anarchie actuelle de la Tunisie que rétrospectivement, à travers le prisme de l'ordre de la rationalité moderne, pour les uns, ou de l'islam salafi issu de la clôture dogmatique de l'ijtihad, pour les autres(III).

Du rêve

L'hypothèse incontournable en science sociale,proposée par l'une de ses figures éminentes qu'est Bourdieu, est que l'image que l'on se fait de soi résulte de rapports de force et de transactions peu à peu intériorisées. Cette hypothèse permet d'observer avec acuité le mécanisme subtil de la régulation des idées en rendant visibles les détails souvent inaperçus.

Pour cela, on peut avoir besoin de recourir à un modèle, moins comme une vérité établie qu'en tant que fiction, un outil heuristique, s'inscrivant dans une lignée non pour la saisine d'une vérité ne s'offrant jamais en prise saisissable, que d'accès à sa manifestation la plus crédible, ne la sacralisant pas en ne dédaignant pas l'erreur. Parlant justement de l'approche d'une réalité, d'un système, R. Ruyer écrit ainsi que le fait d'en « entrevoir des fragments est le principe même de l'erreur, mais c'est aussi le principe de la découverte »(IV) .

Nous penchant sur les réalités en cours en notre pays, nous entendons donc le faire par le biais du rêve, celui d'une liberté sans attaches, absolue, d'autant plus folle qu'elle n'est perçue que relevant justement du songe, d'une récréation de l'esprit.
 
Rappelons à ce propos ce que disait Jung de la fonction générale des rêves consistant à « rétablir notre équilibre psychologique à l'aide d'un matériel onirique qui, d'une façon subtile, reconstitue l'équilibre total de notre psychisme tout entier.»(V)

Or, Pareille fonction est essentielle; Jung la considère d'ailleurs complémentaire (ou compensatrice) dans notre constitution psychique, appelant à traiter le rêve comme un fait « à propos duquel on ne doit pas avoir d'idée préconçue, sinon qu'il a d'une manière ou d'une autre un sens, une expression spécifique de l'inconscient. ». Cela est encore plus nécessaire, selon lui, « ... lorsque nous voulons explorer cette faculté qu'à l'homme de produire des symboles, les rêves constituent le matériau le plus fondamental et le plus accessible à notre examen »(VI).

Et, pour terminer avec notre auteur suisse, rappelons que l'avenir pour lui est bien inscrit dans les rêves qui « peuvent quelquefois annoncer certaines situations bien avant qu'elles ne se produisent. Ce n'est pas nécessairement un miracle, ou une prophétie. Beaucoup de crises, dans notre vie, ont une longue histoire inconsciente. Nous nous acheminons vers elles pas à pas, sans nous rendre compte du danger qui s'accumule. Mais ce qui échappe à notre conscience est souvent perçu par notre inconscient, qui peut nous transmettre l'information au moyen du rêve. »(VII)

De la sorte, nous pouvons mieux comprendre ce qu'assurait une figure majeure de la théologie chrétienne de la libération, défenseur impénitent des droits de l'Homme, l'archevêque d'Olinda et Récife, dans le Nordeste, plus pauvre région du Brésil, Dom Helder Pessoa Câmara affirmant que « Lorsqu'on rêve tout seul, ce n'est qu'un rêve alors que lorsqu'on rêve à plusieurs, c'est déjà une réalité. L'utopie partagée, c'est le ressort de l'Histoire.»

Toutefois, il nous faut rappeler ici, parlant des réalités sociales, qu'il y a un rapport nécessaire à respecter entre la forme et le fond afin d'être en mesure de rendre compte du va-et-vient qui s'impose entre les objets et l'assise des problèmes sur lesquels ils se découpent, autrement dit, usant d'une expression foucaldienne, des choses telles qu'elles sont et des mots pour en parler.

Ainsi nous faut-il tenir compte des enseignements de l'anthropologie, par exemple, pour comprendre le comportement des « sociétés contre l'État », avec quelqu'un comme Clastres, notamment(VIII),  ou pour être au fait de la manière avec laquelle se défend la « société contre la magie », avec quelqu'un comme Ernesto de Martino analyste du Monde magique, entre autres(IX).

