News - 21.08.2012

Kamel Sammari toujours en poste à la tête de Dar Assabah : un sursis ?

Mise à jour à 20H: Ultime rebondissement, mardi soir à Dar Assabah. Le suris aura été de très courte durée pour Kamel Sammari, Raouf Cheikrouhou revient en qualité de président du conseil d’administration et Lotfi Touati est désigné en tant que directeur général. Lire notre article: Rebondissement à Dar Assabah

Ceux qui voulaient limoger Kamel Sammari, directeur général de Dar Assabah doivent patienter encore, au moins 3 semaines. Réuni mardi matin, le conseil d’administration, mettant les voix a égalité, a dû s’en remettre à une assemblée générale à convoquer mi-septembre prochain. Un long feuilleton de débarquement qui n’est pas sans rappeler celui du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Mustapha Kamel Nabli. Sauf que l’issue n’est pas pour le moment garantie.

Nommé en septembre dernier à la tête du premier groupe de presse tunisien indépendant (fondé en février 1951 et racheté en 2009 par Sakhr El Materi à hauteur de 70% au titre de Princess Holding), Sammari est sommé de céder la place à Lotfi Touati, jusque-là rédacteur en chef au « Quotidien ». Les actions d’El Materi ayant été confisquées et  sa holding nationalisée,  c’est sur instruction du gouvernement que la décision a été notifiée à Sammari par le nouveau directeur général de Princess Holding, Mohamed Ali Chekir, universitaire, désigné par le ministre des Finances. Mais, il  fallait la faire entériner par le conseil d’administration de Dar Assabah. Plusieurs réunions tenues depuis la semaine dernière n’ont pu aboutir, pour une série de vices de formes d’abord, puis,  faute de majorité.

A peine révélés, le limogeage de Sammari et son remplacement par Touati ont suscité une véritable levée de boucliers au sein même de la maison, mais aussi dans la corporation. Mercredi soir, les journalistes soutenus par leurs confrères d’autres médias ainsi qu’une bonne partie du personnel avaient manifesté avec beaucoup de véhémence sous les fenêtres du conseil d’administration en réunion. Jeudi, et pour la première fois dans les annales du groupe depuis l’indépendance, Assabah et Le Temps sont parus avec chacun un éditorial en blanc. Appuyant le mouvement qui coïncide avec la nomination d’Imen Bahroun à la présidence de l’Etablissement de la Télévision tunisienne, le syndicat national des journalistes, après avoir publié un communiqué de solidarité, appelle à une assemblée générale et menace de lancer une grève dans le secteur. Quant à Lotfi Touati qui, contre toute logique, avait assisté aux réunions du conseil d’administration, s’impatiente de plus en plus, multipliant ses visites à Dar Assabah et essayant même de prendre ses fonctions sans attendre la décision officielle et notification.

Que reproche-t-on à Kamel Sammari, ancien journaliste (Ad-Doustour, BBC, etc.), ancien responsable de la communication au sein d’Amnesty International, longtemps exilé à Londres depuis l’ère de Bourguiba et arrêté sous Ben Ali ? « Comme Mustapha Kamel Nabli, rappelle à Leaders un observateur, on décide de son limogeage, puis on s’emploie à lui trouver des griefs, bien difficiles à prouver. Ce qui est sûr, c’est que tombé lors de l’audit sur des dossiers, il s’est vu dans l'obligation de les déférer au parquet et cela a dû déranger plus d’un».

Le bras de fer est à présent engagé. Sammari et ceux qui le soutiennent finiront-ils par l’emporter. Ou simple sursis d’une condamnation inique, programmée ?


 

Vous aimez cet article ? partagez-le avec vos amis ! Partager
commenter cet article
6 Commentaires
Les Commentaires
Kenza Zouari - 21-08-2012 15:16

A peine les medias viennent-ils de (re)trouver leur liberte qu'on veut deja les en depouvoir. Le parti au pouvoir est en train d'user des memes methodes que l'ex RCD nommant des marionnettes a leur tetes afin de mieux les controler eux et les informations qu'ils vehiculent. Il faut denoncer cette mascarade car ce n'est pas ainsi que les objectifs de la revolution seront atteints.

sihem - 21-08-2012 17:54

jusqu'a quand cette personalisation des institutions: de de Nabli a Jendoubi, et maintenant ce dernier. on n'a pas fini de croire qu'on ces personnes sont l'unique, et les seuls que la Tunisie a enfente. comme Bourguiba

Mhamed Hassine Fantar - 21-08-2012 17:59

Il est regrettable de constater que chez certains les intérêts personnels l'emportent sur les intérêts de la Nation.D'ailleurs comment servir son ambition dans un milieu hostile. La vraie réussite dépend dans une très large mesure de l'environnement; Mais nous savonns par la bouche de Zarathoustra que Ahura Mazda qui représente la lumière finira par écraser Ahriman qui symbolise l'obscurité c'est-à-dire le mal.Attention! il y a des manipulateurs et gardez les rangs de cux qui brandissent l'étendard de la liberté des médias.

tounesnalbaya - 21-08-2012 21:58

Ce gouvernement est spécialiste du limogeage, et nul sur les autres sujets notamment l'économie, et la sécurité du citoyen.

bel hadj sliman Taoufik - 21-08-2012 23:49

Dommage,encore une victime du système. En Kamel Sammari, nous perdons un professionnel,dévoué au journalisme de la liberté et de la démocratie.

Atlal El-Mahdiyya - 22-08-2012 12:57

On s'attendait á telles mesurettes. Ce limogeage va t-il servir les Tunisiens et tunisiennes? Je ne le crois pas. Va t-il ameliorer les services audio-viuelles? Non plus. Certainement, il est au profit du temporaire gouvernement. La question pertinente consite a se demander qui a permis a des telles personnes elus pour finaliser une constitution d'entreprendre toutes les restructurations economiques et sociales dans le pays, est il legitime de leur permettre de prendre toutes ces decisions. Si la periode de biostasie va durer il faudrait aumoins penser á limiter leur champs d'action dans le temps et dans l'espace.

X

Fly-out sidebar

This is an optional, fully widgetized sidebar. Show your latest posts, comments, etc. As is the rest of the menu, the sidebar too is fully color customizable.