Certes, dans le premier cas, il s'agit des sociétés amérindiennes qui se prémunissent contre l'émergence de l'Etat, tandis que dans le second, c'est le monde occidental qui se protège contre un retour de la magie (ou tout autre phénomène du même ordre, considéré comme irrationnel), cette dernière ayant déjà connu une riche existence culturelle. Mais dans les deux cas, les enseignements sont tout aussi pertinents pour notre société où le heurt est évident entre laïcistes modernistes et spiritualistes archaïsants.

À ce titre, les analyses de Clastres et de de Martino ont ceci d'intéressant qu'elles permettent de repérer dans la culture occidentale les « dispositifs » visant à inhiber le retour de la magie et des pratiques assimilées, en même temps qu'elles étudient, chez les supposés sauvages, les dispositifs qui les protègent de l'émergence de l'État, forcément perçu comme un Etat Léviathan. Autrement dit, il suffit de transposer dans un cas les laïcistes et dans l'autre les traditionalistes pour obtenir un cadre similaire d'analyse.

Alors, de quoi rêve le Tunisien sans oser y croire, sans vouloir ou pouvoir l'avouer? Quels rêves seraient de nature à désamorcer les crises factices qui traversent ses couches les élevant les unes contre les autres?

Nous pensons que, sa liberté politique retrouvée, le peuple tunisien rêve encore de liberté plus complète, celle de la majorité, être considéré comme adulte, méritant respect, exigeant un traitement en tant qu'évolué politiquement, aussi bien à l'intérieur des frontières du pays qu'à l'extérieur.

Aussi, cette liberté, quitte à verser dans l'irrationnel, la mystique ou même la magie s'il le faut, est un rêve d'émancipation des liens de toute transcendance, étatique comme divine, nationale comme transnationale. Et c'est le rêve de la majorité, sinon de tout le peuple, même si d'aucuns le font en silence, trop écrasés par le joug du principe de réalité, et d'autres bien plus bruyamment, mais au nom d'une vision déformée à force de convictions contrariées par les ambitions hostiles roulant pour des convictions opposées, non moins nihilistes.

De l'insomnie

Or, comme la Tunisie ne rêve plus, cette activité n'est plus de l'ordre de l'onirique; et si elle est cauchemardesque, elle n'a pas moins lieu en plein éveil. Il s'agit donc de tout autre chose que d'une songerie à l'état de veille; bien plus, de l'action désespérée comme suite d'une négation du moindre droit au rêve.

Aujourd'hui, la Tunisie est insomniaque; trop nerveuse du fait de l'agitation de certaines de ses élites, ce qui rejaillit négativement sur la sérénité de son peuple, pourtant légendaire. Tout se passe comme avec un enfant n'arrivant plus à trouver le sommeil à trop voir ses parents se déchirer pour des broutilles, allant jusqu'à verser dans les extrêmes. Bien pis ! certains des enfants prennent la défense de l'un, tandis que d'autres soutiennent le second; et c'est l'éclatement assuré de la famille au-delà du trouble permanent.

Et il y a bien plus grave encore, une des causes de pareille insomnie provenant d'agissements irresponsables des aventuriers inévitables usant de tous les subterfuges possibles pour maintenir la société en éveil; on connaît bien ce mode de torture psychologique consistant à priver le prisonnier de sommeil, et donc du rêve!

Car ce peuple qui, dans son écrasante majorité, a un penchant certain pour un mode de vie sans bruit, paisible et même hédoniste, a besoin du sommeil réparateur après avoir réussi son œuvre d'Hercule. Mais il s'agit moins de dormir que de faire lesomme riche de rêves, dont l'être humain équilibré ne saurait se passer.

C'est de rêve que la Tunisie manque le plus aujourd'hui, le rêve qui est à la source de toute création novatrice, ce rêve qui permet de pousser loin les limites d'un réalisme castrateur, ce fameux principe de réalité réducteur.   

Rêver, disons-nous, c'est être volontariste, oser sortir du cadre obsolète d'une rationalité cartésienne qui n'est plus de mise, étant fondée sur une exagération caricaturale des vertus de la raison au moment même où la raison scientifique devient sensible, i. e. ouverte aux apports divers, spiritualistes notamment.

En notre époque postmoderne, en ce XXIe siècle qui débute, le cartésianisme auquel continuent de se référer nombre de nos élites est dépassé; il ne renvoie qu'à un temps de la pensée humaine qui n'est plus de mise, un temps d'une modernité défunte

La violence physique et morale étant en passe de s'installer durablement en notre pays, rappelons ce qu'en disait encore l'archevêque brésilien ci-dessus cité : « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

Or, pour contrer pareille violence dans sa réalité ternaire, il n'est que le rêve, ainsi que spécifié ici, constituant l'antidote suprême barrant la route à une telle dérive !

Rêvons donc de la Tunisie devenue laboratoire d'un islam postmoderne, moins cultuel et bien plus culturel. Et, pour ce faire, l'arrimage du pays à un système démocratique étant nécessaire sinon inéluctable, la stabilité politique en dépendant, rêvons de l'entrée de la Tunisie à l'Union Européenne comme perspective sérieuse, soit sur une demande expresse de sa part soit sur proposition de l'Union.

C'est la paix et la prospérité non seulement en Tunisie mais dans tout le bassin méditerranéen qui en dépendra. Rêvons donc et faisons de nos rêves réalité en agissant dans le cadre d'une politique qui soit réellement originale, et donc compréhensive !

Farhat OTHMAN

Notes :

(I) Henri Bergson, Le rire, essai sur la signification du comique, PUF, 1962, p. 128

(II) Ibid. p. 129.

(III) Pour reprendre une expression de Mohammed Arkoun; cf. par exemple : ABC de l'islam. Pour sortir des clôtures dogmatiques, éditions Jacques Grancher, 2007, 362 p.

(IV) Raymond Ruyer, Le monde des valeurs, Aubier, 1984, p. 7.

(V) Carl Gustav Jung, L'homme et ses symboles, Robert Laffont, 1964, p. 49. 

(VI) Carl Gustav Jung, op. cit., p. 32.

(VII) Carl Gustav Jung, op. cit., pp. 50-51

(VIII) Cf., par exemple, Pierre Clastres, La Société contre l'État, éditions de Minuit, 1974, rééd. 2011.

(IX) Cf., par exemple, Ernesto de Martino, Le monde magique, Paris, 1999, trad. M. Baudoux.

 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
3 Commentaires
Les Commentaires
morjane - 13-11-2012 03:52

Bravo Mr Farhat Othman.pour cet article très clair. Mais permettez moi d’ajouter quelques remarques : d’abord les bases de l’heuristique Foucaldienne, inventées par Bergson et validée par la théorie pseudo réaliste heideggerienne, ne peut que se dissocier du pénélopisme ambiant supra liminaire qui règne dans notre pays. Seul Procuste avec son machiavélisme atugéen vient avec sa thèse sur le Prétium Doloris infirmer ou confirmer les lubies oniriques dénoncées par R Cuyer, et ça je vous en félicite de le souligner monsieur Farhat Othman. Par contre la pensée infraliminale hédoniste que vous décrivez, ne peut se substituer ad vitaem aeternam au cartésianisme débridé motivique à la limite Herculéen, car la réalité ternaire ne supporte pas la contradiction spiritualiste post moderne Husseiniste. Comme vous le dites, beaucoup on abandonné l’activité onirique de Jung pour adopter l’habéas corpus proné par Dom Helder pessoa Camara archevêque d’Olinda ,de Recife, et bientôt de Bélinda au sud est du Brésil pour s’adapter à l’état Léviathan et adhérer à l’europe qui va être très ravie d’accueillir un nouveau journalisme tunisien post moderne empreint de profonde débilitude,ave une touche schizoide bougnoulique tout le contraire des édiles spiritualistes archaïsants comme Clastres et Ernesto de Martino.

phylosophe - 15-11-2012 21:16

chèr si othmen je crois je n'ai pas de commentaire car si morjène a commenté et dis tout ce que j'avais à vous dire, bravo si morjane et merci

manou - 17-11-2012 02:44

Merci Si Morjane, votre reponse a ete on ne peut plus claire et explicite. On comprend mieux l'article de si Othman a travers votre replique. Bravo si Morjane

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.